Bhavana Kunkalikar

Le type de régime affecte-t-il les performances de la course de distance ?

Dans une étude récente publiée dans le nutriments Journal, les chercheurs ont examiné les expériences de course des coureurs de fond récréatifs suivant des régimes végétariens, omnivores et végétaliens.

Étude : Expériences de course de coureurs de fond récréatifs suivant des régimes omnivores, végétariens et végétaliens (Partie B) : résultats de l'étude NURMI (Étape 2).  Crédit d'image : Pavel1964/Shutterstock.comÉtude: Expériences de course de coureurs de fond récréatifs suivant des régimes omnivores, végétariens et végétaliens (Partie B) : résultats de l’étude NURMI (Étape 2). Crédit d’image : Pavel1964/Shutterstock.com

Arrière-plan

Il n’est pas clair s’il existe une différence significative dans les performances de course ou d’endurance en fonction de différents types de régimes, tels que les régimes omnivores, végétariens ou végétaliens.

L’impact des sous-groupes alimentaires sur les performances de course longue distance est difficile à analyser en raison de plusieurs facteurs qui peuvent affecter les résultats, tels que l’expérience d’entraînement et les comportements des coureurs.

L’étape 2 de l’étude NURMI (Nutrition and Running High Mileage) a été étudiée pour examiner les comportements d’entraînement des coureurs de fond récréatifs et leurs performances de course par rapport à leurs types de régime général.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont analysé divers types de régimes alimentaires chez les coureurs et leur impact sur les performances sportives de longue distance dans les courses récréatives de marathon (M), semi-marathon (HM) et ultramarathon (UM).

L’étude NURMI était une enquête transversale sur trois foulées de coureurs de fond récréatifs. L’étude a examiné les performances d’entraînement et de course des participants en fonction de leur régime alimentaire et de divers facteurs liés à la course.

Ces facteurs comprenaient le nombre de courses terminées, la distance de leur première course, leurs meilleurs temps de course, leur historique de course, le soutien professionnel, les comportements d’entraînement, les expériences de course et la durée globale de l’entraînement.

L’étude a décrit ces détails par rapport à deux types d’entraînement spécifiques (C et D) et un type d’entraînement (A) en ce qui concerne les distances hebdomadaires parcourues, la durée et le nombre de courses.

Résultats

Sur les 317 participants qui ont répondu à l’enquête, 72 ont été exclus de la recherche pour ne pas répondre aux critères d’inclusion finaux. L’analyse statistique a porté sur 245 coureurs, 104 hommes et 141 femmes.

Les coureurs venaient principalement d’Autriche et d’Allemagne, avec quelques participants d’autres pays. Les participants à l’étude avaient un âge moyen de 39 ans, un poids corporel de 65 kg et un indice de masse corporelle (IMC) normal.

De plus, la plupart d’entre eux étaient mariés. L’étude a inclus 245 participants, dont 109 suivant un régime omnivore, 45 suivant un régime végétarien et 91 suivant un régime végétalien.

L’étude a révélé que les omnivores étaient plus susceptibles d’être des hommes et d’avoir un poids corporel et un IMC plus élevés que les autres sous-groupes alimentaires. Le type de régime alimentaire n’a pas montré de variations notables de taille, de raison de courir, de pays de résidence ou de distance de course préférée.

Des variations notables des scores académiques ont été observées parmi les différents sous-groupes alimentaires. Les omnivores avaient pour la plupart terminé l’enseignement secondaire supérieur, tandis que les végétariens avaient terminé l’enseignement secondaire supérieur ou déclaré un diplôme universitaire ou supérieur. Les végétaliens avaient la plus forte proportion de personnes titulaires d’un diplôme universitaire ou supérieur.

Lire aussi  La consommation quotidienne d'avocat est associée à une meilleure qualité de l'alimentation et à une baisse du cholestérol LDL

Les compétitions de course au printemps étaient populaires auprès de tous les sous-groupes alimentaires. L’étude a révélé qu’il y avait des expériences de course comparables entre différents sous-groupes alimentaires en fonction de plusieurs facteurs, notamment l’âge à la première course, la distance de la première course, le nombre total de courses effectuées, le rapport des courses HM/M terminées par rapport aux autres courses. , a terminé les courses prévues rapportées au cours des deux années précédentes et le meilleur temps de course quelle que soit la distance.

Aucune différence significative n’a été trouvée entre les comportements d’entraînement, les antécédents de course et les expériences de course des sujets suivant un régime végétarien, omnivore ou végétalien.

conclusion

Les résultats de l’étude ont montré que les performances des athlètes récréatifs dans les courses de semi-marathon et de marathon n’étaient pas significativement affectées par leur régime alimentaire, qu’il soit omnivore, végétarien ou végétalien, lorsqu’ils tenaient compte des comportements d’entraînement et de l’expérience.

Pour les athlètes très compétents sur le plan nutritionnel, le type de régime qu’ils suivent a un impact minimal sur leurs performances de course. Cependant, cela peut affecter considérablement votre capacité à terminer un événement de course longue distance et à atteindre un classement plus élevé.

Des recherches expérimentales supplémentaires sont nécessaires pour bien comprendre la corrélation potentielle entre les régimes végétaliens et non végétaliens et leur impact sur les performances d’endurance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *