Tarun Sai Lomté

Le vaccin recombinant bivalent protège contre le SRAS-CoV-2 et la grippe dans des modèles animaux

Dans une étude récente publiée dans le Journal de virologieles chercheurs ont développé un vaccin bivalent recombinant contre le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) et les virus de la grippe.

Étude : Un vaccin bivalent recombinant à base de VSV protège efficacement contre l'infection par le virus du SRAS-CoV-2 et la grippe A. Crédit d'image : Étude romantique/ShutterstockÉtude : Un vaccin bivalent recombinant à base de VSV protège efficacement contre l’infection par le virus du SRAS-CoV-2 et la grippe A. Crédit d’image : Étude romantique/Shutterstock

La pandémie de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) constitue une grave menace pour la santé publique mondiale. Plusieurs vaccins ont été utilisés pour prévenir le COVID-19 ; cependant, l’émergence de variantes préoccupantes (COV) du SRAS-CoV-2 hautement transmissibles a compromis les efforts visant à contenir la pandémie. Les COV du SRAS-CoV-2 provoquent de nouvelles infections dans les vaccins, remettant en cause l’efficacité des vaccins COVID-19 existants et justifiant le développement de vaccins améliorés.

La grippe est une maladie respiratoire contagieuse causée principalement par le virus de la grippe A (IAV). La grippe saisonnière est un problème de santé publique avec plus de 300 000 décès par an. Les vaccins antigrippaux sont le moyen le plus efficace de prévenir la maladie, mais ils sont moins efficaces (10 % à 60 %) en raison des différences entre la souche vaccinale et les souches en circulation.

Il est donc essentiel de concevoir un vaccin universel contre toutes les souches de grippe. La grippe et le COVID-19 sont des maladies contagieuses qui se propagent au cours des mêmes saisons et représentent une menace mondiale pour la santé publique ; en tant que tel, il est très avantageux de concevoir un vaccin qui protège simultanément contre le SRAS-CoV-2 et les virus de la grippe.

L’étude et les conclusions

Dans la présente étude, les chercheurs ont construit trois candidats vaccins bivalents à base de virus de la stomatite vésiculeuse recombinante (rVSV) pour le COVID-19 et la grippe. Premièrement, ils ont généré des ADN codants (ADNc) codant pour la protéine de pointe (SP) du delta du SRAS-CoV-2 avec une délétion de 17 acides aminés (aa) à l’extrémité C-terminale et une mutation ponctuelle (I742A). [henceforth, SPΔC1]. De plus, des ADNc codant pour le domaine S2 avec une délétion de 381 aa (SPΔC2) ont été construits.

Lire aussi  La méthode de contrôle du seuil pourrait aider dans l'élaboration des politiques futures à assouplir les interventions non pharmaceutiques.

Le domaine de liaison au récepteur (RBD) de la souche SARS-CoV-2 Wuhan-Hu-1 a été fusionné avec la glycoprotéine du virus Ebola (GP) pour générer la construction d’ADNc ERBD. Chacun des trois ADNc a été inséré dans le vecteur vaccinal rVSV-EM2e, qui contenait le GP d’Ebola fusionné avec quatre copies du polypeptide de l’ectodomaine (M2e) de la grippe M2 pour générer V-EM2e/SPΔC1, V-EM2e/SPΔC2 ou V-EM2e /ERBD.

Deux copies de M2e provenaient de souches de grippe humaine, une de la souche de grippe aviaire et une de la souche de grippe porcine. La capacité de réplication des vaccins candidats a été examinée dans plusieurs lignées cellulaires telles que A549, MRC-5, U251MG, différenciation groupe 4-positif (CD4+) Cellules T Jurkat et macrophages dérivés de monocytes (MDM) et cellules dendritiques (MDDC).

Bien que le VSV de type sauvage ait montré une efficacité de réplication et des effets cytopathiques typiques (CPE) dans plusieurs lignées cellulaires, les candidats rVSV n’ont pas réussi à infecter MRC-5 et CD4.+ Cellules Jurkat T. Les vaccins candidats ont montré une infection positive dans d’autres types de cellules et se sont répliqués beaucoup plus lentement avec moins de CPE que le VSV de type sauvage. Deux doses de chaque vaccin candidat ont été administrées aux jours 0 et 14 chez des souris BALB/c par injection intramusculaire (IM) ou intranasale (IN).

Lire aussi  Comment la pandémie de COVID-19 a-t-elle eu un impact sur l'épidémiologie des bactéries résistantes aux antibiotiques ?

Les anticorps sériques anti-SARS-CoV-2 RBD et anti-M2 ont été mesurés. Ils ont trouvé des niveaux plus élevés d’anticorps IgA et IgG anti-SARS-CoV-2 avec les candidats V-EM2e/SPΔC1 et V-EM2e/SPΔC2 avec l’administration IM qu’avec l’administration IN. L’immunisation avec V-EM2e/ERBD par voie IM a provoqué des quantités beaucoup plus faibles d’anticorps IgG anti-RBD que les deux autres vaccins candidats.

Tous les candidats ont induit des anticorps anti-M2 IgG et IgA de même niveau, quelle que soit la voie d’administration. Ensuite, ils ont évalué le pouvoir neutralisant des anticorps induits par les vaccins candidats à l’aide de pseudovirus SPΔC. Le vaccin V-EM2e/ SPΔC1 a induit les titres les plus élevés d’anticorps neutralisants (nAbs) contre SpΔCtype sauvage et SpΔCDelta infections pseudovirales, tandis que l’immunisation avec V-EM2e/ERBD avait une faible activité neutralisante.

Des splénocytes de souris témoins et immunisées sans (aucun) peptide ont ensuite été cultivés avec un ensemble de peptides S1 ou de peptides grippaux M2e se chevauchant. La stimulation des splénocytes de souris immunisées IN avec les peptides S1 ou M2e a nettement augmenté la sécrétion d’interféron-gamma (IFN-γ) et, dans une moindre mesure, d’interleukine (IL)-4 par rapport aux témoins. Cependant, la production d’IL-5 n’a pas été stimulée par les peptides S1 ou M2e.

Dans les splénocytes de souris immunisées par IM, des niveaux élevés de cytokines étaient évidents avant et restaient inchangés après la stimulation. De plus, les souris immunisées avec V-EM2e/SPΔC1 par voie IM ou IN ont été provoquées par une dose létale de la souche grippale H1N1 ou H3N2 au jour 28. Les souris témoins ont présenté une morbidité supérieure à celle des souris immunisées et ont perdu > 20 % de poids à cinq /six jours. .

Lire aussi  Les chercheurs découvrent la protéase hôte CAPN2 en tant que nouveau facteur hôte facilitant l'infection par le SRAS-CoV-2

En revanche, les souris vaccinées ont montré une perte de poids modérée, avec un taux de survie de 100 % quelle que soit la voie de vaccination. Enfin, les auteurs ont étudié l’effet protecteur de l’immunisation V-EM2e/SPΔC1 et V-EM2e/SPΔC2 chez des hamsters syriens contre l’infection par le SRAS-CoV-2. L’équipe a découvert qu’une seule dose IM de l’un ou l’autre des vaccins était suffisante pour obtenir des titres maximaux d’anticorps IgG anti-pointe.

Des hamsters ont été provoqués par le SARS-CoV-2 Delta 14 jours après l’administration de la deuxième dose de vaccin. Les hamsters témoins (non vaccinés) ont montré une perte de poids après l’infection et ont récupéré au jour 12. Les animaux vaccinés ont montré une perte de poids marginale et ont commencé à récupérer après deux jours. Les écouvillons oraux prélevés au jour 3 ont montré des niveaux significativement réduits d’ARN viral chez les animaux vaccinés.

conclusion

En résumé, parmi les trois vaccins candidats bivalents, V-EM2e/SPΔC1 et V-EM2e/SPΔC2 ont induit des réponses cellulaires, humorales et anti-anticorps robustes et ont protégé les souris/hamsters contre la grippe (H1N1 et H3N2) et les infections par le SRAS. 2 Delta. Pris ensemble, les résultats ont fourni des preuves substantielles de l’excellente efficacité de la plateforme de vaccins bivalents qui pourrait être accélérée pour créer des vaccins contre les variantes nouvelles ou résurgentes du SRAS-CoV-2 et les infections par l’IAV.

Référence magazine :
  • Ao Z, Ouyang MJ, Olukitibi TA, et al. (2022). Un vaccin bivalent recombinant à base de VSV protège efficacement contre l’infection par le virus SARS-CoV-2 et la grippe A. Journal de virologie. est ce que je: 10.1128/jvi.01337-22

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *