Tarun Sai Lomté

Les chercheurs explorent les séquelles pulmonaires à long terme de l’infection par le SRAS-CoV-2 dans la population pédiatrique

Dans une étude récente publiée dans Pneumologie pédiatriqueLes chercheurs ont décrit les séquelles pulmonaires à long terme de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) dans la population pédiatrique.

Étude : séquelles pulmonaires à long terme chez les adolescents après une infection par le SRAS-CoV-2.  Crédit d'image : DisobeyArt/Shutterstock
Étude : séquelles pulmonaires à long terme chez les adolescents après une infection par le SRAS-CoV-2. Crédit d’image : DisobeyArt/Shutterstock

La propagation des variantes Delta et Omicron du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) a entraîné une augmentation sans précédent des cas de COVID-19 parmi la population pédiatrique aux États-Unis (États-Unis). Des séquelles post-aiguës du COVID-19 (PASC) ont été décrites chez l’adulte. Les symptômes respiratoires subjectifs comprennent l’oppression thoracique, la toux, la fatigue et la dyspnée.

Des symptômes subjectifs similaires ont été observés dans des cas pédiatriques même après un COVID-19 asymptomatique ou léger. Une étude a rapporté que la tolérance à l’exercice, la dyspnée à l’effort et la toux étaient des symptômes respiratoires courants chez les enfants atteints de PASC. Cependant, il existe peu de données sur l’évolution des anomalies et les symptômes objectifs.

À propos de l’étude

La présente étude a décrit des anomalies pulmonaires objectives et subjectives chez des patients pédiatriques. Les auteurs ont lancé une clinique post-COVID pulmonaire pédiatrique en février 2021, et tous les patients référés à cette clinique jusqu’en décembre 2021 ont été inscrits à cette étude. Tous les participants ont été évalués lors de la première visite, qui comprenait une radiographie thoracique, un test de marche de six minutes (6MWT) avec une évaluation de Borg de l’effort perçu, une pléthysmographie, la capacité de diffusion du poumon pour le monoxyde de carbone et une pré-spirométrie et un bronchodilatateur.

Lire aussi  La recherche révèle le rôle critique de C/EBPb dans le développement des macrophages alvéolaires

Tous les sujets ont été invités à suivre après deux à trois mois. Toutes les évaluations objectives ont été effectuées selon les normes de l’American Thoracic Society. Le déficit obstructif a été défini comme le rapport entre le volume expiratoire maximal en une seconde (FEV1) et capacité vitale forcée (CVF) inférieure à 80 %. Ils ont défini les déficits restrictifs comme une capacité pulmonaire totale (TLC) inférieure à 80 % à la pléthysmographie.

La réponse bronchodilatatrice a été définie comme une augmentation du débit expiratoire forcé de 25 à 75 (FEF25-75) dans ≥ 25 % ou FEV11 chez ≥ 12 % de la valeur initiale. Les critères de jugement suivants ont été évalués : scores de dyspnée et de fatigue de Borg, distance au 6MWT et variation de la fréquence cardiaque au cours du 6MWT.

recommandations

La population étudiée était majoritairement blanche (80,5%) et des athlètes de compétition (dans les écoles). Vingt-quatre patients (29 %) avaient des antécédents d’asthme. Près de la moitié de la cohorte est revenue pour au moins une visite de suivi. Cinq cas de réinfection ont été enregistrés au cours de l’étude alors qu’ils étaient encore évalués/traités pour les séquelles de la première infection. Environ 23 % des sujets avaient été partiellement vaccinés lors de la présentation initiale.

Les symptômes respiratoires au moment de la présentation clinique comprenaient la toux, le repos, la dyspnée à l’effort et les douleurs thoraciques. La plupart des patients (80 %) présentaient deux symptômes ou plus. La dyspnée d’effort s’est améliorée lors des visites de suivi, bien qu’elle soit toujours un symptôme courant, tandis que d’autres symptômes se sont considérablement améliorés. Les données 6MWT étaient disponibles pour 27 sujets, 67 % montrant une plus grande distance par rapport à la ligne de base.

Lire aussi  Des anomalies génétiques individuelles entraînent une insuffisance cardiaque de différentes manières, rapporte un consortium

Lors de la première visite, les scores de dyspnée/fatigue de Borg étaient plus élevés après 6MWT chez la plupart des patients. Bien que la dyspnée perçue après le test se soit considérablement améliorée, la fatigue est restée inchangée. Une tachycardie importante a été notée lors de la visite initiale, avec une variation médiane de la fréquence cardiaque de 47 battements avant et après la marche. Lors des visites de suivi, la fréquence cardiaque a diminué chez la plupart des gens ; cependant, le changement de fréquence cardiaque avant et après la marche n’a pas été affecté.

Les mesures de spirométrie pour 77 % des sujets étaient dans les limites normales ; 14 et 5 patients avaient respectivement des déficits obstructifs et restrictifs. Une réponse bronchodilatatrice positive était évidente chez 31 % des individus, et parmi ceux-ci, 38 % avaient des antécédents d’asthme. En raison d’une spirométrie normale au départ, seuls 29 patients avaient des mesures de spirométrie au suivi et 90 % étaient normaux. Les lectures d’oxymétrie de pouls étaient de 96 % à 100 % chez tous les individus.

Un corticoïde inhalé ou son association avec un bêta-agoniste à longue durée d’action a été prescrit chez 43 % des patients. Deux sujets asthmatiques avaient des mesures de bronchodilatateur et de spirométrie normales et n’ont donc pas eu besoin de corticothérapie. Environ 85 % des patients traités ont signalé une réponse clinique aux médicaments et une amélioration des tests de la fonction pulmonaire. Sur la base de leurs antécédents cliniques et de tests fonctionnels normaux, environ 13 % des sujets ont reçu un diagnostic de trouble paradoxal des mouvements des cordes vocales (PVFMD).

Lire aussi  Un stimulateur cardiaque sans fil et sans pile pourrait faciliter la vie des patients cardiaques

Les modèles de régression univariés ont révélé une association d’anxiété, de dyspnée au repos, d’obésité et de toux avec un 6MWT réduit. Les modèles de régression multivariée ont montré des relations similaires. Cependant, la dyspnée à l’effort était associée à un 6MWT inférieur lorsqu’elle était ajustée en fonction du sexe, de la race, de l’âge et du statut d’assurance.

Dans les modèles univariés, la dyspnée d’effort et le sexe féminin étaient associés à une augmentation des scores de dyspnée de Borg ; en revanche, le sexe féminin et la dyspnée à l’effort et au repos étaient significativement associés dans les modèles multivariés. Dans les deux modèles, la dyspnée d’effort et de repos et le sexe féminin étaient associés à des scores de fatigue de Borg plus élevés.

conclusion

En résumé, l’étude a identifié trois phénotypes cliniques qui nécessitent une enquête plus approfondie. Ceux-ci comprenaient des patients atteints de PVFMD, d’hyperréactivité des voies respiratoires, de dyspnée/fatigue subjective et de quelques anomalies objectives. Presque tous les patients se sont plaints de dyspnée et de fatigue, souvent au repos, qui s’est aggravée à l’effort. Il est à noter que seuls les patients référés à la clinique (un seul centre) ont été évalués ; par conséquent, il se peut qu’il ne représente pas l’ensemble de la population pédiatrique.

Référence magazine :
  • Palacios S, Krivchenia K, Eisner M, et al. (2022). Séquelles pulmonaires à long terme chez les adolescents post-infection par le SRAS-CoV-2. Pneumologie pédiatrique. est ce que je:10.1002/hab.26059

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *