La maternité n’affecte pas négativement les chances d’une femme de survivre au cancer du sein

Avoir un bébé après un cancer du sein n’affecte pas négativement les chances d’une femme de survivre à la maladie. Une nouvelle étude montre que la survie n’est pas pire pour les femmes plus jeunes, celles qui n’ont jamais été enceintes et celles atteintes d’un cancer du sein à récepteurs hormonaux positifs.

Les résultats présentés aujourd’hui lors de la 38e réunion de l’ESHRE basés sur plus de 5 000 femmes fournissent des preuves pour soutenir la maternité après le diagnostic. Les détails seront exposés aujourd’hui par le professeur Richard Anderson du Medical Research Council Centre for Reproductive Health, Université d’Édimbourg, en Écosse.

Le professeur Anderson dit que les résultats sont rassurants pour les femmes qui développent un cancer du sein et qui veulent être mères.

Cette analyse montre qu’avoir un bébé après un cancer du sein n’a pas d’impact négatif sur la survie. Il offre la tranquillité d’esprit au nombre croissant de femmes qui souhaitent fonder ou compléter leur famille après un traitement contre le cancer du sein. »

Richard Anderson, professeur, Medical Research Council Centre for Reproductive Health, Université d’Édimbourg, Écosse

De nombreux cancers du sein sont sensibles aux hormones. Les œstrogènes et la progestérone du corps stimulent la croissance des cellules tumorales. Pendant la grossesse, les niveaux de ces hormones augmentent. Cela a longtemps fait craindre que le fait d’avoir un bébé après un diagnostic et un traitement du cancer du sein puisse augmenter les chances de récidive de la maladie ou réduire les chances de survie d’une femme.

Lire aussi  L'exposition maternelle à la pollution de l'air et au stress psychologique peut altérer la croissance du fœtus

Il existe un besoin croissant de données pour déterminer si certains patients sont susceptibles d’être touchés. L’âge moyen de procréer continue d’augmenter, de sorte qu’un grand nombre de patients n’auront pas eu d’enfants au moment du diagnostic.

L’objectif principal de cette étude était d’établir si une naissance vivante après un cancer du sein affectait les chances de survie des femmes. Le professeur Anderson et ses collègues ont également examiné les facteurs qui influencent cela (c’est-à-dire le stade de la tumeur, la grossesse précédente et l’âge au moment du diagnostic).

Les informations sur les patients du Scottish Cancer Registry et des bases de données nationales sur la maternité ont été utilisées pour identifier 5 181 femmes chez qui un cancer du sein a été diagnostiqué. Toutes avaient moins de 40 ans et avaient été diagnostiquées entre 1981 et 2017. Les grossesses jusqu’à fin 2018 ont été incluses et la survie jusqu’à cette date a également été analysée.

Les données de 290 femmes qui ont eu une naissance vivante après un diagnostic de cancer du sein ont été analysées. Pour ces femmes, les résultats ont montré que leur survie globale était plus longue que celles qui n’avaient pas accouché après leur diagnostic de cancer du sein.

Lire aussi  Le vaccin COVID-19 augmente considérablement les anticorps dans le lait maternel

La survie était plus élevée chez celles qui avaient eu une première grossesse après avoir eu un cancer du sein; les femmes qui avaient été enceintes avant d’avoir un cancer du sein ont montré une survie similaire avec ou sans accouchement ultérieur. Un âge plus jeune au moment du diagnostic suivi d’une grossesse était également associé à une survie plus longue, tous les groupes d’âge montrant une survie similaire ou plus longue par rapport aux femmes qui n’avaient pas eu de bébé après le diagnostic.

De plus, la plupart des femmes qui ont eu un bébé après le diagnostic l’ont fait dans les cinq ans. Ces femmes ont également montré une survie accrue par rapport à celles qui n’ont pas accouché après le diagnostic.

Police de caractère:

Société européenne de reproduction humaine et d’embryologie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *