Dr Liji Thomas, MD

Issues maternelles et périnatales des grossesses compliquées par une infection au monkeypox.

Une nouvelle étude passe en revue les preuves disponibles sur l’impact de l’infection par le monkeypox pendant la grossesse.

Étude : Infection à monkeypox pendant la grossesse : revue systématique et méta-analyse.  Crédit d'image : Natalia Deriabina/Shutterstock
Étude : Infection à monkeypox pendant la grossesse : revue systématique et méta-analyse. Crédit d’image : Natalia Deriabina/Shutterstock

Introduction

Le virus du monkeypox est un orthopoxvirus, tout comme les virus de la variole et du cowpox. Il a provoqué de multiples épidémies au cours des deux dernières décennies. Plus récemment, une épidémie beaucoup plus importante s’est produite dans les pays développés d’Europe et d’Amérique du Nord, dont aucun n’était connu comme endémique pour la maladie.

Le virus provoque généralement une phase prodromique initiale caractérisée par de la fièvre, des maux de tête, une hypertrophie des ganglions lymphatiques, des douleurs musculaires et une faiblesse sévère. La phase aiguë est suivie de l’apparition d’une éruption cutanée qui se propage dès le point de contact initial avec le virus, principalement sur le visage et les extrémités.

Alors que la plupart des cas se résolvent spontanément, les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées développent une maladie plus grave et le taux de mortalité est légèrement plus élevé par rapport à la mortalité globale de 1 %.

La variole pendant la grossesse est connue pour entraîner un taux de létalité beaucoup plus élevé, en particulier au troisième trimestre. Dans cette optique, les auteurs de la présente étude, publiée en ligne dans le Journal américain d’obstétrique et de gynécologie MFM, en se concentrant sur les résultats du monkeypox pendant la grossesse. Ils ont examiné des résultats tels que la perte fœtale, la mort néonatale ou périnatale, les anomalies fœtales, les naissances prématurées, les maladies maternelles nécessitant une hospitalisation, les décès maternels et la transmission verticale.

Lire aussi  Une étude met en évidence la non-infériorité de la semence congelée pour les traitements d'insémination intra-utérine

Qu’a montré l’étude ?

Les chercheurs n’ont trouvé que 4 études traitant de 7 cas de monkeypox pendant la grossesse, deux du Nigeria et une de la République démocratique du Congo et une du Zaïre. Toutes les patientes ont été infectées au cours de la première moitié de la grossesse, ont développé une maladie clinique et toutes ont été hospitalisées.

Dans cet échantillon d’étude microscopique admis, aucune des mères n’est décédée, mais environ 40% ont fait des fausses couches et un bébé sur quatre est décédé in utero. Un nourrisson est décédé à 6,5 semaines après la naissance, mais apparemment à cause d’une mauvaise alimentation, bien que les dossiers cliniques aient montré la présence d’une éruption ressemblant à la variole du singe congénitale.

Deux tiers des grossesses infectées ont été affectées par une perte fœtale, au cours du premier trimestre, contre 82 % au cours du deuxième trimestre, ce qui montre clairement l’effet délétère de l’infection par le monkeypox sur la grossesse, quel que soit le stade de développement du fœtus.

Moins d’un quart des grossesses aboutissent à la naissance d’un bébé vivant. Près d’une mère infectée sur dix a accouché prématurément.

Le risque de transmission verticale n’a pas été correctement évalué car les pertes fœtales au début du deuxième trimestre n’ont pas fait l’objet de tests de détection virale, à savoir les tests de réaction en chaîne par polymérase (PCR). Malgré cela, près des deux tiers des mères infectées ont transmis le virus à leur progéniture, avec une incidence globale de 62 %.

Lire aussi  BioGrad ouvrira la deuxième plus grande biobanque du Royaume-Uni à Liverpool dans le cadre d'un investissement de 7,6 millions de livres sterling dans un nouveau siège social

Quelles sont les conclusions ?

Les résultats de cette revue systématique, limités par le très petit nombre de cas inclus, suggèrent un taux élevé de fausses couches et de pertes périnatales chez les personnes infectées par le monkeypox pendant la grossesse..”

L’infection est associée à un risque accru d’avortement spontané, de mortinaissance in utero et de transmission verticale. La très petite taille de l’échantillon limite la généralisation des résultats, tout comme les critères cliniques de transmission verticale, qui étaient basés à la fois sur la suspicion clinique et sur les tests de dépistage du virus.

Cependant, deux fœtus présentaient des signes d’infection par le monkeypox et une maladie grave était associée à des issues de grossesse défavorables. Pour cette raison, « Une surveillance fœtale précise est justifiée lorsque l’infection maternelle au monkeypox est confirmée, en particulier lorsque l’infection est grave et nécessite une hospitalisation.”

De plus, étant donné que presque toutes les mères ont dû être hospitalisées pour une maladie grave, cela pourrait avoir confondu les taux de transmission verticale ainsi que les taux gonflés d’issues de grossesse indésirables périnatales. Des recherches futures sont nécessaires pour établir le risque réel de transmission transplacentaire, en excluant les causes non liées de mort fœtale, telles que les anomalies chromosomiques et les malformations.

Les voies de traitement du monkeypox chez les patients à haut risque comprennent le Tecovirimat et l’immunoglobuline de la vaccine, bien que le cidofovir et le brincidofovir aient montré des preuves de tératogénicité dans les études animales. Un vaccin contre la variole récemment approuvé dans l’UE, au Canada et aux États-Unis, avec un virus vivant non réplicatif, est administré aux femmes enceintes qui ont été en contact étroit avec des patients atteints de monkeypox. Ces femmes doivent recevoir des soins appropriés en fonction des caractéristiques cliniques et des effets potentiels du traitement sur la grossesse et l’allaitement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *