La raideur artérielle pourrait être un nouveau facteur de risque de maladie métabolique chez l'enfant et l'adolescent

La raideur artérielle pourrait être un nouveau facteur de risque de maladie métabolique chez l’enfant et l’adolescent

La raideur artérielle pourrait être un nouveau facteur de risque de syndrome métabolique chez les adolescents, conclut un article publié dans l’American Journal of Physiology-Heart and Circulatory Physiology. L’étude a été menée en collaboration entre l’Université de Bristol au Royaume-Uni, l’Université d’Exeter au Royaume-Uni et l’Université de Finlande orientale.

​​​​​​​

La présence de l’un des trois éléments suivants : hypertension artérielle, masse grasse élevée dans le tronc, glycémie à jeun élevée, triglycérides à jeun élevé et cholestérol à lipoprotéines de haute densité à jeun bas décrit le syndrome métabolique. La rigidité artérielle chez les adolescents, mesurée par la vitesse de l’onde de pouls carotido-fémorale, peut provoquer un syndrome métabolique chez les jeunes adultes par une augmentation de la résistance à l’insuline à jeun et du cholestérol des lipoprotéines de basse densité. Crédit photo : Andrew Agbaje.

L’Organisation mondiale de la santé décrit le syndrome métabolique comme la constellation d’au moins trois des éléments suivants : obésité abdominale, résistance à l’insuline, hypertension et hyperlipidémie. La prévalence du syndrome métabolique chez les adultes américains d’âge moyen est de 30% et augmente à 50% chez les adultes de plus de 60 ans. En Finlande, la prévalence du syndrome métabolique est de 30 % chez les hommes et de 25 % chez les femmes. Le syndrome métabolique augmente le risque d’aggravation de l’obésité, du diabète de type 2, des maladies cardiovasculaires et de la mort prématurée.

Déjà chez les enfants de 6 à 12 ans, la prévalence du syndrome métabolique est d’environ 3 %, tandis que chez les adolescents de 13 à 18 ans, la prévalence est d’environ 5 % dans le monde. Chez les enfants en surpoids, la prévalence du syndrome métabolique est de 12 %, mais de 29 % chez les enfants obèses. Cette tendance de la prévalence du syndrome métabolique est constante dans le monde entier ; d’où la nécessité d’identifier de nouvelles causes et de prévenir ou d’inverser la maladie.

Lire aussi  Patients victimes d'un AVC ischémique sans facteurs de risque préalablement diagnostiqués et présentant des affections sous-jacentes dans la plupart des cas

Un nouveau facteur de risque pour les maladies métaboliques de l’enfance et de l’adolescence, telles que l’obésité et la résistance à l’insuline, est la raideur artérielle. Ce facteur de risque s’impose comme une cause potentielle de diabète de type 2 chez les adultes du monde entier. Cependant, il n’est pas clair si la raideur artérielle provoque un syndrome métabolique.

L’étude actuelle a inclus 3 862 adolescents (1 719 hommes et 2 413 femmes) âgés de 17 ans qui ont été suivis jusqu’à 24 ans. Ces adolescents ont subi une absorptiométrie à rayons X à double énergie pour mesurer la masse grasse du tronc et la masse musculaire squelettique, ainsi que des échantillons de sang à jeun tels que le glucose, l’insuline, le cholestérol à lipoprotéines de haute densité, le cholestérol à lipoprotéines de basse densité, les triglycérides et le réactif C. de haute sensibilité. protéines, en plus du tabagisme, du statut socio-économique, des antécédents familiaux de maladies cardiovasculaires et de l’activité physique modérée à vigoureuse. La rigidité artérielle a été mesurée par la vitesse de l’onde de pouls carotido-fémorale et la présence de l’un des trois éléments suivants : hypertension artérielle, masse grasse tronculaire élevée, glycémie à jeun élevée, triglycérides à jeun élevés ou cholestérol lié aux lipoprotéines. décrire le syndrome métabolique.

La prévalence du syndrome métabolique dans l’étude était de 5 % chez les hommes et de 1,1 % chez les femmes à 17 ans, mais de 8,8 % chez les hommes et de 2,4 % chez les femmes à 24 ans. Cette différence significative entre les sexes dans la prévalence du syndrome métabolique est due à une proportion plus élevée d’hommes ayant une pression artérielle systolique élevée, une hyperglycémie, des triglycérides élevés et un cholestérol à lipoprotéines de haute densité réduit par rapport aux femmes. Cependant, les femmes avaient une masse grasse du tronc significativement plus élevée que les hommes.

Au cours du suivi de 7 ans, l’aggravation de la rigidité artérielle était associée à un risque de syndrome métabolique de 9 % chez les hommes, mais il n’y avait pas de risque statistiquement significatif chez les femmes. La raideur artérielle s’est également avérée susceptible de provoquer un syndrome métabolique; cependant, le syndrome métabolique n’a pas provoqué de raideur artérielle. La voie par laquelle la rigidité artérielle a provoqué le syndrome métabolique pourrait s’expliquer en partie par une augmentation de l’insuline à jeun (contribution de 12 %) et du cholestérol à lipoprotéines de basse densité (contribution de 9 %).

Nous constatons pour la première fois que la raideur artérielle chez les adolescents est un facteur de risque inconnu du syndrome métabolique qui peut déclencher une cascade de processus pathologiques pouvant conduire au diabète de type 2, aux maladies cardiovasculaires et à la mort prématurée. Une intervention précoce pourrait probablement réduire l’insuline à jeun élevée et le cholestérol des lipoprotéines de basse densité, éliminant ainsi 20 % de l’effet causal potentiel de la raideur artérielle dans le syndrome métabolique. »

Andrew Agbaje, médecin et épidémiologiste clinique, Université de Finlande orientale

« En attendant des essais cliniques randomisés réussis sur l’inversion et le traitement de la raideur artérielle, les soignants, les pédiatres, les experts en santé publique et les décideurs pourraient vouloir se concentrer sur les moyens de réduire l’insuline à jeun élevée ou la résistance à l’insuline. » l’insuline et le cholestérol à lipoprotéines de basse densité, en particulier à partir de l’adolescence grâce à une alimentation et une activité physique améliorées », poursuit Agbaje.

Lire aussi  Des chercheurs de Johns Hopkins Medicine remettent en question la croyance dominante sur la façon dont les cellules nasales traitent les odeurs

Le groupe de recherche du Dr Agbaje (urFIT-child) est soutenu par des subventions de recherche de la Fondation Jenny et Antti Wihuri, du Fonds central de la Fondation culturelle finlandaise, du Fonds régional Savo Nord de la Fondation culturelle finlandaise, de la Fondation de recherche Orion sr, Aarne Fondation Koskelo, Fondation Antti et Fondation Tyyne Soininen, Fondation Paulo, Fondation Yrjö Jahnsson, Fondation Paavo Nurmi, Fondation finlandaise pour la recherche cardiovasculaire et Fondation pour la recherche pédiatrique.

Fontaine:

Université de Finlande orientale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *