Pooja Toshniwal Paharia

Existe-t-il une association entre le COVID-19 et le risque de développer une maladie auto-immune ?

Dans un article récent publié dans le Revues Nature Rhumatologie nouvelles et opinions, les chercheurs ont examiné les données sur l’incidence des maladies auto-immunes dans la période post-aiguë de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).

Étude : Risque élevé de maladies auto-immunes après COVID-19.  Crédit d'image : KaterynaKon/Shutterstock.com

Étude: Risque élevé de maladies auto-immunes après COVID-19. Crédit d’image : KaterynaKon / Shutterstock.com

Arrière-plan

Le COVID-19 a causé une morbidité et une mortalité sans précédent dans le monde. La protection immunologique conférée par les vaccins contre le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) et les antécédents de COVID-19, ainsi que le développement d’agents thérapeutiques efficaces, ont réduit la mortalité associée au COVID-19.

Cependant, les conditions post-COVID-19 continuent d’augmenter, en particulier les maladies auto-immunes d’apparition récente chez les convalescents de COVID-19. Des maladies auto-immunes ont été signalées après la COVID-19 chez des adultes ; cependant, la prévalence et l’ampleur des maladies et les risques d’incidence chez les personnes infectées par le SRAS-CoV-2, par rapport aux personnes non infectées, ne sont pas bien caractérisés.

Améliorer la compréhension de l’impact de la COVID-19 sur le risque de développer des complications post-aiguës de la COVID-19, telles que les maladies auto-immunes, pourrait aider à mettre en œuvre des mesures préventives et un traitement rapide pour prévenir les morbidités associées à la COVID-19.

Les résultats seraient également très pertinents pour les futures pandémies et pour examiner les effets protecteurs à long terme des vaccins COVID-19.

À propos de l’examen

Dans la revue, les chercheurs ont présenté les résultats de deux études de cohorte à grande échelle, qui ont évalué l’incidence des maladies auto-immunes après des infections aiguës par le SRAS-CoV-2 à l’aide des dossiers médicaux électroniques des participants.

Lire aussi  Un nouveau traitement donne de l'espoir aux personnes souffrant de maux de dos chroniques

Preuves sur les maladies auto-immunes post-COVID obtenues avant les études

Des études incluant des patients pédiatriques atteints de COVID-19 souffrant du syndrome inflammatoire multisystémique chez les enfants (MIS-C) ont indiqué que COVID-19 produit des réponses immunitaires dérégulées. Les manifestations cliniques du MIS-C chevauchent des syndromes hyperinflammatoires, notamment le syndrome d’activation des macrophages, la maladie de Kawasaki et le syndrome de choc toxique.

La physiopathologie du dysfonctionnement immunitaire associé au COVID-19 comprend le mimétisme moléculaire par les protéines du SRAS-CoV-2, l’implication de plusieurs organes en raison de la présence de récepteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2), essentiels à l’entrée du SRAS-CoV-2 dans les cellules hôtes, l’activation des cellules immunitaires spectatrices, la libération d’autoantigènes après des lésions tissulaires induites par le SRAS-CoV-2, l’activation des lymphocytes régulée par les superantigènes et la propagation des épitopes.

De plus, des facteurs tels que la susceptibilité génétique, l’âge et les comorbidités peuvent contribuer à la pathogenèse du COVID-19.

Une étude antérieure comparant les réponses immunitaires dans l’infection par le SRAS-CoV-2 et la maladie auto-immune a rapporté que les lésions tissulaires dans les deux conditions sont principalement régulées par le système immunitaire, démontrées par la présence d’anticorps antinucléaires, d’anti-Ro/SSA et d’anticoagulant lupus agglutinine froide dans les deux conditions.

Une analyse rétrospective a été réalisée du 31 janvier 2020 au 30 juin 2021, à l’aide de la base de données Clinical Practice Research Datalink Aurum, comprenant les données de 458 147 et 1 818 929 adultes infectés et non infectés par le SRAS-CoV-2, respectivement, qui résident en Angleterre .

Une préimpression de l’étude a rapporté que l’incidence des maladies inflammatoires de l’intestin, du psoriasis et du diabète de type 1 était significativement liée au COVID-19.

Lire aussi  Rattraper le sommeil du week-end peut minimiser le risque d'hyperuricémie chez les femmes ménopausées

Résultats des deux études de cohorte évaluant la maladie auto-immune post-COVID

Chang et al. a utilisé le réseau de recherche en santé TriNetX, qui comprend six millions d’adultes dans 48 organisations de santé à travers le monde. Les groupes infectés et non infectés par le SRAS-CoV-2 appariés par le score de propension comprenaient chacun 887 455 vaccinés COVID-19. L’incidence des maladies auto-immunes post-COVID-19 a été évaluée entre le 1er janvier 2020 et le 31 décembre 2021.

À six mois de suivi, l’incidence des maladies auto-immunes était significativement plus élevée chez les personnes infectées par le SRAS-CoV-2, y compris le lupus érythémateux disséminé, la polyarthrite rhumatoïde, la vascularite, le diabète de type 1 et les maladies inflammatoires de l’intestin, avec des rapports de risque ajustés ( aHR) de 2,99, 2,98, 1,96, 2,68 et 1,78, respectivement. Le risque de maladie auto-immune post-COVID était constant à tous les âges.

Tesch et al. a mené une étude, qui n’a pas encore été évaluée par des pairs, pour évaluer les risques de maladies auto-immunes chez 640 701 personnes non vaccinées qui avaient des infections par le SRAS-CoV-2 confirmées par la réaction en chaîne de la polymérase (PCR) en 2020.

Les résultats ont montré que les patients atteints de COVID-19 étaient 43,0% plus susceptibles de contracter des maladies auto-immunes, dans les trois à 15,0 mois suivant l’infection, par rapport à plus d’un million de personnes non infectées du même âge et du même sexe.

Parmi les maladies auto-immunes, les valeurs du taux d’incidence (IRR) étaient les plus élevées pour les vascularites. De plus, parmi les personnes ayant des antécédents de maladie auto-immune, le COVID-19 a entraîné une augmentation de 23,0 % du risque d’une autre maladie auto-immune.

Lire aussi  Les médecins de l'UT Southwestern décrivent les risques de grossesse chez les femmes atteintes de maladies rhumatismales

En général, la plupart des maladies auto-immunes n’étaient pas spécifiques au COVID-19 ; cependant, un aspect essentiel de l’infection par le SRAS-CoV-2 était une augmentation considérable de l’incidence et du spectre des maladies auto-immunes après une COVID-19 aiguë.

conclusion

Selon les conclusions de l’examen, le COVID-19 augmente les risques de maladies auto-immunes. En raison de conceptions d’études rétrospectives, les deux études de cohorte n’ont pas été en mesure de fournir une association causale entre le COVID-19 et le développement de maladies auto-immunes.

Cependant, la relation temporelle avec l’histoire de COVID-19 fournit des preuves fiables et convaincantes que COVID-19 est associé à des risques élevés de développer des maladies auto-immunes.

Les gouvernements et les autorités sanitaires devraient mener de futures études sur le sujet pour obtenir des données nationales et accroître la généralisabilité des résultats. Les mécanismes définitifs, y compris la prédilection génétique et épigénétique, sous-jacents à l’association et la physiopathologie associée ne sont pas entièrement compris.

Cependant, des recherches supplémentaires doivent être effectuées en utilisant des animaux expérimentaux particuliers avec des gènes knock-out, des analyses bioinformatiques et des approches biologiques, par exemple, l’analyse des données transcriptomiques pandémiques pour obtenir des signatures génomiques, et les réponses de l’hôte aux déclencheurs viraux doivent être évaluées.

Fontaine:
  • Chang, R., Chen, TYT, Wang, SI, Hung, YM, Chen, HY et Wei, CCJ, 2023. Risque de maladies auto-immunes chez les patients atteints de COVID-19 : une étude de cohorte rétrospective. CEmédecineclinique, 56p.101783.
Référence magazine :
  • Sharma, C. et Bayry, J. (2023) « Risque élevé de maladies auto-immunes après COVID-19 », Revues Nature Rhumatologie. est ce que je: 10.1038/s41584-023-00964-y.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *