Neha Mathur

Les masques médicaux ne sont-ils pas inférieurs aux respirateurs N95 pour prévenir le COVID-19 chez les travailleurs de la santé fournissant des soins de routine ?

Dans un article récent publié dans Revues ACPLes chercheurs ont déterminé si les masques médicaux (chirurgicaux) n’étaient pas inférieurs aux respirateurs N95 pour prévenir l’infection par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) chez les travailleurs de la santé (TS).

Étude : Masques médicaux par rapport aux respirateurs N95 pour prévenir le COVID-19 parmi les travailleurs de la santé.  Crédit d'image : Maridav/Shutterstock
Étude : Masques médicaux par rapport aux respirateurs N95 pour prévenir le COVID-19 parmi les travailleurs de la santé. Crédit d’image : Maridav/Shutterstock

Antécédents

Les masques chirurgicaux ou respirateurs N95 font partie de tous les équipements de protection individuelle (EPI) des travailleurs de la santé. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande des masques médicaux pour les travailleurs de la santé impliqués dans les soins de routine des patients atteints de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19). D’autre part, les Centers for Disease Control and Prevention recommandent des respirateurs N95 pour ces travailleurs de la santé. Cependant, on ne sait pas si les deux offrent une protection similaire contre le COVID-19.

De précédentes méta-analyses d’essais cliniques randomisés (ECR) portant sur d’autres virus respiratoires ont suggéré que les masques chirurgicaux et les respirateurs N95 offraient une protection similaire. Cependant, il est plausible que les résultats autodéclarés et les biais de rappel potentiels aient limité leurs conclusions.

Il convient de noter que les respirateurs N95 sont testés pour leur ajustement et offrent une meilleure filtration que les masques chirurgicaux. Cependant, leur approvisionnement insuffisant à l’échelle mondiale pendant la pandémie, en raison de leurs coûts élevés, est une préoccupation pour la communauté des travailleurs de la santé.

À propos de l’étude

Les chercheurs ont émis l’hypothèse que les masques chirurgicaux ne seraient pas inférieurs aux respirateurs N95. Dans le présent ECR multicentrique de non-infériorité, ils ont évalué 29 établissements de santé au Canada, au Pakistan, en Égypte et en Israël entre le 4 mai 2020 et le 29 mars 2022. Les 1 009 travailleurs de la santé qui se sont inscrits à l’étude ont fourni des soins directs aux patients atteints de COVID-19, confirmé par des rapports positifs d’un test de réaction en chaîne par polymérase de transcription inverse (RT-PCR).

Lire aussi  Des scientifiques découvrent le sweet spot du VIH

La plupart des participants à l’étude étaient des infirmières non vaccinées ; cependant, l’équipe a ensuite inclus d’autres travailleurs de la santé pour augmenter le nombre de participants à cet essai. Ils ont également réduit le temps de suivi de 12 à 10 semaines pour réduire le non-suivi. De plus, ils ont retenu les participants qui ont reçu une dose unique d’un vaccin COVID-19 après leur inscription et les ont suivis pendant deux semaines après leur première dose.

Le présent ECR avait finalement une durée de suivi variable et utilisait la marge de non-infériorité pour calculer les rapports de risque (RR). Notamment, les enquêteurs ont affecté tous les participants à l’essai à des groupes de masques médicaux ou de respirateurs N95 dans un rapport de 1: 1 à l’aide d’un schéma randomisé informatisé, stratifié davantage par centre participant en blocs permutés de quatre.

Les participants ont auto-déclaré dans quelle mesure ils utilisaient leur masque assigné (chirurgical ou respirateur N95) sur une base hebdomadaire. De plus, tous ont adhéré à leurs politiques institutionnelles concernant l’élimination des masques. Le résultat principal de l’étude était un test RT-PCR SARS-CoV-2 confirmé de la date de randomisation à la fin du suivi. Cependant, l’équipe a également recherché des preuves sérologiques d’infection, telles qu’une maladie respiratoire aiguë, une pneumonie, etc.

L’équipe a également audité les participants à l’essai pour s’assurer du strict respect de l’intervention. À cette fin, le centre de coordination a sélectionné au hasard 20 % des équipes d’un centre de santé participant pour observer les participants à l’essai. Enfin, les enquêteurs ont utilisé un modèle à risques proportionnels de Cox stratifié par établissement de santé pour estimer le RR et les intervalles de confiance (IC) à 95 % correspondants.

Lire aussi  Les systèmes de santé semblent mal équipés pour gérer la co-circulation élevée de la grippe et du SRAS-CoV-2 au cours de l'année à venir

Résultats de l’étude

Sur les 1 009 participants à l’ECR inscrits, l’équipe a assigné au hasard 500 personnes aux groupes de masques médicaux et de respirateurs N95. Il y avait 268, 34, 187 et 520 participants du Canada, d’Israël, du Pakistan et d’Égypte, respectivement, avec des caractéristiques de base équilibrées et presque similaires dans chaque pays. Cependant, la séropositivité initiale variait selon les pays, la séropositivité la plus élevée de 81 % étant observée en Égypte. La durée moyenne de suivi était de 9,06 semaines et 9,03 semaines dans le groupe masque chirurgical et le groupe respirateur N95, respectivement.

La RT-PCR a confirmé que le COVID-19 est survenu chez 52/497 et 47/507 participants du groupe masque médical par rapport au groupe respirateur N95 (10,46 % contre 9,27 %), avec un HR égal à 1, 14. Les deux groupes ont rapporté respectivement 47 et 59 (10,8 % contre 13,6 %) événements indésirables liés à l’intervention.

Une analyse non planifiée de sous-groupes par pays a révélé que des proportions variables de travailleurs de la santé étaient positifs au COVID-19 confirmé par RT-PCR dans les deux groupes. Par exemple, la RT-PCR a confirmé que la COVID-19 s’est produite au Canada chez 8/131 et 3/135 personnes dans le groupe des masques médicaux par rapport aux groupes des respirateurs N95, respectivement, avec un HR = 2,83. L’incidence de la COVID-19 confirmée par RT-PCR pour Israël, le Pakistan et l’Égypte était de 6/17 contre 4/17 (HR, 1,54), 3/92 contre 2/94 (HR, 1,50) et 35/ 257 contre 38/261 (HR, 0,95), respectivement.

conclusions

L’étude a démontré une hétérogénéité au niveau des pays dans les taux de positivité RT-PCR et la séropositivité de base. Bien que l’estimation de l’IC regroupé pour la prévention de la COVID-19 confirmée par RT-PCR pour les masques chirurgicaux se situe dans la plage de non-infériorité de deux, cette plage était large par rapport aux respirateurs N95. Une explication possible pourrait être que si l’inscription à l’étude au Canada s’est produite au début de la pandémie, la même chose a été faite plus tard au Pakistan et en Égypte, lorsque les gens avaient déjà contracté la COVID-19 au moins une fois et reçu des vaccins.

Lire aussi  Une étude montre que le poliovirus dérivé d'un vaccin chez un nourrisson atteint d'immunodéficience sévère

Plus de 50 % des participants à l’essai venaient d’Égypte lorsque Omicron était en circulation. Par conséquent, les chercheurs ont noté un effet nul des masques chirurgicaux par rapport aux respirateurs N95 en Égypte. L’une des raisons pourrait être qu’une transmission communautaire plus élevée en Égypte a masqué le nombre plus élevé d’infections à Omicron associées à l’utilisation d’un masque chirurgical par rapport au respirateur N95, une découverte qui contraste avec ce que des chercheurs au Canada ont observé.

Cependant, les estimations des sous-groupes de pays variaient, et même les estimations globales restent inapplicables aux pays individuels en raison de l’hétérogénéité de l’effet du traitement. Les résultats de l’étude, cependant, ont souligné un risque doublé de COVID-19 confirmé par RT-PCR chez les travailleurs de la santé qui prodiguent des soins de routine aux patients atteints de COVID-19 et portent des masques chirurgicaux par rapport à ceux qui portent des respirateurs N95. .

Référence magazine :
  • Masques médicaux contre respirateurs N95 pour prévenir le COVID-19 parmi les travailleurs de la santé. Marcos Loeb, et al. Revues ACP. est ce que je:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *