Dr Priyom Bose, Ph.D.

Un air malsain et une mauvaise alimentation augmentent le risque d’accouchement prématuré, selon une étude

Malgré des recherches approfondies sur le sujet, la naissance prématurée (PTB) reste un problème de santé publique important aux États-Unis et est encore mal comprise.

La recherche toxicologique a montré que le régime alimentaire d’un père gestationnel (GP) pourrait amplifier l’effet des contaminants environnementaux sur les résultats de la naissance. une récente BMC Santé Publique étude a évalué le risque de PTB humaine par rapport à l’ozone (O3), dioxyde d’azote (NO2) et particules fines (PM2.5), ainsi que des variations alimentaires.

Étude : Interaction de l'exposition parentale pendant la gestation à la pollution de l'air ambiant et des caractéristiques alimentaires lors d'une naissance prématurée.  Crédit d'image : Kursad Sezgin/Shutterstock.comÉtude: Interaction de l’exposition des parents pendant la gestation à la pollution de l’air ambiant et des caractéristiques alimentaires lors d’une naissance prématurée. Crédit d’image : Kursad Sezgin/Shutterstock.com

Arrière-plan

Les expositions environnementales et le régime alimentaire des médecins généralistes sont deux facteurs qui peuvent agir indépendamment et comme modificateurs des résultats défavorables à la naissance. En ce qui concerne les expositions environnementales, les polluants environnementaux dérivés de la combustion de combustibles fossiles sont particulièrement pertinents.

Les preuves existantes sur l’association entre la pollution de l’air et les résultats à la naissance ne sont pas concluantes. Par conséquent, il est essentiel de comprendre les facteurs susceptibles de modifier la relation entre les polluants atmosphériques et les résultats à la naissance pour mieux éclairer les décisions politiques qui protègent les plus vulnérables.

Les preuves sur les liens entre le régime alimentaire des médecins généralistes et la PTB sont incohérentes, en partie en raison de différentes méthodes d’analyse du régime alimentaire.

Divers schémas alimentaires des médecins généralistes ont été étudiés en relation avec la naissance prématurée, à la fois avant la conception et pendant la grossesse. Cette littérature suggère que certains régimes, tels que ceux riches en viande rouge et en pain blanc, comportent un risque plus élevé de PTB, tandis que d’autres, comme le régime méditerranéen, sont associés à un risque plus faible de PTB.

Malgré l’importance de comprendre la relation entre les caractéristiques alimentaires et les contaminants environnementaux liés à la PTB, peu d’études se concentrent sur ce sujet.

À propos de l’étude

Les données de l’étude actuelle ont été obtenues à partir de la Newborn Epigenetics Study (NEST), une cohorte de naissance prospective dans le centre de la Caroline du Nord (NC). Un total de 684 femmes enceintes entre 6 et 42 semaines de gestation ont été recrutées entre 2009 et 2011. Les expositions aux polluants de l’air ambiant ont été calculées pour chaque trimestre en fonction de la résidence de chaque participant à l’étude.

Les apports énergétiques en pourcentage provenant des graisses saturées et totales et les apports énergétiques totaux ont été dichotomisés à 75il centile. Des régressions logarithmiques binomiales ont été utilisées pour estimer les rapports de risque (RR) de la PTB par intervalles interquartiles de contaminants.

Divers facteurs de confusion ont été ajustés, notamment la race/ethnicité du médecin traitant, l’âge, l’indice de masse corporelle (IMC) avant la grossesse, l’éducation, le revenu du ménage, la saison de conception et chaque facteur alimentaire. . Les données de covariable manquantes ont été imputées et l’écart par rapport à l’additivité a été évalué à l’aide des rapports de contraste d’interaction (ICR).

Résultats de l’étude

Les polluants environnementaux avaient des moyennes et des intervalles interquartiles (IQR) relativement constants d’un trimestre à l’autre. La différence la plus significative dans la moyenne a été montrée par NO2 à 1,11 parties par milliard (ppb), tandis que la plus grande variation des IQR était associée aux PM2.5.

Lire aussi  Une étude révèle que le COVID est associé à des pathologies placentaires anormales dans près de 50 % de la cohorte

Les caractéristiques alimentaires des médecins généralistes qui ont souffert de TBP et de ceux qui n’en ont pas subi étaient raisonnablement équilibrées en ce qui concerne le pourcentage d’énergie quotidienne provenant des graisses totales et saturées. L’apport calorique quotidien était légèrement différent entre les nourrissons nés à terme et prématurés, avec une différence moyenne d’environ 195 kcal. Ce déséquilibre a été observé même après dichotomie à 75il centile.

La précision des estimations de polluants à partir des modèles entièrement ajustés était acceptable ; cependant, PM2.5 les valeurs avaient tendance à être instables, en particulier dans les modèles du deuxième trimestre, y compris le kcal. Par rapport aux estimations des contaminants, la précision des estimations de l’ICR était plus variable dans le modèle entièrement ajusté.

Les estimations ponctuelles suggèrent que O3 elle pourrait être inversement associée à la TBP lorsque l’exposition survient au cours du deuxième trimestre. Pourtant oh3 l’exposition pourrait également être nocive si elle survient au cours du troisième trimestre.

PM2.5 pourrait être inversement associée à la PTB lorsqu’elle est considérée avec les graisses totales et saturées au cours du deuxième trimestre. Des ICR imprécis reflétaient un écart par rapport à l’additivité avec certaines combinaisons de contaminants et de régimes alimentaires.

conclusions

Certaines limites de l’étude actuelle incluent le fait que les résultats sont sujets à un biais de naissance vivante, le manque d’analyses de sensibilité par rapport aux différents modes de vie et l’hypothèse d’une stase résidentielle pendant la gestation. Cependant, une force clé de l’étude réside dans l’utilisation d’informations détaillées sur l’alimentation en conjonction avec des informations résidentielles qui ont permis l’examen des polluants de l’air ambiant-PTB par caractéristiques alimentaires.

Lire aussi  'Quelle santé?' KHN : Graham's Bill recentre le débat sur l'avortement

Malgré les grands intervalles de confiance, la présente étude a documenté l’altération potentielle des associations de contaminants par des facteurs alimentaires. Le sujet sous-étudié étudié dans cet article est extrêmement important; par conséquent, ce travail doit être considéré comme une contribution substantielle à la littérature scientifique et un appel à l’action.

Les études futures devraient explorer les mélanges d’exposition, car les participants à cette étude n’ont pas été exposés à un seul contaminant à la fois, mais probablement à plusieurs contaminants simultanément.

Référence magazine :
  • Jardel, H., Martin, CL, Hoyo, C. et Rappazzo, KM (2023) Interaction de l’exposition des pères gestationnels à la pollution de l’air ambiant et aux caractéristiques alimentaires lors d’une naissance prématurée. BMC Santé Publique 23(822). doi:10.1186/s12889-023-15676-x

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *