Neha Mathur

Effets de l’exposition postnatale précoce aux antibiotiques sur l’incidence du sepsis précoce

Dans une étude récente publiée dans Réseau Open Jam, les chercheurs ont étudié les effets de l’exposition postnatale précoce aux antibiotiques chez les nourrissons des réseaux participants de pays à revenu élevé. Ils ont également quantifié l’incidence de la septicémie précoce (EOS) et de la mortalité chez tous les nourrissons d’un âge gestationnel supérieur ou égal à 34 semaines, nés entre le 1er janvier 2014 et le 31 décembre 2018.

Étude : Analyse de l'exposition aux antibiotiques et de la septicémie néonatale précoce en Europe, en Amérique du Nord et en Australie.  Crédit image : ART-ur/Shutterstock
Étude : Analyse de l’exposition aux antibiotiques et de la septicémie néonatale précoce en Europe, en Amérique du Nord et en Australie. Crédit image : ART-ur/Shutterstock

Bas

Les antibiotiques sont souvent prescrits dans les services de néonatologie et leur apparition rapide sauve des vies en cas d’ITS néonatale. Cependant, ce qui a motivé l’utilisation excessive d’antibiotiques dans les premières années de la vie, c’est l’imprécision des outils de diagnostic utilisés pour détecter la septicémie.

L’incidence du SSO chez les nourrissons peu prématurés et nés à terme a diminué ces dernières années. Par conséquent, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé des programmes de gestion des antimicrobiens (AMS) pour aider les cliniciens à optimiser la prescription d’antibiotiques et à améliorer les résultats pour les patients.

Lire aussi  Une étude compare la gestion précoce des fluides restrictive et libérale pour la basse pression induite par le sepsis

L’exposition néonatale aux antibiotiques altère le développement du microbiome, entraînant diverses maladies ultérieures, notamment l’asthme, le diabète, les allergies et les maladies inflammatoires de l’intestin. De plus, ces traitements ont un impact négatif sur la durée d’hospitalisation et les taux de lactation et augmentent les coûts de santé. En général, l’AMS est crucial dans les premières années de la vie.

À propos de l’étude

Dans la présente étude transversale rétrospective, les chercheurs ont sélectionné 13 réseaux hospitaliers ou basés sur la population de 11 pays d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Australie pour comparer l’exposition postnatale précoce aux antibiotiques, l’incidence de l’ITS prouvée par culture et tous les facteurs. cause et la mortalité liée au SSO chez les nourrissons, qu’ils soient prématurés ou nés à terme. Ces nourrissons ont reçu des antibiotiques par voie intraveineuse au cours de la première semaine postnatale pendant des périodes variables.

Les enquêteurs ont défini le SSO comme un SSO prouvé par culture, par une culture positive de sang ou de liquide céphalo-rachidien (LCR), au cours de la première semaine postnatale, montrant diphtéroïdes Soit microcoque espèces comme contaminants. De plus, les cultures qui montraient une croissance de staphylocoques à coagulase négative (CoNS) pendant plus de cinq jours étaient considérées comme des infections avérées. Les nouveau-nés sans DED ont reçu des antibiotiques mais n’ont pas été diagnostiqués avec DED. L’équipe a obtenu des indications pour un traitement antibiotique à partir des dossiers de santé électroniques et des registres des nourrissons.

En ce qui concerne la mortalité, l’équipe a défini le décès néonatal comme un décès avant la sortie ou dans les 28 jours parmi les cas hospitalisés. La mortalité associée au SSO était le décès dans les 28 jours suivant une culture de sang ou de LCR positive. Ils ont calculé la proportion de nouveau-nés traités avec des antibiotiques en divisant le nombre de nouveau-nés ayant reçu au moins une dose d’antibiotiques au cours de la première semaine postnatale par le nombre de nés vivants. La durée de l’antibiothérapie était de jours calendaires avec au moins une dose d’antibiotique. La somme des jours d’antibiotiques pour chaque nouveau-né divisée par les naissances vivantes était le nombre de jours d’antibiotiques pour 1000 naissances vivantes et indiquait leur exposition aux antibiotiques.

Lire aussi  L'infection aiguë au COVID-19 perturbe l'équilibre sain entre les bons et les mauvais microbes intestinaux

L’équipe a rapporté tous les épisodes EOS à l’exception de CoNS. Ils ont défini son incidence comme le taux de toutes les naissances vivantes. La mortalité toutes causes confondues était le décès de tous les nouveau-nés vivants, indépendamment de l’antibiothérapie et du SSO. Enfin, l’équipe a calculé les rapports de cotes (OR) à l’aide de la méthode de stratification de Mantel-Haenszel. Ils ont analysé les données d’octobre 2021 à mars 2022 pour toutes les cohortes et réseaux d’étude séparément.

Résultats de l’étude

Sur 757 979 nouveau-nés nés dans 13 réseaux dans 11 pays, 2,86 %, dont 59,4 % de nourrissons avec un âge gestationnel médian de 39 semaines et un poids médian à la naissance de 3 250 grammes, ont reçu des antibiotiques par voie intraveineuse au cours de la première semaine postnatale. La proportion de nouveau-nés recevant des antibiotiques variait de 1,18 % à 12,45 % entre les réseaux (moyenne de 3 %), entraînant une exposition aux antibiotiques de 135 jours pour 1 000 naissances vivantes. L’incidence du SSO était de 0,49 cas pour 1 000 naissances vivantes et le taux de mortalité associé au SSO était de 3,20 %. La durée médiane du traitement était de neuf jours pour les nouveau-nés atteints de SSO et de quatre jours pour les autres. Pour chaque cas de SSO, 58 nouveau-nés ont reçu des antibiotiques et l’équipe a administré 273 jours d’antibiotiques.

conclusion

Par rapport au fardeau du SSO (maladie), l’utilisation précoce d’antibiotiques après la naissance (traitement) était élevée et disproportionnée chez les nourrissons participants. De plus, les chercheurs ont observé de grandes variations, jusqu’à neuf fois, dans l’utilisation des antibiotiques postnatals précoces dans ces réseaux internationaux. La charge de traitement étant plus importante que la charge de morbidité, un taux d’antibiothérapie néonatale inférieur ou égal à 1 % peut être atteint.

Lire aussi  Une nouvelle méthode aide à identifier les microbes intestinaux les plus susceptibles de contribuer aux maladies inflammatoires

Plus important encore, l’étude actuelle a défini un ensemble d’indicateurs rendant compte des dimensions pour faciliter l’analyse comparative et les interventions futures pour réduire en toute sécurité l’exposition aux antibiotiques chez les nouveau-nés. Cela pourrait aider à réduire le risque de résistance aux antimicrobiens et à préserver le microbiome en développement pour améliorer la santé à long terme.

Référence magazine :
  • Giannoni E, Dimopoulou V, Klingenberg C, et al. (2022). Analyse de l’exposition aux antibiotiques et de la septicémie néonatale précoce en Europe, en Amérique du Nord et en Australie. Réseau ouvert JAMA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *