Bhavana Kunkalikar

Comment les troubles du sommeil associés au déséquilibre de la mélatonine peuvent jouer un rôle dans la présence, l’intensité et la gravité de l’anosmie

Dans une étude récente publiée dans le Journal international des neurosciences du développementles chercheurs ont évalué le rôle de la mélatonine dans l’anosmie associée à la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).

Étude : La mélatonine pourrait-elle avoir un rôle adjuvant potentiel dans le traitement de l'anosmie de longue durée associée au COVID-19 ?  Une critique.  Crédit d'image : fizkes/Shutterstock
Étude : La mélatonine pourrait-elle avoir un rôle adjuvant potentiel dans le traitement de l’anosmie de longue durée associée au COVID-19 ? Une critique. Crédit d’image : fizkes/Shutterstock

Arrière plan

L’anosmie, ou perte de l’odorat, est souvent associée aux rhinopathies et est un symptôme courant signalé par les personnes infectées par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2). Bien qu’il n’existe toujours pas de médicament efficace pour le traitement de l’anosmie, plusieurs études ont suggéré le rôle de la mélatonine dans la récupération des sens olfactifs.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont étudié l’association entre l’anosmie et la mélatonine et l’impact de la mélatonine sur le sommeil et la régulation des neurones olfactifs.

L’équipe a mené un examen narratif en effectuant des recherches dans des bases de données électroniques telles qu’Embase, Cochrane et MEDLINE/PubMed entre août 2020 et novembre 2021. La recherche a été menée à l’aide des termes « anosmie et mélatonine », « mélatonine et anosmie du COVID-19 », ‘mélatonine et dysfonctionnement olfactif’, ‘anosmie et sommeil et COVID-19’, ‘sommeil et mélatonine et COVID-19’, ‘dysfonctionnement olfactif et rythme circadien’, ‘fonction olfactive et mélatonine’ et infections des voies respiratoires supérieures et mélatonine. L’étude comprenait des articles qui examinaient et/ou abordaient : (1) l’impact probable du rythme circadien et de la mélatonine sur l’anosmie, (2) la fonctionnalité olfactive dans les infections des voies respiratoires supérieures telles que le COVID-19 chez les patients, et (3) l’utilisation de la mélatonine comme agent thérapeutique contre le COVID-19.

Lire aussi  Effets neuronaux du COVID-19 sur les symptômes dépressifs

Parmi les études recensées, les essais cliniques ont permis d’évaluer la relation entre mélatonine et anosmie et d’estimer la dose suffisante de mélatonine pouvant être utilisée comme traitement d’appoint contre l’anosmie chronique. De plus, des études observationnelles et transversales ont fourni des données relatives aux habitudes de sommeil humain à l’aide de questionnaires sur le sommeil, tandis que des études épidémiologiques ont évalué l’incidence de l’anosmie chronique parmi les échantillons infectés par le COVID-19.

De plus, des méta-analyses et des revues systématiques ont fourni des preuves de haute qualité qui reconnaissaient l’étendue de l’impact de la mélatonine sur l’anosmie et évaluaient toute corrélation probable entre l’anosmie et le déséquilibre circadien. Les études animales ont également fourni des informations essentielles sur les habitudes de sommeil et les caractéristiques de la mélatonine et des cellules olfactives.

Résultats

Les résultats de l’étude ont montré que la variation du rythme circadien humain pourrait être causée par un déséquilibre des niveaux de mélatonine, ce qui pourrait entraîner des troubles du sommeil et une dérégulation ultérieure de l’homéostasie. La mélatonine joue un rôle essentiel dans les processus immunomodulateurs, endocrinologiques et métaboliques. L’étude a suggéré que la perturbation du rythme circadien et l’incidence des troubles du sommeil causés par les variations des niveaux de mélatonine pourraient stimuler les symptômes olfactifs tels que l’anosmie.

Lire aussi  Fatigue persistante post-COVID-19 chez les femmes enceintes

L’équipe a noté que tandis que les patients COVID-19 ont connu diverses fluctuations dans l’intensité de l’anosmie, plusieurs patients ont signalé des manifestations chroniques et durables de la maladie. Une étude a également montré que parmi les patients COVID-19 qui avaient présenté des symptômes neurologiques, 5,1% avaient reçu un diagnostic d’anosmie.

La relation entre les niveaux de mélatonine endogène et l’intensité et la sévérité de l’anosmie n’est pas encore comprise. Cependant, puisque la mélatonine joue un rôle essentiel dans le rythme circadien et la modulation du stress oxydatif, l’équipe pense que la mélatonine pourrait aider à la réparation olfactive physiologique. D’autres études ont également révélé le rôle potentiel de la mélatonine en tant que substrat protecteur qui a contribué à la prévention et à la récupération des neurones olfactifs en inhibant le stress oxydatif. Cet impact protecteur pourrait être le résultat de l’environnement inflammatoire de l’épithélium olfactif dans une infection à rhinovirus qui stimule les niveaux de mélatonine. La libération ultérieure de mélatonine a entraîné une diminution de la proportion de radicaux libres et l’inhibition de l’apoptose des cellules neuronales olfactives.

Les infections virales telles que COVID-19 sont connues pour avoir un impact potentiel sur la glande pinéale. Cela pourrait conduire à une réduction de la fonctionnalité de la voie mélatoninergique, entraînant des troubles du sommeil et une dérégulation circadienne. Ces effets pourraient être corrélés à la réplication virale ainsi qu’à une réponse immunitaire altérée. Par conséquent, il est plus probable que le traitement de l’anosmie liée au COVID-19 avec de la mélatonine soit plus étroitement lié à une réponse systémique qu’à toute cible olfactive.

Lire aussi  Qu'est-ce qui cause l'insomnie et comment la traiter ?

L’équipe a proposé deux mécanismes d’action probables par lesquels la mélatonine affectait l’anosmie. Le premier mécanisme était associé à l’influence directe du SRAS-CoV-2 sur la glande pinéale, affectant la libération de mélatonine et la perturbation conséquente du sommeil et du rythme circadien. Le deuxième mécanisme était lié à des modifications de l’homéostasie à la suite d’une lésion de l’axe hypophyso-hypothalamique. Cela pourrait entraîner un déséquilibre de la mélatonine et des troubles du sommeil ultérieurs.

conclusion

Dans l’ensemble, les résultats de l’étude ont montré que la stimulation de la libération de la glande pinéale et de la mélatonine pouvait être directement associée aux infections au COVID-19 et à l’anosmie qui en résulte. Les chercheurs pensent que si d’autres études sont nécessaires pour comprendre la voie exacte qui cause l’anosmie chez les patients atteints de COVID-19, la mélatonine pourrait s’avérer être un médicament thérapeutique efficace pour traiter l’anosmie.

Référence magazine :
  • Xerfan, EMS, Morelhao, PK, Arakaki, FH, Facina, AS, Tomimori, J., Xavier, SD, et al (2022).
    La mélatonine pourrait-elle avoir un rôle adjuvant potentiel dans le traitement de l’anosmie persistante associée au COVID-19 ? Une critique.
    Journal international des neurosciences du développement. est ce que je:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.