Livre électronique sur l'industrie des anticorps

Le lait maternel des personnes vaccinées contre le COVID-19 protège les bébés, révèle une étude

Une nouvelle étude de l’Université de Floride fournit plus de preuves que le lait maternel des personnes vaccinées contre le COVID-19 offre une protection aux bébés trop jeunes pour recevoir le vaccin.

Cette dernière étude fait suite à des découvertes publiées en 2021 montrant que le lait maternel des personnes vaccinées contenait des anticorps contre le SRAS-CoV-2, le virus qui cause le COVID-19. La nouvelle étude, publiée dans le Journal de périnatalogieont analysé les selles des bébés qui consommaient ce lait maternel et y ont également trouvé des anticorps contre le SRAS-CoV-2.

Notre première étude a montré qu’il y avait des anticorps anti-SRAS-CoV-2 dans le lait maternel, mais nous ne pouvions pas dire si ces anticorps traversaient les voies gastro-intestinales des nourrissons et y fournissaient peut-être une protection. »

Joseph Larkin III, auteur principal de l’étude et professeur associé au département UF/IFAS de microbiologie et de science cellulaire

En utilisant une technique appelée test de neutralisation, les chercheurs ont montré que les anticorps trouvés dans les selles des nourrissons offraient une protection contre le virus. Le test commence par isoler les anticorps des matières fécales et les ajouter à une lignée spéciale de cellules qui ont le type de récepteurs que le virus SARS-CoV-2 utilise pour pénétrer dans la cellule. Les chercheurs introduisent ensuite un pseudovirus SARS-CoV-2, qui agit comme le virus qui cause le COVID-19 mais est plus sûr à utiliser en laboratoire. Le pseudovirus est fluorescent, donc lorsqu’il se lie à une cellule, la cellule s’illumine.

Lire aussi  La découverte de biomarqueurs jette les bases de la prédiction de la prééclampsie

« Nous avons vu que lorsque les anticorps étaient présents, il y avait moins de cellules fluorescentes par rapport à nos témoins où il n’y avait pas d’anticorps », a déclaré Lauren Stafford, l’un des premiers auteurs de l’étude et doctorant au Collège des sciences agricoles et de la vie à l’UF/IFAS dans le laboratoire de Larkin.

« Les anticorps interfèrent et ne permettent pas au virus de pénétrer dans les cellules », a ajouté Larkin.

Bien que l’on pense souvent que le virus qui cause le COVID-19 affecte principalement les poumons, il peut également envahir l’intestin, donc trouver des anticorps là-bas est important, ont déclaré les chercheurs.

« Les anticorps ingérés par le lait maternel peuvent fournir un revêtement protecteur dans la bouche et le tractus gastro-intestinal des nourrissons », a déclaré le Dr Vivian Valcarce Luaces, un autre premier auteur de l’étude et boursier postdoctoral en néonatologie.

L’étude a également mesuré et analysé les anticorps trouvés dans le plasma sanguin et le lait maternel des mères peu de temps après la vaccination, puis à nouveau environ six mois plus tard. Les chercheurs ont découvert que les anticorps dans le plasma et le lait des personnes vaccinées étaient mieux à même de neutraliser le virus, bien qu’ils aient également noté que les niveaux d’anticorps diminuaient à six mois, ce que d’autres études sur les vaccins ont également révélé.

Le Dr Josef Neu, l’un des co-auteurs de l’étude et professeur au département de pédiatrie de l’UF School of Medicine, division de néonatologie, a déclaré que les première et deuxième études fournissent ensemble une image plus complète de la façon de se faire vacciner contre COVID-19 pendant la grossesse et l’allaitement peut protéger les parents et l’enfant.

Lire aussi  Pour les patients drépanocytaires, les soins de fertilité sont une question de justice reproductive

« Dans nos recherches, nous suivons le parcours des anticorps, à partir du moment où ils sont produits chez la mère après la vaccination et maintenant à travers le système digestif du bébé. La question suivante est de savoir si ces bébés sont moins susceptibles de contracter le COVID -19 ». dit le Dr Neu.

Les chercheurs disent que des études plus importantes sont nécessaires pour répondre à cette question, car cette dernière étude comprenait 37 mères et 25 bébés, un nombre relativement faible de participants.

Cependant, cette étude s’ajoute à un nombre croissant de recherches révélant comment la vaccination contre le COVID-19 pendant la grossesse et l’allaitement peut protéger les nouveau-nés, selon les chercheurs. Actuellement, les enfants de moins de six mois ne peuvent pas recevoir le vaccin, de sorte que le lait maternel peut être la seule voie pour fournir une immunité.

L’étude a été financée par des subventions du Children’s Miracle Network et de la Fondation Gerber.

Les Centers for Disease Control and Prevention recommandent la vaccination contre le COVID-19 pour les personnes enceintes, qui allaitent, qui essaient de tomber enceintes ou qui pourraient devenir enceintes à l’avenir. Selon le CDC, fin novembre 2022, un peu plus de 70 % des femmes enceintes aux États-Unis avaient terminé la première série de vaccins COVID-19, bien que seulement 14 % aient reçu le rappel bivalent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *