Dr Sanchari Sinha Dutta, Ph.D.

Interaction entre l’alimentation occidentale, le microbiote intestinal et le développement du cancer

Dans un article de synthèse publié dans la revue Séminaires en ImmunologieLes scientifiques ont exploré la relation entre le régime alimentaire occidental, le microbiote intestinal et le développement du cancer.

Étude : Le régime alimentaire occidental influence le microbiome et la carcinogenèse.  Crédit d'image : Keri Delaney/ShutterstockÉtude : Le régime alimentaire occidental influence le microbiome et la carcinogenèse. Crédit d’image : Keri Delaney/Shutterstock

Arrière-plan

Une interaction complexe entre plusieurs facteurs modifiables, notamment l’alimentation, le mode de vie et l’environnement, augmente considérablement le risque de développer un cancer. Cependant, ces facteurs peuvent être facilement modifiés pour réduire le risque de cancer.

Une alimentation saine fait référence à un apport modéré en graisses saturées, en sucre, en sodium et en cholestérol. Cependant, le régime alimentaire suivi principalement dans les pays occidentaux contient une grande quantité de ces aliments malsains.

Des études ont montré que l’adhésion continue à un régime alimentaire occidental peut augmenter le risque de diverses maladies, notamment les maladies cardiovasculaires, le diabète, l’obésité et certains cancers. En tant que principale source de composés d’origine microbienne, l’alimentation est connue pour influencer la composition du microbiote intestinal et les fonctions immunitaires, neurologiques et hormonales.

Principaux composants du régime alimentaire occidental

Le régime alimentaire occidental contient une grande quantité de graisses saturées, de glucides raffinés, de sel, de sucre et d’additifs alimentaires associés à de nombreux problèmes de santé.

Gros

La graisse est un composant alimentaire riche en calories avec trois sous-types, y compris les graisses insaturées, trans et saturées. Alors que les graisses insaturées sont associées à de nombreux avantages pour la santé, les graisses trans et saturées augmentent le risque de diverses complications de santé. Le régime alimentaire occidental contient de nombreux aliments transformés riches en gras trans et saturés.

Des études menées chez des adultes sains ont décrit que la consommation d’un régime riche en graisses pendant 6 mois provoque une altération significative de la composition du microbiote intestinal, entraînant une diminution des acides gras à chaîne courte et une augmentation de la production d’acides biliaires secondaires. . De plus, un régime riche en graisses augmente les gènes pro-inflammatoires dans le microbiote intestinal, entraînant une légère inflammation systémique.

Lire aussi  La solitude affecte-t-elle le cerveau et le cœur ?

Des études animales ont montré que les changements induits par un régime alimentaire riche en graisses dans le microbiote intestinal entraînent une réponse immunitaire muqueuse réduite, une réponse immunitaire protumorale accrue et une prolifération accrue des cellules épithéliales et des cellules souches intestinales. Tous ces facteurs augmentent collectivement le risque de développement et de progression du cancer de l’intestin.

L’accumulation induite par l’alimentation de bactéries gram-positives dans le foie, associée à un métabolisme dérégulé des acides biliaires, peut conduire à l’induction du phénotype sécrétoire associé à la sénescence dans les cellules hépatiques. Ces événements sont collectivement responsables du développement du cancer du foie.

Les modifications du microbiote induites par un régime riche en graisses peuvent augmenter la biosynthèse et les niveaux systémiques de lipopolysaccharide, entraînant un risque accru de cancer du sein, de la prostate et de l’œsophage.

Fibre diététique

Les fibres alimentaires sont un composant alimentaire à base de plantes semi-digestible qui facilite la digestion et l’excrétion. La fermentation partielle médiée par le microbiote et la dégradation des fibres alimentaires dans l’intestin conduisent à la génération de divers acides gras à chaîne courte. Le régime alimentaire occidental contient beaucoup moins de fibres alimentaires d’origine végétale ; par conséquent, suivre ce régime alimentaire peut entraîner une production réduite de métabolites microbiens bénéfiques.

L’inflammation et l’ulcération chroniques du côlon (colite ulcéreuse) constituent un facteur de risque important pour le développement du cancer colorectal. Il a été constaté que les patients atteints de colite ulcéreuse qui consomment un régime riche en fibres et faible en gras présentent une réduction de l’inflammation et de la dysbiose du microbiote et une abondance accrue de bactéries bénéfiques dans l’intestin.

Lire aussi  L'impact des comorbidités spécifiques et de la multimorbidité générale dans les trois phases mécanistiquement distinctes de COVID-19

Des études animales ont montré que la production de butyrate d’acides gras à chaîne courte induite par les fibres alimentaires est associée à des effets anti-inflammatoires, antitumoraux, antiprolifératifs et proapoptotiques accrus. Ces facteurs contribuent collectivement à réduire le risque de tumorigenèse intestinale.

Dans un modèle murin de lymphome, un régime riche en fibres s’est avéré modifier de manière bénéfique la composition du microbiote intestinal et les niveaux de métabolites microbiens pour augmenter les cellules dendritiques et les cellules tueuses naturelles cytotoxiques et l’induction ultérieure de la réponse antitumorale.

La consommation à long terme de fibres alimentaires peut parfois augmenter le risque de cancer. Par exemple, il a été démontré qu’un régime alimentaire riche en fibres solubles et fermentescibles provoque une dysbiose du microbiote intestinal chez des souris insulino-résistantes et sensibles à l’obésité, entraînant un risque accru de développer un cancer du foie.

Une formation excessive de sous-produits de fermentation de fibres microbiennes peut augmenter le risque de cancer. L’un de ces sous-produits est l’acétate d’acide gras à chaîne courte, utilisé par le foie dans la lipogenèse, entraînant la stéatose hépatique non alcoolique et l’obésité.

Un régime pauvre en fibres peut également réduire la fermentation microbienne des glucides et la synthèse des acides gras à chaîne courte, ce qui peut augmenter le risque de cancer colorectal.

crabes

Le régime alimentaire occidental contient de nombreux aliments transformés avec des glucides facilement digestibles. Ces types d’aliments ont un indice glycémique élevé en raison de leur capacité à augmenter le taux de glucose dans le sang.

Des études ont montré qu’un régime pauvre en glucides entraîne une réduction de la production de bactéries Gram-positives et de butyrate dans l’intestin grêle et le côlon, entraînant une réduction de la formation de polypes. Ce type de glucides à faible indice glycémique réduit également la dégradation de l’ADN et la prolifération cellulaire dans le côlon.

Lire aussi  Les résultats de la recherche ouvrent la porte à de nouvelles stratégies pour promouvoir la fonction musculaire pendant le vieillissement

Il a été démontré que les régimes riches en glucides enrichis en amidon résistant modifient la composition du microbiote intestinal, entraînant une augmentation de la production de formiate et de lactate et une diminution de la production de propionate. Ces facteurs réduisent collectivement le risque de cancer du pancréas.

La consommation de glucides alimentaires tels que le fructose et le saccharose est connue pour augmenter l’obésité, qui à son tour peut augmenter le risque de cancer colorectal. De plus, le fructose peut également augmenter l’accumulation de graisse dans le foie et peut donc augmenter le risque de stéatose hépatique non alcoolique et de cancer du foie.

Autres composants de l’alimentation

Le régime alimentaire occidental est riche en aliments transformés et ultra-transformés riches en sel. Il a été démontré qu’un régime riche en sel réduit le risque de certains cancers en induisant une immunité antitumorale médiée par le microbiote intestinal, caractérisée par un niveau accru de cellules tueuses naturelles.

Un régime occidental riche en cholestérol a été associé à des acides biliaires dérégulés et à des dérivés d’indole, qui, ensemble, peuvent augmenter le risque de cancer du foie.

Les émulsifiants utilisés dans les aliments transformés sont des composants potentiellement nocifs dans le régime alimentaire occidental. Ces composants peuvent augmenter le risque de carcinogenèse intestinale en dérégulant le microbiote intestinal et en induisant une inflammation de bas grade.

La littérature scientifique actuellement disponible indique que les composants clés du régime alimentaire occidental peuvent moduler de manière significative la composition du microbiote intestinal, ce qui peut à son tour augmenter le risque de divers types de cancer.

Référence magazine :
  • Newsome R. 2023. Influences alimentaires occidentales sur le microbiome et la carcinogenèse. Séminaires en Immunologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *