Les grossesses après transfert d’embryons congelés présentent un risque accru de troubles hypertensifs

Ces dernières années, des inquiétudes ont été exprimées quant au fait que les grossesses résultant de transferts d’embryons congelés en FIV pourraient augmenter le risque maternel de troubles hypertensifs, en particulier de prééclampsie, des complications pouvant avoir des conséquences graves pour la mère et le fœtus. Ces préoccupations ont été soulevées dans des études observationnelles récentes comparant les résultats des transferts frais et congelés, qui par définition sont sujets à des confusions statistiques. Les comparaisons entre frères et sœurs peuvent éliminer une grande partie de cette confusion.

Maintenant, une très grande étude basée sur des données de registre en vie réelle et une comparaison des complications maternelles dans les grossesses fraternelles indique que les grossesses après transfert d’embryon congelé (TEF) ont un risque sensiblement plus élevé de troubles hypertensifs que les grossesses conçues naturellement. Ce même risque élevé (environ le double) a également été trouvé dans une analyse de sous-groupe des naissances de frères et sœurs, qui a été conçue pour éliminer l’effet de tout facteur parental sur les résultats.

Nos découvertes sont importantes car le nombre de FET augmente rapidement dans le monde. »

Dr Sindre H. Petersen, premier auteur de l’étude, Université norvégienne des sciences et technologies, Trondheim, Norvège

Presentará los resultados del estudio hoy en la 38ª reunión anual de ESHRE en Milán en nombre del grupo CoNARTaS (Comité Nórdico de Seguridad y Tecnología de Reproducción Asistida), que supervisa la salud de las madres y los niños nacidos después de la reproducción asistida en los pays nordiques.

Selon le dernier rapport de log ESHRE, le rapport des cycles FET aux nouveaux cycles continue d’augmenter en Europe. En 2017, la part était de 49 %, contre 38 % en 2014. Des tendances similaires sont observées aux États-Unis et dans la plupart des pays à revenu élevé. Les FET sont de plus en plus courants en raison de l’amélioration des méthodes de cryoconservation, de la facilitation du transfert d’un seul embryon, de la réduction de l’hyperstimulation ovarienne et de la congélation élective de tous les embryons (cycles « sans congélation »).

Lire aussi  Le stress chronique pendant la grossesse affecte l'homéostasie du fer fœtal

L’étude a analysé plus de 4,5 millions de grossesses uniques dans les registres de trois pays nordiques avec accouchement entre 1988 et 2015. Parmi les conceptions après procréation assistée, 78 300 étaient après transfert d’embryon frais et 18 037 après FET. Les références de naissance du registre, largement uniques aux pays nordiques, ont également permis d’identifier 33 209 naissances de frères et sœurs après transfert d’embryons frais ou congelés et conception naturelle. « Cette étude était de loin la plus grande analyse de frères et soeurs à ce jour portant sur l’association entre les traitements de procréation assistée et les troubles hypertensifs pendant la grossesse », a déclaré le Dr Petersen.

Les résultats de l’étude ont montré que le risque de troubles hypertensifs pendant la grossesse était presque deux fois plus élevé dans les grossesses après FET que dans les grossesses après conception naturelle (7,4 % contre 4,3 %). Cependant, le risque de troubles hypertensifs dans les grossesses consécutives au transfert d’embryons frais était comparable à celui des grossesses conçues naturellement. Les ajustements pour l’indice de masse corporelle maternel, le tabagisme et le temps entre les naissances n’ont pas affecté les résultats finaux, pas plus que les autres méthodes de procréation assistée (FIV, ICSI, durée de la culture embryonnaire ou nombre d’embryons transférés).

Les troubles hypertensifs pendant la grossesse comprennent l’hypertension gestationnelle et la pré-éclampsie, ainsi que les affections plus rares mais plus graves de l’éclampsie et de l’hémolyse, du foie élevé, des enzymes, du syndrome de faible taux de plaquettes (HELLP).

Le Dr Petersen a déclaré que cette conception de l’étude n’était pas en mesure d’évaluer les mérites relatifs de la congélation d’embryons par rapport au risque accru de troubles hypertensifs, mais a noté que « la cryoconservation a facilité l’approche très favorable du transfert d’embryon unique, améliorant les résultats fœtaux et maternels en empêchant grossesses multiples ».

Des études récentes ont suggéré que le risque de troubles hypertensifs dans les grossesses FET pourrait être associé à des thérapies pour préparer l’utérus à l’implantation d’embryons. Ils sont généralement administrés sous la forme d’un traitement hormonal substitutif dans ce que l’on appelle un cycle «chronométré» ou «artificiel» (dans lequel il n’y a pas de corps jaune se développant naturellement pour fournir un soutien hormonal à la grossesse). La présence d’un corps jaune, a déclaré le Dr Petersen, est devenue une « patate chaude » dans des études récentes et « constitue en fait une différence potentiellement importante entre la conception naturelle et les transferts d’embryons frais d’une part et le FET d’autre part ».

Il a ajouté: « Dans notre analyse, toutes les conceptions naturelles et les grossesses par transfert d’embryon frais avaient un corps jaune, contrairement à un sous-ensemble de grossesses FET. Cependant, nous nous attendions à des publications danoises et suédoises antérieures que dans notre étude, seulement 15-30% des grossesses FET ont été réalisées dans des cycles artificiels, ce qui semble peu susceptible d’entraîner l’intégralité de la forte association dans nos résultats. Ainsi, il semble possible qu’un aspect inhérent du processus de congélation-décongélation, par exemple, des changements épigénétiques, puisse également être responsable ”.

Lire aussi  Le risque d'eczéma chez les bébés pourrait être réduit en prenant des suppléments de vitamine D pendant la grossesse

Décrivant leurs résultats comme « juste une pièce d’un grand puzzle », le Dr Petersen a déclaré qu’il était trop tôt pour recommander des changements dans les stratégies de traitement uniquement sur la base de cette étude, et qu’il existe encore de bonnes raisons pour lesquelles les transferts d’embryons congelés sont de plus en plus utilisés. plus, en particulier dans leur facilitation du transfert d’embryon unique. « Je suis convaincu qu’une décision éclairée et individualisée d’opter pour un cycle frais ou congelé peut être prise après discussion entre le médecin et le couple », a-t-il déclaré, « comme dans toute prise de décision clinique ». Cependant, certaines preuves émergentes suggèrent que le TEF dans un cycle naturel (par opposition à un cycle programmé), où le corps jaune sécrète des hormones vasoactives, pourrait entraîner un risque moindre de pré-éclampsie et d’autres troubles hypertensifs. Les recherches futures devraient explorer davantage ce mécanisme possible avant de tirer des conclusions définitives. En attendant, notre étude peut contribuer à une prise de décision éclairée pour les patients et les médecins. »

Police de caractère:

Société européenne de reproduction humaine et d’embryologie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *