La pandémie de COVID-19 a exacerbé la peur de l’accouchement chez les femmes enceintes

La pandémie de COVID-19 a exacerbé la peur de l’accouchement chez les femmes enceintes aux États-Unis, selon une nouvelle étude de Dartmouth.

Les chercheurs étaient particulièrement intéressés à comprendre, dans un contexte américain, quels facteurs prédisent la peur de l’accouchement et comment la pandémie a affecté cette peur et les résultats de la naissance. Les conclusions sont publiées dans Évolution, médecine et santé publique.

Nos résultats ont montré des taux très élevés de peur de l’accouchement dans notre échantillon. Puisqu’il n’y a pas de données américaines d’avant la pandémie, nous ne pouvons pas comparer nos données dans ce contexte, mais nous savons que les taux sont très élevés par rapport à d’autres études internationales sur le sujet qui ont été publiées avant la pandémie.

Zaneta Thayer ’08, premier auteur, professeur agrégé d’anthropologie à Dartmouth

L’équipe de recherche s’est appuyée sur les données de son étude sur le COVID-19 et les effets sur la reproduction, une enquête en ligne qui a examiné comment le COVID-19 affectait le bien-être et les expériences de soins de santé des femmes enceintes. D’avril 2020 à février 2021, ils ont obtenu des données prénatales de 1 775 participants et des données post-partum de 1 110 des participants un mois après leur date d’accouchement, qui comprenaient des informations sur les expériences et les résultats de l’accouchement. La majorité des participants, 87 %, se sont identifiés comme blancs, et 54 % des participants provenaient de ménages ayant un revenu de plus de 100 000 $ par année.

Les résultats ont montré que 62 % des participantes présentaient des niveaux cliniquement élevés de peur de l’accouchement, également connue sous le nom de « tokophobie ».

Lire aussi  Les baby showers au volant répondent aux besoins exprimés par les vétérans enceintes à Atlanta

Les mères noires étaient 90% plus susceptibles d’avoir peur de l’accouchement que les mères blanches, ce qui, selon les chercheurs, peut refléter des expériences de racisme au cours de leurs soins obstétriques.

Les personnes dans la catégorie de revenu du ménage la plus basse de 50 000 $ par an ou moins et celles sans diplôme universitaire avaient également des niveaux élevés de peur de l’accouchement.

De plus, une grossesse à haut risque, une dépression prénatale et un problème de santé préexistant étaient également associés à la peur de l’accouchement.

Les personnes qui craignaient l’accouchement étaient 91% plus susceptibles d’avoir une naissance prématurée de moins de 37 semaines de gestation. Cependant, le faible poids à la naissance n’était pas significativement associé à la peur de l’accouchement.

En ce qui concerne les préoccupations liées au COVID-19, les participantes ont indiqué qu’elles craignaient particulièrement de ne pas pouvoir bénéficier du soutien des personnes qu’elles aiment pendant le travail et que si elles tombaient malades du COVID-19, leur bébé leur serait enlevé. . Elles craignaient également que si elles contractaient le COVID-19 pendant leur grossesse, elles le transmettraient à leur bébé.

« L’une des motivations de cette recherche était que l’environnement dans lequel les gens accouchent a changé au cours des 100 dernières années », explique Thayer. « Au tournant du siècle, la plupart des naissances se produisaient à la maison et les familles avaient souvent plusieurs enfants, de sorte que la familiarité des gens avec la naissance était beaucoup plus grande, mais maintenant, presque toutes les naissances aux États-Unis ont lieu dans un hôpital ».

Lire aussi  La pollution prénatale de l'air à la maison liée à un faible poids à la naissance et à un risque accru de pneumonie infantile

« Aujourd’hui, pour de nombreuses femmes, la première fois qu’elles accouchent, c’est lorsqu’elles accouchent elles-mêmes, ce qui peut contribuer au stress et à l’anxiété », explique Thayer.

Dans les années 1980, des chercheurs suédois et finlandais ont commencé à étudier la peur de l’accouchement, qui comprend les préoccupations des femmes enceintes concernant la gestion de la douleur, le risque de blessure ou de mort pour elles-mêmes ou leur bébé, et la peur du processus d’accouchement. À la suite de la recherche, les femmes enceintes en Finlande sont évaluées pour leur peur de l’accouchement dans le cadre de leurs soins de maternité standard.

L’étude de Dartmouth est l’une des premières études publiées à mesurer la tokophobie aux États-Unis.

« Nos résultats montrent que les femmes enceintes sont stressées dans l’environnement de l’accouchement aux États-Unis et ne reçoivent pas le soutien émotionnel dont elles ont besoin », déclare Thayer. « Et la pandémie de COVID-19 a ajouté à ces craintes. »

« Notre travail montre qu’il est nécessaire d’inclure la peur de l’accouchement dans les soins de santé maternelle », déclare Thayer. « Des recherches antérieures ont montré que le traitement de la peur de l’accouchement peut la réduire et améliorer la confiance dans la capacité d’accoucher. »

Thayer a déclaré qu’elle et ses collègues chercheurs recommandent également d’inclure et de mesurer la peur de l’accouchement dans les futures études sur la santé maternelle pour aider à éclairer les stratégies de soins et de traitement.

Ale Geisel-Zamora ’23, étudiante en anthropologie à Dartmouth, et les anciennes boursières postdoctorales Glorieuse Uwizeye, maintenant à l’Université Western Ontario, et Theresa Gildner, maintenant à l’Université Washington à St. Louis, ont également été co-auteurs de l’étude.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *