Dr Liji Thomas, MD

La pandémie de COVID a-t-elle affecté l’intention d’allaiter?

La pandémie de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) a eu un large éventail d’effets sur de multiples services de soins de santé. un nouveau Les femmes et la naissance Une étude analyse l’impact de la pandémie sur les pratiques d’allaitement.

Étude : Impact du COVID-19 sur l'intention et le comportement d'allaitement chez les femmes en post-partum dans cinq pays.  Crédit d'image : A3pfamily/Shutterstock.com

Étudier: Impact du COVID-19 sur l’intention et le comportement d’allaitement chez les femmes en post-partum dans cinq pays. Crédit d’image : A3pfamily/Shutterstock.com

Introduction

L’allaitement maternel est une pratique de soins infantiles importante qui améliore la santé et la survie du nourrisson, tout en soutenant la santé maternelle à court et à long terme. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’allaitement maternel exclusif est recommandé pendant les six premiers mois de la vie ; cependant, cette recommandation n’est pas suivie chez près de deux bébés sur trois nés sur terre.

L’OMS soutient également l’allaitement maternel lorsque le bébé est né d’une mère suspectée ou confirmée de COVID-19, à condition que la mère respecte les mesures d’hygiène adéquates pour prévenir la transmission du syndrome respiratoire aigu sévère coronavirus 2 (SRAS-CoV-2) à l’enfant. bébé par les aérosols.

L’allaitement maternel fournit à la fois des nutriments au nourrisson et une immunité passive par le transfert d’anticorps, de facteurs anti-infectieux, de mémoire et de compétence immunologiques. Les avantages de l’allaitement maternel sont particulièrement importants lorsque les services de santé et les systèmes de soutien communautaire sont interrompus.

La solitude, le manque de soutien, l’anxiété et la confusion auraient augmenté chez les nouvelles mères pendant la pandémie actuelle. En plus du soutien réduit du personnel médical, cela a eu un impact négatif sur l’allaitement, selon certains chercheurs. Comparativement, d’autres chercheurs ont noté une tendance positive, les mères déclarant passer plus de temps avec leurs bébés.

Lire aussi  Les anticorps transmis par le lait maternel persistent six mois après la vaccination par l'ARNm du COVID

L’étude actuelle examine la décision d’allaiter et les comportements d’allaitement réels chez les femmes immédiatement après l’accouchement pendant la pandémie. En étudiant ces pratiques dans cinq pays différents, les chercheurs ont examiné plusieurs facteurs de risque potentiels et les résultats de l’allaitement.

Résultats de l’étude

Sur plus de 3 500 femmes en post-partum incluses dans l’étude actuelle, près de 90 % ont accouché à terme, 75 % avaient été vaccinées contre le COVID-19 et 13 % avaient été testées pour l’infection. Près de 60 % étaient en congé de maternité, la grande majorité de ces mères étant en congé payé.

Environ une femme sur dix dans l’étude actuelle avait connu l’insécurité alimentaire à un moment donné pendant la pandémie et l’insécurité alimentaire continue autodéclarée.

Près de 90% des femmes ont déclaré avoir l’intention d’allaiter pendant la grossesse. Ces femmes étaient plus susceptibles d’avoir un ou plusieurs enfants, avaient été testées positives pour COVID-19 et avaient une attitude positive envers l’allaitement.

La même proportion de femmes avait allaité au cours des dernières 24 heures. Alors que près de 75 % de ces mères nourrissaient leur bébé directement au sein, environ 40 % utilisaient du lait maternel exprimé (EBM).

La proportion de femmes qui allaitent allait de 74 % à Taïwan à 95 % au Brésil. Dans les pays d’Asie de l’Est de Taïwan, de Thaïlande et de Corée du Sud, plus de la moitié des femmes utilisaient des MBE.

Lire aussi  Le vaccin COVID-19 augmente considérablement les anticorps dans le lait maternel

Fait intéressant, deux femmes sur trois qui ont allaité directement, contre un peu plus de 50 % des femmes qui ont utilisé l’EBM, ont continué à allaiter aussi longtemps qu’elles l’avaient initialement prévu.

Cependant, cette proportion variait d’un pays à l’autre, jusqu’à 85 % et 75 % des mères allaitant directement au Royaume-Uni et au Brésil, respectivement, déclarant avoir allaité avec succès pendant la pandémie. Parmi celles-ci, les femmes ayant fait des études supérieures, celles ayant d’autres enfants, ainsi qu’un statut de test COVID-19 négatif à tout moment, étaient plus susceptibles de rapporter ces résultats.

De même, les femmes qui ont accouché par voie basse et/ou qui croyaient aux bienfaits de l’allaitement étaient plus susceptibles d’atteindre ou de dépasser leurs objectifs d’allaitement. Pour les mères utilisant le MBE, le fait d’être employées ou en congé de maternité prédisait le succès, tandis qu’un faible niveau d’éducation et une détérioration ou une mauvaise sécurité alimentaire étaient des prédicteurs négatifs. Pour les deux groupes, le soutien de la famille, des amis, des groupes de soutien en ligne et/ou des professionnels de la santé était un prédicteur de la capacité d’une mère à allaiter aussi longtemps qu’elle l’avait prévu.

Transcendance

La plupart des mères de l’étude actuelle ont pu commencer et continuer à allaiter pendant la pandémie pendant au moins six mois après l’accouchement. Cela corrobore une étude antérieure de ces auteurs, dans laquelle ils ont constaté que les mères pouvaient vivre dans la chambre avec leurs bébés et allaiter exclusivement au sein à un rythme comparable à celui d’avant la pandémie.

Environ la moitié du nombre total de participantes n’ont pas pu allaiter aussi longtemps qu’elles l’avaient prévu, ce qui a été signalé de la même manière dans les rapports précédents. Les raisons de cette situation doivent être explorées, mais peuvent inclure un soutien inadéquat pour les mères qui allaitent, ainsi qu’un manque de soutien social et d’expertise médicale pour gérer les problèmes d’allaitement.

Lire aussi  Y a-t-il un impact des vaccins COVID-19 sur la fertilité des hommes et des femmes en âge de procréer ?

Le taux de réussite significativement plus élevé parmi celles qui ont utilisé l’allaitement direct par rapport à celles qui ont utilisé l’EBM, bien que de nombreuses mères aient utilisé les deux, peut indiquer la supériorité de la première approche pour soutenir la poursuite de l’allaitement. Par conséquent, la priorité doit être accordée à la fourniture d’informations sur les avantages physiques et émotionnels de l’allaitement, ainsi qu’à la garantie d’un approvisionnement alimentaire adéquat pour les femmes enceintes et les nouveau-nés, afin de promouvoir de bons résultats d’allaitement.

Au début de la pandémie, la réticence initiale de la plupart des prestataires de soins de santé à autoriser l’allaitement si la mère soupçonnait ou confirmait la COVID-19 était due à la crainte que la mère puisse transmettre le virus à ses nourrissons. Cela pourrait expliquer pourquoi les mères ayant des antécédents de résultats positifs au COVID-19 étaient moins susceptibles d’allaiter comme prévu.

Indépendamment du fait que les mères ou leurs bébés aient ou non suspecté ou confirmé la COVID-19, l’UNICEF recommande que les mères soient encouragées à allaiter et à pratiquer le contact peau à peau immédiatement après la naissance et pendant la mise en place de l’allaitement..”

Référence du magazine :
  • Chien, L., Lee, EY, Coca, KP, et coll. (2022). Impact du COVID-19 sur l’intention et le comportement d’allaitement chez les femmes en post-partum dans cinq pays. Les femmes et la naissance. doi:10.1016/j.wombi.2022.06.006.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *