Dr Liji Thomas, MD

Le rythme de marche et la force de préhension peuvent indiquer un risque de démence

Avec le vieillissement rapide et progressif de la population mondiale, la démence est devenue si répandue que 50 millions de personnes dans le monde souffrent de ses symptômes. Afin de prédire et de poser un diagnostic rapide de la démence, il est nécessaire d’identifier des biomarqueurs fiables, ainsi que des facteurs modificateurs tels que l’âge et d’autres facteurs sérologiques ou liés au mode de vie. Une étude récente a examiné comment la démence d’apparition récente était liée à une variété de caractéristiques physiques et autres dans le cadre d’une étude observationnelle prospective.

Étude : Rythme de marche, force de préhension, âge, génotypes APOE et démence d'apparition récente : l'étude de cohorte prospective de la UK Biobank.  ​​​​​​​Crédit d'image : Mise au point et flou / Shutterstock​​​​​​​Étude : Rythme de marche, force de préhension, âge, génotypes APOE et démence d’apparition récente : l’étude de cohorte prospective de la UK Biobank. ​​​​​​​Crédit d’image : Mise au point et flou / Shutterstock

Introduction

Étant donné qu’aucun traitement curatif de la démence n’a été trouvé à ce jour, beaucoup d’intérêt est porté sur sa prévention, principalement par l’augmentation du niveau d’activité physique régulière inhérente au mode de vie. En effet, le système nerveux régule à la fois les fonctions cognitives et physiques, et les deux ont tendance à décliner avec l’âge.

L’étude actuelle, publiée dans la revue Recherche et thérapie sur la maladie d’Alzheimer, ont extrait les données de près de 496 000 participants à l’étude britannique sur les biobanques. Aucun n’avait de symptômes ou de diagnostic de démence au début de l’étude.

Le rythme de marche est un indicateur préliminaire robuste et sensible du déclin de la santé et de la fonction chez les personnes âgées. Des études ont montré une association négative entre le rythme de marche et le risque de démence. De même, la force de la poignée reflète la force musculaire en général, une prise faible prédisant un risque accru d’effets néfastes sur la santé.

Dans la présente étude, les scientifiques ont examiné comment le rythme de marche (lent, moyen ou rapide) et la force de préhension (mesurée objectivement avec un dynamomètre) étaient liés au risque de démence, indépendamment et en combinaison. La raison en était que ces deux mesures pouvaient à elles seules indiquer des mécanismes corporels différents. Il est important de noter qu’aucune étude n’a encore examiné l’effet combiné des deux facteurs sur le risque de démence.

« La force de préhension est plus probablement une mesure de la force de contraction, tandis que le rythme de marche intègre la force à d’autres processus, tels que l’équilibre et la coordination.. »

Ainsi, regarder les deux ensemble pourrait fournir une meilleure image des résultats potentiels pour la santé que chacun individuellement. En fait, cela s’est avéré être le cas pour les maladies cardiovasculaires et l’hypertension, mais pas pour les troubles cognitifs, où seul le rythme de marche a montré une relation.

Lire aussi  Le plan Medicare Advantage à coût plus élevé n'est pas lié à des soins de santé de meilleure qualité pour les personnes âgées

Ils ont également examiné l’association de facteurs de risque connus tels que l’âge, le profil de l’apolipoprotéine E (apoE), les facteurs liés au mode de vie tels que l’hypertension, l’activité physique, la dépression et le diabète, et les antécédents familiaux de démence, qui ont agi sur le risque de démence. . Les résultats aideraient à déterminer comment et dans quelle mesure le rythme de marche et/ou la force de préhension affectent le risque de démence.

Les participants ont été suivis pendant une durée médiane de 12 ans.

Qu’a montré l’étude ?

Au cours de cette période, une démence d’apparition récente, quelle qu’en soit la cause, est survenue chez 0,8 % des patients, soit environ 4 000. Le risque était le plus élevé chez les marcheurs lents. Dans le même temps, il a été réduit d’environ 40 % chez les personnes ayant un rythme de marche moyen ou rapide après ajustement en fonction de l’âge, des facteurs liés au mode de vie et des facteurs socio-économiques, ainsi que des antécédents familiaux. Le risque de maladie d’Alzheimer (MA) a été réduit de 35 % et celui de démence vasculaire, toutes deux d’apparition récente, a été réduit de moitié avec le même modèle.

Cela n’a pas changé lors de l’ajustement des niveaux APOE ε4 ou des scores de risque génétique de démence.

Les participants ayant une force de préhension plus élevée (2 à 4 quartiles) ont montré une association négative avec le risque de démence d’apparition récente après ajustement pour d’autres facteurs. De plus, le risque le plus faible a été observé si le même patient rapportait une allure moyenne/rapide et une force de préhension plus élevée, avec une réduction de 55 % du risque, par rapport à ceux qui marchaient lentement et avaient une force de préhension plus faible.

Lire aussi  Une étude montre les avantages de la rééducation à domicile pour la survie des patients atteints de maladies cardiovasculaires

La dose, ou le niveau d’expression, de la protéine APOE ε4 a significativement modifié le risque accru associé à une marche lente. Autrement dit, à la dose la plus faible d’APOE ε4, les marcheurs rapides présentaient un risque de démence d’apparition récente de 45 % inférieur, quelle qu’en soit la cause, par rapport aux marcheurs lents. Lorsque la dose a doublé par rapport à la première catégorie ci-dessus, la différence de risque est devenue moins importante.

De même, avec l’âge, autour d’un âge médian inférieur à 58 ans, les marcheurs rapides ont montré une réduction du risque de plus de 75 %. La réduction était toujours significative mais moins marquée, à 45%, dans le groupe avec un âge médian de 58 ans ou plus.

Quelles sont les implications ?

Les résultats de cette étude peuvent renforcer l’importance d’une marche intacte et d’une activité de préhension de la main dans la réduction du risque de démence d’apparition récente. Les zones cérébrales qui contrôlent ces fonctions se chevauchent, expliquant peut-être les associations observées.

« Les participants ayant le rythme de marche le plus rapide et la force de préhension la plus élevée avaient le risque le plus faible de démence, ce qui suggère que le maintien d’une force de préhension élevée et d’un rythme de marche rapide peut être une stratégie plus complète pour prévenir le risque de démence.. »

Alors que les personnes à risque faible ou normal telles que définies par la dose APOE ε4 présentaient un risque réduit avec la marche rapide, cela n’était pas évident dans le groupe à haut risque. Ce gène est associé à la formation d’enchevêtrements neurofibrillaires et d’amyloïde dans le cerveau, la mort neuronale et la neuroinflammation provoquant une perte permanente des voies neuronales. Cela pourrait expliquer pourquoi la marche rapide dans ce groupe n’a pas réussi à réduire le risque déjà élevé de démence.

Lire aussi  L'apport alimentaire en phosphore est en corrélation avec la santé et la physiologie

Les patients plus jeunes semblaient bénéficier davantage de la marche rapide, ce qui pourrait souligner le rôle de l’âge à la fois dans le déclin cognitif et dans la démarche anormale. Ainsi, les personnes âgées sont déjà à haut risque de démence liée à l’âge et ne présentent pas la même relation favorable avec la marche rapide.

L’éducation, l’activité physique et les comorbidités généralement associées à un risque accru de maladies cardiovasculaires, telles que l’hypertension artérielle et le diabète, n’ont pas réussi à modifier ces associations.

« Nos résultats soulignent l’importance d’évaluer les mesures combinées de la fonction physique, du profil génétique et de l’âge pour améliorer la stratification des personnes à risque de démence.. »

Référence magazine :
  • Lui, P. et al. (2023). Rythme de marche, force de préhension, âge, génotypes APOE et démence d’apparition récente : étude de cohorte prospective de la UK Biobank. Recherche et thérapie sur la maladie d’Alzheimer. EST CE QUE JE:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *