Pooja Toshniwal Paharia

Comment le COVID-19 a eu un impact sur le sommeil et la santé mentale des étudiants

Dans une récente étude publiée dans la revue un de plusles chercheurs ont évalué les effets de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) sur la qualité du sommeil et la santé mentale (MH) des étudiants universitaires.

La pandémie de coronavirus 2 (SARS-CoV-2) du syndrome respiratoire aigu sévère a posé des défis sociaux, académiques, liés à la santé et financiers uniques pour les jeunes adultes. De plus, plusieurs études ont signalé une augmentation des problèmes de MH au milieu d’une pandémie dans le grand public ; cependant, les données sur l’ampleur des difficultés de sommeil intra-individuelles et des problèmes de MH font défaut.

Les auteurs de l’étude ont précédemment examiné l’impact des habitudes de sommeil sur le MH de 78 jeunes inscrits à un cours de biologie élémentaire à l’Université Colgate de New York entre octobre et novembre 2020. Les résultats de l’étude ont montré que des scores autodéclarés d’anxiété, de troubles du sommeil et de dépression n’ont pas montré de différences significatives entre les participants.

Étude : Impact intra-individuel de la pandémie de COVID-19 sur la santé mentale et le sommeil chez les jeunes adultes.  Crédit d'image : FabrikaSimf/ShutterstockÉtude : Impact intra-individuel de la pandémie de COVID-19 sur la santé mentale et le sommeil chez les jeunes adultes. Crédit d’image : FabrikaSimf/Shutterstock

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs n’ont signalé que des effets intra-individuels chez les participants de la cohorte d’étude précédente avec des données pandémiques complètes pré-COVID-19 et mi-COVID-19, en utilisant la pandémie de SRAS-CoV-2 comme intervention pour le traitement. étude.

L’étude a impliqué 23 étudiants caucasiens d’origine européenne (quatre et 19 hommes et femmes, respectivement, avec un âge moyen de 19 ans) qui ont reçu des invitations par courrier électronique pour participer à l’étude. Parmi tous les participants, quatorze ont déclaré appartenir à la classe moyenne supérieure, un à la classe moyenne inférieure et huit à la richesse.

Lire aussi  L'ARN du sébum pourrait fournir des biomarqueurs fiables pour détecter la dermatite atopique précoce

À leur arrivée sur le campus universitaire, les étudiants ont subi une quarantaine obligatoire de 14 jours dans les dortoirs universitaires avec uniquement des cours en ligne, de la nourriture livrée dans leurs dortoirs et du temps pour les activités de plein air limité à une heure. De plus, des tests de SRAS-CoV-2 ont été effectués pour tous les étudiants toutes les deux semaines après la fin de la période de quarantaine, et l’utilisation de masques et la distanciation sociale ont été mises en œuvre, et aucune visite sociale n’a été autorisée entre les étages des chambres des étudiants.

Près de 50% des cours d’étude ont été dispensés hors ligne et les rassemblements sociaux et les activités sportives ont été limités avant que les échantillons de l’étude ne soient collectés. Les étudiants ont rempli des enquêtes comportementales autodéclarées, y compris BDI-II (Beck Depression Inventory II), STAI (State and Trait Anxiety Inventory), PROMIS (Patient Reported Outcome Measurement Information System) pour les troubles du sommeil, MEQ réduit (questionnaire du matin et de l’après-midi), et MSF (point moyen de sommeil un jour de repos), calculé à l’aide du MCTQ (Munich Chronotype Questionnaires).

Pour obtenir des données sur le sommeil, les participants à l’étude ont porté des montres intelligentes pendant huit jours consécutifs au cours des semestres d’automne 2019 et de l’année suivante. Les montres intelligentes mesuraient les paramètres du sommeil tels que la durée du sommeil, le pourcentage de sommeil profond chaque nuit, le pourcentage de sommeil léger chaque nuit, le pourcentage de sommeil paradoxal chaque nuit, le décalage et le début du sommeil, la durée passée au lit et le nombre de réveils nocturnes. De plus, un modèle de régression linéaire multiple a été exécuté pour analyser les différences entre la pré-pandémie et la mi-pandémie, et les rapports de cotes (RC) ont été calculés.

Lire aussi  Le rôle de la qualité/durée du sommeil avant l'infection et de la gravité de l'insomnie sur l'incidence à long terme des symptômes post-COVID-19

Résultats et discussion

Les données de l’enquête autodéclarée ont montré que 78% des participants à l’étude ont ressenti une anxiété et un stress accrus au milieu de la pandémie. De plus, chez les individus, les symptômes d’anxiété et de dépression ont atteint une ampleur cliniquement significative de la période pré-pandémique à la période mi-pandémique.

Parmi les participants, 68 %, 45 % et 59 % des étudiants ont déclaré dormir moins, dormir plus tard et se détériorer pendant le COVID-19, respectivement. Les troubles du sommeil au milieu de la pandémie étaient trois fois plus élevés qu’avant la pandémie (OR 3,0). Les troubles du sommeil étaient associés à une augmentation de la dépression et de l’anxiété, soulignant l’association forte et inverse entre la qualité du sommeil et la MH.

De plus, les étudiants qui ont signalé des troubles du sommeil plus importants pendant le COVID-19 ont connu une réduction du sommeil profond et paradoxal. Les étudiants étaient quatre fois plus susceptibles de déclarer des niveaux modérés ou élevés d’anxiété (scores STAI ≥ 38) et de dépression légère et élevée (BDI ≥ 14) au milieu de la pandémie que dans la période pré-pandémique avec des valeurs OR de 4, 1 et 3.7, respectivement.

L’augmentation des niveaux d’anxiété au milieu de la pandémie chez les étudiants pourrait être due aux charges financières, aux facteurs de stress associés à la santé, à la peur de contracter une maladie et à son impact sur soi-même et sur les membres proches de la famille, aux perturbations de la vie quotidienne, au manque d’interactions sociales, à la perte d’emploi et à l’altération du sommeil motifs. Une qualité de sommeil altérée pourrait affecter négativement les états neurologiques et psychologiques, le traitement des émotions et la sympathie émotionnelle.

Lire aussi  Nouvel essai pour évaluer un traitement potentiel de l'irritabilité chez les adolescents autistes

Dans l’ensemble, les résultats de l’étude ont montré un impact multiforme du COVID-19 sur les jeunes étudiants adultes dont la qualité du sommeil, la MH et la durée du sommeil réparateur étaient négativement affectées. Des réductions du sommeil profond et du sommeil paradoxal avec une augmentation des troubles du sommeil pourraient réduire la capacité à développer des réponses immunitaires robustes et avoir ainsi des implications immunologiques critiques chez les jeunes adultes. Les résultats confirment la nécessité de redoubler d’efforts pour prévenir et contrôler les problèmes de SM et les troubles du sommeil, en particulier chez les étudiants.

Référence magazine :
  • Knickerbocker KJ, Cox EA, Dhawka L, Woods K, Ingram KK (2022) Impact intra-individuel de la pandémie de COVID-19 sur la santé mentale et le sommeil chez les jeunes adultes. PLOS UN 17(10): e0276165. EST CE QUE JE:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *