Tarun Sai Lomté

Les auto-anticorps dirigés contre certaines chimiokines peuvent protéger contre le COVID-19 prolongé

Une étude récente publiée dans la revue immunologie naturelle découvert des auto-anticorps contre les chimiokines après une infection par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2).

Le spectre de manifestation de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) est large, les sujets convalescents signalant des symptômes prolongés, une condition appelée séquelles post-aiguës de COVID-19 (PASC) ou COVID prolongée. Certaines preuves suggèrent un rôle pour la persistance du virus, l’auto-immunité et la dérégulation immunitaire dans la gestion prolongée du COVID. Cependant, les mécanismes biologiques sous-jacents à cette condition ne sont pas bien compris.

Des niveaux élevés de cytokines pro-inflammatoires et de certaines chimiokines caractérisent le COVID-19 aigu. Les chimiokines recrutent des monocytes et des neutrophiles sur les sites d’infection, qui jouent un rôle essentiel dans la physiopathologie du COVID-19. De plus, des auto-anticorps dirigés contre les interférons et d’autres molécules ont été signalés dans le COVID-19 ; en général, ils sont associés à des résultats indésirables. Cependant, aucune étude n’a évalué de manière exhaustive les auto-anticorps dirigés contre les chimiokines.

Lettre : Les auto-anticorps dirigés contre les chimiokines après une infection par le SRAS-CoV-2 sont en corrélation avec l'évolution de la maladie.  Crédit d'image : peterschreiber.media/ShutterstockLettre : Les auto-anticorps dirigés contre les chimiokines après une infection par le SRAS-CoV-2 sont en corrélation avec l’évolution de la maladie. Crédit d’image : peterschreiber.media/Shutterstock

L’étude et les conclusions

Dans la présente étude, les chercheurs ont appliqué une approche basée sur les peptides pour quantifier la liaison des anticorps à une région fonctionnelle de 43 chimiokines humaines après l’infection par le SRAS-CoV-2. Des échantillons de plasma ont été prélevés sur 71 personnes en convalescence du COVID-19 (cohorte de Lugano) en moyenne six mois après le début de la maladie. De plus, des échantillons provenant d’individus non infectés ont servi de témoins.

Lire aussi  Étude : les politiques de poids et d'IMC du NHS sont inappropriées et aggravent les inégalités en matière de santé

Des peptides correspondant à la boucle N-terminale des chimiokines (boucle N) ont été conçus pour être utilisés dans des dosages immuno-enzymatiques (ELISA). Les anticorps anti-immunoglobuline G (IgG) spécifiques du peptide ont été mesurés. Certains échantillons provenant d’individus convalescents présentaient des taux élevés d’IgG pour des chimiokines spécifiques ; de plus, des anticorps dirigés contre la boucle N étaient en corrélation avec des anticorps dirigés contre l’extrémité C-terminale de la même chimiokine.

Les anticorps dirigés contre le ligand de chimiokine à motif CC 19 (CCL19), CCl22 et le ligand de chimiokine à motif CXC 17 (CXCL17) ont été regroupés dans une analyse de regroupement non supervisée et définis comme la signature COVID-19. De plus, les chercheurs ont validé cette signature dans deux cohortes indépendantes (Milan et Zurich). La cohorte de Milan a été évaluée pendant la phase aiguë et sept mois après le début, tandis que la cohorte de Zurich a été échantillonnée 13 mois après le début de la maladie.

De plus, l’équipe a noté que les niveaux d’anticorps de signature de la chimiokine COVID-19 n’étaient pas corrélés avec les titres neutralisants à mi-hauteur (NTcinquante) ou niveaux d’IgG contre le domaine récepteur-grippant (RBD) de la pointe SARS-CoV-2. Les anticorps dirigés contre des chimiokines spécifiques (CXCL7, CCL8, CCL19, CCL8, CCL16 et CCL13) ont augmenté au mois 12 après la ligne de base par rapport au mois 6. Contrairement aux anticorps anti-RBD qui ont diminué avec le temps, les anticorps dirigés contre certaines chimiokines ont augmenté sur 12 mois.

Seuls les anticorps anti-CCL19 étaient plus élevés chez les convalescents qui ont dû être hospitalisés pendant la COVID-19 que chez les témoins. D’autre part, les patients convalescents ambulatoires ont montré des niveaux plus élevés contre huit chimiokines que les témoins. En particulier, les anticorps contre CCL25, CXCL5 et CXCL8 étaient plus faibles chez les convalescents précédemment hospitalisés que chez les patients ambulatoires.

Lire aussi  Les points à considérer d'EULAR peuvent guider l'évaluation diagnostique, le traitement et le suivi des SAID

La signature COVID-19 qui distingue les convalescents des témoins diffère de la signature d’hospitalisation COVID-19 (auto-anticorps contre CCL25, CXCL8 et CXCL5) associée à la gravité de la maladie. Ensuite, l’équipe a recueilli des données sur les symptômes autodéclarés au mois 12 à l’aide d’un questionnaire pour déterminer si les anticorps anti-chimiokines au mois 6 prédisaient un COVID prolongé.

Plus de 65 % des participants de la cohorte de Lugano présentaient au moins un symptôme persistant. Les symptômes étaient plus fréquents chez les hospitalisés (72,7 %) que chez les convalescents ambulatoires (47,4 %). Les sujets atteints de COVID à long terme, en particulier les femmes et les patients ambulatoires, présentaient des niveaux cumulés d’anticorps anti-chimiokines inférieurs à ceux sans COVID à long terme. Cependant, les taux d’IgG anti-RBD et de NTcinquante les titres étaient comparables entre ceux avec et sans COVID à long terme.

Les anticorps contre CXCL13, CXCL16 et CCL21 au mois 6 ont différencié les groupes COVID à long terme des groupes non à long terme, les définissant ainsi comme une signature COVID à long terme. Enfin, l’équipe a mesuré les anticorps chimiokines chez des patients atteints de la maladie de Lyme, du virus de l’immunodéficience humaine (VIH)-1, de la polyarthrite rhumatoïde (PR), du syndrome de Sjögren (SjS) ou de la spondylarthrite ankylosante (SA).

Ils ont observé des niveaux élevés d’anticorps contre 14 chimiokines mais pas contre CCL19 chez les sujets infectés par le VIH-1 par rapport aux témoins sains. Les anticorps contre CXCL9, CCL4, CCL19 et CCL25 ont augmenté chez les personnes atteintes de PR, SjS et les sujets atteints de PR par rapport aux témoins. Le plasma des sujets atteints de la maladie de Lyme était indiscernable des témoins sains.

Lire aussi  La consommation d'alcool n'apporte aucun bénéfice pour la santé, présente de nombreux risques pour les jeunes

conclusion

En résumé, les chercheurs ont démontré l’apparition généralisée d’auto-anticorps contre les chimiokines après COVID-19. L’expression élevée d’auto-anticorps spécifiques a été associée à des résultats favorables de la maladie. Des niveaux élevés de diverses chimiokines pendant le COVID-19 entraînent un environnement pro-inflammatoire dans les poumons, contribuant à une maladie grave. Les chercheurs ont identifié une signature du COVID-19 (CCL25, CXCL5 et CXCL8) chez les convalescents du COVID-19.

Étant donné que ces chimiokines attirent les neutrophiles et d’autres cellules, favorisant l’inflammation, les auto-anticorps (contre eux) impliquent une protection en atténuant la réponse inflammatoire. De futures études devraient déterminer si les agents antichimiokines pourraient avoir un impact positif sur la phase inflammatoire précoce pendant le COVID-19 et réduire le développement prolongé du COVID.

Référence magazine :
  • Muri J, Cecchinato V, Cavalli A, et al. Les auto-anticorps dirigés contre les chimiokines après une infection par le SRAS-CoV-2 sont en corrélation avec l’évolution de la maladie. immunol nat, 2023, DOI : 10.1038/s41590-023-01445-w,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *