Les médecins de l’UT Southwestern décrivent les risques de grossesse chez les femmes atteintes de maladies rhumatismales

Les femmes enceintes atteintes d’une maladie rhumatismale active courent un risque plus élevé d’effets indésirables que la population générale, notamment l’hypertension, la prééclampsie, le taux plus élevé de césariennes, les bébés petits pour l’âge gestationnel, les naissances prématurées et les pertes fœtales. Pour diminuer le risque de ces complications, la maladie rhumatismale doit être maîtrisée avant la conception avec des médicaments qui peuvent être utilisés sans danger pendant la grossesse.

Ce sont quelques-unes des conclusions détaillées dans un récent article de synthèse rédigé par des médecins de l’UT Southwestern à Cliniques de maladies rhumatismales d’Amérique du Nord.

Les troubles rhumatologiques sont fréquents chez les femmes en âge de procréer. Comprendre la prise en charge des maladies rhumatismales chez les femmes enceintes est une partie importante des soins aux patients pour les rhumatologues. Si nous avons une meilleure compréhension de la gestion de la grossesse chez nos patientes, nous pouvons alors aider les patientes à atteindre leurs objectifs de planification familiale. »

Bonnie Bermas, MD, professeur de médecine interne, Division des maladies rhumatismales à UT Southwestern

Dans l’article, le Dr Bermas et ses collègues ont décrit les risques de grossesse chez les femmes atteintes de maladies rhumatismales et la sécurité des médicaments pendant la grossesse et l’allaitement.. L’examen s’est concentré sur trois maladies : la polyarthrite rhumatoïde (PR), le lupus érythémateux disséminé (LES) et le syndrome obstétrical des antiphospholipides (APS).

Chacun comporte des risques et des considérations différents :

  • Environ la moitié des patientes atteintes de PR connaissent une rémission de la maladie pendant la grossesse. Inversement, certains patients atteints de PR connaissent des poussées. Une maladie active avant la conception et l’arrêt des médicaments contre la PR sont associés à des poussées de PR pendant la grossesse, tandis qu’une faible activité de la maladie avant la conception est associée au contrôle de la maladie.
  • Pendant de nombreuses années, on a souvent conseillé aux patientes atteintes de LED d’éviter une grossesse en raison de préoccupations concernant l’augmentation de l’activité de la maladie et les effets indésirables. De mauvais résultats sont encore observés chez les femmes atteintes d’une maladie très active au cours de la période de préconception, en particulier celles atteintes d’une maladie rénale active. La prise en charge des poussées rénales pendant la grossesse est difficile, car il est difficile de différencier la prééclampsie d’une poussée de LES. Cependant, de nombreuses patientes atteintes de LES peuvent avoir des grossesses réussies tout en maintenant une faible activité de la maladie. Il est important de noter que la poursuite de l’hydroxychloroquine, un pilier du traitement, améliore l’issue de la grossesse.
  • L’APS obstétrical est défini par trois pertes de grossesse au premier trimestre, une perte au deuxième ou au troisième trimestre, un accouchement prématuré de moins de 34 semaines ou une prééclampsie sévère chez les femmes qui ont la présence d’anticorps antiphospholipides. Ces patientes ont besoin d’anticoagulation et d’aspirine à faible dose pendant la grossesse.

En fin de compte, maîtriser la maladie avec des médicaments de grossesse sécuritaires est la meilleure voie vers une grossesse réussie. Alors que certains médicaments antirhumatismaux ne peuvent pas être utilisés pendant la grossesse, beaucoup le peuvent.

« Nos connaissances sur l’innocuité des médicaments pendant la grossesse sont limitées car les femmes enceintes sont exclues de la plupart des essais cliniques », a déclaré le Dr Bermas. Les efforts de ces dernières années ont abouti à la publication de lignes directrices sur l’utilisation des médicaments pendant la grossesse et l’allaitement dans les maladies rhumatismales. Il convient de noter que l’hydroxychloroquine, les agents immunosuppresseurs tels que l’azathioprine, la cyclosporine et le tacrolimus, ainsi que l’aspirine à faible dose, peuvent être utilisés en toute sécurité pendant la grossesse et l’allaitement. Le conseil préconceptionnel avec un rhumatologue compétent ou un spécialiste de la médecine materno-fœtale est une partie importante des soins de rhumatologie de la reproduction.

Police de caractère:

Centre médical du sud-ouest de l’UT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.