Bhavana Kunkalikar

Le rôle du comportement du sommeil dans les résultats des fonctions exécutives développementales chez les enfants pendant le confinement lié au COVID-19

Dans une étude récente publiée dans un de plusles chercheurs ont évalué l’effet protecteur du sommeil sur les compétences exécutives des enfants pendant l’isolement de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).

Étude : Le sommeil comme facteur de protection des fonctions exécutives de l'enfance : Une étude pendant le confinement par COVID-19.  Crédit d'image : fizkes/Shutterstock
Étude : Le sommeil comme facteur de protection des fonctions exécutives de l’enfance : Une étude pendant le confinement par COVID-19. Crédit d’image : fizkes/Shutterstock

Arrière-plan

La pandémie de COVID-19 a affecté chaque élément de notre vie quotidienne. De nombreux pays ont mis en place un plan de confinement pour limiter la propagation du virus. Le confinement nuit à la santé mentale des adultes comme des adolescents.

Cependant, on ne sait pas si le confinement a des effets délétères à long terme sur le développement. En plus des conséquences liées à la santé mentale, des adolescents, adultes et jeunes enfants ont signalé des altérations des habitudes de sommeil dues au confinement par la COVID-19.

Les jeunes enfants avaient des habitudes de sommeil perturbées, notamment des heures de coucher irrégulières, une variabilité quotidienne accrue et une fragmentation du sommeil. Le confinement a réduit le sommeil chez les enfants et les adultes, bien qu’il ne soit pas clair si une insuffisance grave du sommeil affecte le développement cognitif et comportemental ultérieur.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont utilisé le verrouillage du COVID-19 pour examiner si une réduction du sommeil des enfants affectait leur fonction exécutive six mois plus tard.

Pendant la période de confinement COVID-19 observée en 2020, les participants ont été sélectionnés en distribuant des dépliants via les réseaux sociaux et les bases de données et dans les jardins d’enfants, les crèches et les hôpitaux pédiatriques.

Pour évaluer le sommeil des enfants pendant la période aiguë de confinement en avril 2020, l’équipe a mené une enquête en ligne en anglais, italien, français et espagnol. Un bilan rétrospectif de la période avant le confinement (pré-confinement) et un bilan de la situation actuelle (pendant le confinement) ont été réalisés.

Lire aussi  Étude : Le vapotage du cannabidiol entraîne des lésions pulmonaires plus graves que le vapotage de la nicotine

Une enquête de novembre 2020 (suivi) a évalué rétrospectivement les fonctions exécutives des mêmes participants au cours des six mois précédents. Pour l’étude, des informations relatives à 412 enfants d’âge préscolaire ont été recueillies.

Dans l’étude initiale, le questionnaire sur les habitudes de sommeil des enfants a été utilisé pour quantifier le sommeil des enfants. L’équipe a étudié les habitudes de sommeil des enfants dans quatre domaines de base du sommeil : l’heure du coucher, la durée du sommeil nocturne, la latence du sommeil et les réveils nocturnes.

On a demandé aux soignants d’évaluer les affirmations « Mon enfant se couche à la même heure tous les soirs » pour l’heure du coucher, « Mon enfant s’endort 20 minutes après l’heure du coucher » pour la latence d’endormissement, « Mon fils dort environ la même durée chaque jour. pour la durée du sommeil nocturne et « À quelle fréquence votre enfant se réveille-t-il pendant la nuit ? » pour les réveils nocturnes.

Les parents ont rempli le Behavior Rating Inventory of Executive Function-Preschool Version (BRIEF-P) en novembre 2020. Le BRIEF-P sert d’outil pour mesurer le fonctionnement exécutif chez les enfants âgés de deux à cinq ans et 11 mois. Conformément aux directives de notation BRIEF-P, les réponses de chaque participant ont été classées en cinq sous-échelles : inhibition, contrôle émotionnel, changement, mémoire de travail et organisation/planification.

Résultats

L’équipe a évalué l’impact du verrouillage du COVID-19 sur le sommeil des enfants d’âge préscolaire en comparant les changements entre le pré-verrouillage et pendant le verrouillage et a trouvé deux modifications importantes.

Premièrement, les heures de coucher étaient devenues plus cohérentes, indiquant que les enfants étaient plus susceptibles d’aller se coucher à la même heure chaque nuit sous verrouillage qu’auparavant.

Deuxièmement, une courte latence de sommeil a été enregistrée plus fréquemment, ce qui suggère que les nourrissons dormaient dans les 20 minutes suivant l’heure du coucher plus fréquemment pendant le travail qu’avant l’accouchement. Du fait de la mise en place du confinement aigu, ni la stabilité des réveils nocturnes ni la durée du sommeil nocturne n’ont été significativement altérées.

L’absence d’impact significatif suggère que l’heure du coucher, la durée du sommeil nocturne, la latence du sommeil et les réveils nocturnes des enfants d’âge préscolaire ne prédisent pas les résultats cognitifs estimés en tant que fonctions exécutives six mois plus tard. De plus, l’équipe a exploré si le changement aigu du comportement de sommeil des enfants après le verrouillage du COVID-19 prédisait leurs fonctions exécutives six mois plus tard. Les résultats ont montré que les altérations des réveils nocturnes pouvaient prédire efficacement l’indice de maîtrise de soi inhibiteur ultérieur.

L’équipe a également constaté que le sexe était un facteur important dans la sous-échelle du score d’inhibition, les garçons affichant des scores d’inhibition inférieurs à ceux des filles. Sur la sous-échelle du contrôle émotionnel, l’indice de métacognition émergente, l’indice de maîtrise de soi inhibiteur et le Global Executive Composite (GEC), les garçons ont obtenu des scores inférieurs à ceux des filles. L’incorporation de variables a révélé qu’un degré plus élevé de stress chez le soignant prédisait un indice de flexibilité, un GEC et une sous-échelle de quart de travail plus faibles. De plus, l’inclusion de covariables a eu un léger effet sur les résultats, mais n’a pas modifié le seuil de signification des éveils nocturnes des enfants en tant que prédicteurs de l’indice de maîtrise de soi inhibiteur, des sous-échelles de contrôle émotionnel et de l’inhibition lors du suivi.

Lire aussi  Les ondes cérébrales peuvent aider à relier les informations à travers le cortex humain

L’équipe a également découvert une correspondance entre l’autosurveillance inhibitrice et les taux de réveil nocturne. Cela a été observé car les altérations induites par le confinement dans le réveil nocturne prédisaient inversement la sous-échelle de maîtrise de soi inhibitrice lors du suivi. De plus, des réveils nocturnes plus fréquents ont eu une influence néfaste sur la sous-échelle de contrôle émotionnel au moment du suivi. De plus, il n’y avait aucun effet notable du changement dans l’éveil nocturne sur les sous-échelles de la mémoire de travail, du changement et de la planification/organisation.

conclusion

Les résultats de l’étude ont indiqué l’effet de la qualité du sommeil sur les performances cognitives, en particulier pendant le développement. Les données ont montré que les enfants d’âge préscolaire avaient également des troubles du sommeil dans le contexte du COVID-19, ce qui était particulièrement prédictif des résultats de l’autorégulation inhibitrice six mois plus tard. Une altération aiguë du sommeil nocturne pendant les périodes critiques peut interférer avec les processus de développement cognitif. Les chercheurs croient que dans des contextes difficiles, les mécanismes de croissance cognitive chez les enfants d’âge préscolaire pourraient être aidés par les habitudes de sommeil des enfants.

Référence magazine :
  • Beaugrand, M. et al. (2023) « Le sommeil comme facteur de protection des fonctions exécutives de l’enfance : Une étude pendant le confinement par COVID-19 », UN DE PLUS, 18(1), p. e0279034. est ce que je: 10.1371/journal.pone.0279034.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *