Étude : Aucune différence significative dans le risque de cancer chez les patients en rhumatologie ayant des antécédents de malignité prenant des DMARD

Une nouvelle recherche présentée cette semaine à ACR Convergence 2022, la réunion annuelle de l’American College of Rheumatology, n’a trouvé aucune différence significative dans le risque de cancer chez les patients atteints de maladie rhumatismale et d’antécédents de malignité prenant des DMARD biologiques ou synthétiques ciblés par rapport à ceux traités avec des inhibiteurs du TNF (Résumé #0267).

Les patients ayant des antécédents de cancer sont systématiquement exclus des essais contrôlés randomisés, de sorte que les données sur le risque de cancer sont limitées. Ceci est particulièrement problématique chez les personnes âgées atteintes de maladies rhumatismales qui sont de plus en plus traitées avec des médicaments antirhumatismaux modificateurs de la maladie (DMARD) biologiques et synthétiques ciblés, malgré une prévalence plus élevée de comorbidités, y compris le cancer. Les chercheurs ont mené cette étude observationnelle prospective pour étudier la survenue et le risque relatif de cancer incident chez les patients ayant des antécédents de malignité traités avec ces médicaments.

Les 352 patients de l’étude provenaient de BIOBADASER 3.0, un registre prospectif multicentrique de patients en Espagne traités avec des DMARD biologiques et synthétiques ciblés. La nouvelle version de BIOBADASER a été publiée spécifiquement pour répondre à l’utilisation croissante de ces médicaments et aux changements dans la notification des événements indésirables.

La cohorte était principalement composée de femmes atteintes de polyarthrite rhumatoïde (PR) et a été incluse dans le registre jusqu’en 2021. La majorité des patients utilisaient des inhibiteurs du TNF et les inhibiteurs de l’interleukine (IL)-17 étaient les moins utilisés. D’autres médicaments comprenaient des inhibiteurs de la Janus kinase (JAK), des inhibiteurs de l’IL-6, des anticorps anti-CD20 et des anticorps anti-CTLA-4.

Lire aussi  Première thérapie par ARN messager de ce type développée pour le cancer de l'ovaire et la cachexie

Les chercheurs ont défini le cancer incident comme tout type de cancer, y compris les nouveaux cancers primitifs, les récidives locales ou les métastases, ayant entraîné l’arrêt du traitement médicamenteux. Parmi 352 patients, il y a eu 32 cancers incidents, avec un taux global de 27,1 événements pour 1 000 années-personnes (AP), allant d’aucun événement pour 1 000 AP dans le groupe prenant des inhibiteurs de l’IL-17 à 51,7 événements pour 1 000 AP dans le groupe. groupe anti-CTLA-4. L’incidence globale n’a pas différé significativement par rapport aux inhibiteurs du TNF, que les patients aient été traités par des inhibiteurs de JAK, des anticorps anti-CD20, des inhibiteurs de l’IL-6 ou de l’IL-17 ou des anticorps anti-CTLA-4. Le taux de différents types de cancer (1 mélanome, 14 cancers cutanés non mélanomes et 17 tumeurs solides) ne différait pas non plus entre les différents groupes de traitement par rapport au traitement par inhibiteur du TNF.

Cependant, les résultats statistiquement insignifiants et les intervalles de confiance élevés de l’étude ne sont pas nécessairement définitifs, déclare Juan Molina-Collada, MD, rhumatologue à l’hôpital général universitaire Gregorio Marañón de Madrid et auteur principal de l’étude.

Nous devons dire que nous n’avons pas trouvé de risque accru de cancer dans cette population, bien que nous ne puissions pas exclure un risque potentiel avec nos données. »

Dr Juan Molina-Collada, MD, rhumatologue, Hôpital universitaire général Gregorio Marañón, Madrid

Le Dr Molina-Collada cite également plusieurs limites de l’étude, notamment le biais de sélection, le biais de survie et un dépistage plus rigoureux du cancer chez les patients recevant des thérapies immunosuppressives.

Il souligne également que de longues périodes d’observation sont nécessaires pour évaluer le risque de maladies telles que le cancer. Dans la cohorte de l’étude, le suivi moyen variait de 11,5 à 23 mois. Le Dr Molina-Collada ajoute : « Les registres médicaux nationaux tels que BIOBADSER ont des limites intrinsèques en termes de qualité des données collectées, bien que des audits externes des centres participants soient régulièrement effectués. »

Cependant, il note que parce que cette vaste étude n’a trouvé aucune augmentation de l’incidence globale du cancer chez les patients atteints de maladies rhumatismales et d’un cancer antérieur, les « résultats sont rassurants quant au schéma d’utilisation de ces thérapies ». Il note que « c’est la première étude, à notre connaissance, à fournir des données de sécurité sur l’utilisation de DMARD synthétiques spécifiques ou d’inhibiteurs anti-IL-17 chez des patients ayant des antécédents de cancer ».

Police de caractère:

Collège américain de rhumatologie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *