Les médecins découvrent les causes génétiques et virales des végétations adénoïdes élargies chez les enfants

Les médecins de RUDN ont découvert les causes génétiques et virales d’une maladie ORL courante chez les enfants – l’hypertrophie des végétations adénoïdes. Les résultats sont publiés dans Life.

L’hypertrophie adénoïde (AH), ou sa prolifération, est l’une des maladies oto-rhino-laryngologiques les plus courantes chez les enfants. Les conséquences vont du ronflement et du nez qui coule fréquemment à l’arrêt respiratoire dans un rêve. Cependant, les causes de l’HA n’ont pas encore été identifiées. Les médecins de RUDN ont découvert que l’hypertrophie des végétations adénoïdes peut avoir une étiologie génétique et virale.

« Le tissu adénoïde augmente physiologiquement chez les enfants âgés de 2 à 12 ans, mais en même temps, une croissance tissulaire excessive peut avoir un effet négatif sur la santé de l’enfant, notamment la respiration nasale, la congestion nasale, l’obstruction des voies respiratoires supérieures, le ronflement, les troubles du sommeil », a déclaré Yulia Lomaeva, chercheuse au département d’oto-rhino-laryngologie de l’université RUDN.

Un total de 144 enfants ont participé à l’étude, dont 106 patients avec hypertrophie adénoïde ont constitué le groupe de comparaison et 38 patients sans hypertrophie adénoïde ont été assignés au groupe témoin. Le diagnostic d’HA a été établi sur la base des plaintes, de l’anamnèse, de l’examen ORL, ainsi que des méthodes de recherche instrumentale (examen endoscopique du nez et du nasopharynx, radiographie du nasopharynx). Les médecins ont examiné le polymorphisme du gène IL – 10 G -1082 A (rs 1800896), ainsi qu’un certain nombre de virus obtenus en prélevant un écouvillon du nasopharynx.

Lire aussi  Comprendre l'impact du cancer de la vessie sur la vie quotidienne avant et après le diagnostic

Le virus de l’herpès simplex de type 6 (HHV 6) et le cytomégalovirus (CMV) étaient plus fréquents chez les patients atteints d’hypertrophie adénoïde (AH). Le virus HHV 6 s’est avéré être le plus fréquent – ; 60% des enfants atteints de GA en étaient infectés. Plus le degré d’élargissement des végétations adénoïdes est important, plus les virus HHV 6 et Epstein-Barr (EBV) sont courants. Par exemple, pour le troisième degré d’hypertrophie, le plus difficile, la fréquence du HHV 6 était de près de 80 %. À partir de là, les médecins ont conclu qu’il pourrait y avoir un lien entre les végétations adénoïdes hypertrophiées et les virus HHV 6, CMV et EBV.

La deuxième conclusion importante des auteurs est la dépendance de la maladie au génotype. La différence entre les patients avec et sans hypertrophie adénoïde a été trouvée dans le polymorphisme de la Gène IL-10. IL 10. Si une combinaison de GG est dans une certaine position, alors les chances que cette personne ait une hypertrophie adénoïde sont plus faibles qu’avec d’autres allèles.

Les végétations adénoïdes sont la première ligne de défense contre les bactéries et les virus. Nous émettons l’hypothèse que la présence d’infections par le HHV6 et le CMV affecte le développement de l’hypertrophie adénoïde, et que le HHV6 et l’EBV peuvent contribuer à l’élargissement des végétations adénoïdes. Le génotype GG de Gène IL-10 peut jouer un rôle dans la protection contre l’hypertrophie adénoïde et l’élargissement du tissu adénoïde à sa taille maximale. À l’avenir, il est nécessaire de confirmer nos découvertes et éventuellement de découvrir le rôle d’autres modifications génétiques. Le rôle d’autres virus de l’herpès doit également être évalué. »

Valentin Popadyuk, MD, chef du département d’oto-rhino-laryngologie, Université RUDN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.