Les médecins prescrivent moins d’analgésiques pendant la nuit que pendant la journée

La gestion de la douleur est l’un des plus grands défis du système de santé moderne. Près de 60% des adultes américains déclarent avoir ressenti de la douleur au cours des trois derniers mois, et la douleur est l’une des principales raisons pour lesquelles les adultes consultent un médecin. Une bonne gestion de la douleur est essentielle à la santé et au bien-être du patient. Une nouvelle étude publiée aujourd’hui dans Actes de l’Académie nationale des sciences (PNAS), ont constaté que les médecins prescrivaient moins d’analgésiques pendant le poste de nuit que pendant la journée.

La recherche a été menée par une équipe multidisciplinaire dirigée par le professeur Shoham Choshen-Hillel de l’École d’administration des affaires de l’Université hébraïque de Jérusalem (HU) et le Centre Federmann pour l’étude de la rationalité, le Dr Anat Perry du Département de psychologie de l’HU et Dr Alex Gileles-Hillel du centre médical Hadassah et HU.

Dans la première partie de l’étude, 67 médecins ont reçu des tâches d’évaluation de l’empathie le matin et ont été invités à répondre à des scénarios de patients simulés. Ces médecins étaient soit à la fin d’un quart de travail de 26 heures, soit en début de journée de travail. L’étude a révélé que les médecins qui ont récemment terminé le quart de nuit montraient moins d’empathie pour la douleur du patient. Par exemple, ces médecins présentaient des réponses émotionnelles diminuées aux images de personnes souffrantes et évaluaient systématiquement leurs patients au bas des tableaux d’évaluation de la douleur.

Lire aussi  «Il y a encore beaucoup de douleur»: quatre ans après une fusillade de masse, la communauté texane est aux prises avec les conséquences

Dans la deuxième partie de l’étude, les chercheurs ont examiné les décisions médicales réelles prises par les médecins des urgences aux États-Unis et en Israël. Au total, ils ont analysé 13 482 lettres de sortie de patients venus à l’hôpital en 2013-2020 avec comme principal symptôme la douleur (maux de tête, maux de dos, etc.). Dans tous les ensembles de données, les médecins étaient de 20 % à 30 % moins susceptibles de prescrire un analgésique pendant les quarts de nuit (par rapport aux quarts de jour) et prescrivaient moins d’analgésiques que ne le recommande généralement l’Organisation mondiale de la santé. « Ils sont fatigués et donc moins sensibles à la douleur des patients. Lorsque nous avons examiné les documents de sortie des médecins des urgences, nous avons constaté qu’ils prescrivaient moins d’analgésiques », a expliqué Choshen-Hillel.

Ce biais est resté significatif même après ajustement en fonction du niveau de douleur déclaré par le patient, des caractéristiques démographiques des médecins et des patients, du type de plainte et des caractéristiques du service des urgences. « Notre conclusion est que le travail de nuit est une source de biais importante et jusque-là non reconnue dans la gestion de la douleur, qui découle probablement d’une mauvaise perception de la douleur. Les chercheurs expliquent que même les experts médicaux, qui s’efforcent de fournir de meilleurs soins à leurs patients, sont susceptibles de les effets de l’équipe de nuit », a noté Perry.

Lire aussi  Un chercheur de la Fondation Champalimaud remporte le Prix Eppendorf & Science de Neurobiologie

Pour l’avenir, les chercheurs suggèrent de mettre en œuvre des directives de gestion de la douleur plus structurées dans les hôpitaux. Une autre implication importante concerne la structure de travail des médecins et la nécessité d’améliorer les horaires de travail des médecins. « Nos résultats peuvent avoir des implications pour d’autres lieux de travail qui impliquent un travail posté et une prise de décision empathique, y compris les centres de crise, les premiers intervenants et l’armée. En fait, ces résultats devraient probablement avoir de l’importance pour toutes les personnes privées de sommeil. » Gilles-Hillel.

Police de caractère:

L’Université hébraïque de Jérusalem

Référence magazine :

Choshen-Hillel, S., et coll. (2022) Les médecins prescrivent moins d’analgésiques pendant le quart de nuit que pendant le jour. PNAS. doi.org/10.1073/pnas.2200047119.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *