Suchandrima Bhowmik

Comment des comorbidités spécifiques affectent la gravité du COVID-19

Au 20 juin 2022, le syndrome respiratoire aigu sévère coronavirus 2 (SRAS-CoV-2), le virus responsable de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19), a infecté plus de 544 millions de personnes et causé plus de 6,3 millions de décès dans le monde .

Étude : Les comorbidités préexistantes façonnent la réponse immunitaire associée au COVID-19 sévère.  Crédit d'image : shutter_o/Shutterstock.com

Étudier: Les comorbidités préexistantes façonnent la réponse immunitaire associée au COVID-19 sévère. Crédit d’image : shutter_o/Shutterstock.com

Arrière plan

La plupart des personnes infectées par le SRAS-CoV-2 présenteront des symptômes légers ou resteront asymptomatiques. Cependant, une minorité de personnes diagnostiquées avec COVID-19 connaîtront des complications graves, notamment une insuffisance respiratoire, une pneumonie et un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA).

L’obtention des antécédents médicaux des patients COVID-19, y compris la présence de toute comorbidité sous-jacente, peut aider à identifier ceux qui sont plus à risque de développer une maladie grave. Ces patients peuvent également être éligibles pour recevoir des interventions thérapeutiques précoces et/ou des vaccins afin d’améliorer encore leurs résultats de survie.

Les comorbidités les plus courantes identifiées chez les patients hospitalisés atteints de COVID-19 comprennent l’obésité, le diabète et l’hypertension, ainsi que les maladies respiratoires et cardiovasculaires. Le cancer, les maladies rénales chroniques et les troubles immunitaires ont également été associés à des infections graves.

Lire aussi  L'étude UTSW fournit une voie potentielle pour le développement de nouveaux antiviraux contre la grippe

Il reste des informations contradictoires sur la mesure dans laquelle une comorbidité spécifique augmente le risque de COVID-19 sévère. Des recherches supplémentaires sont également nécessaires pour déterminer comment le statut immunitaire antérieur d’un individu peut déterminer sa réponse au COVID-19.

Alors que de nouvelles thérapies sont approuvées dans le monde pour traiter le COVID-19, une meilleure compréhension des mécanismes immunopathologiques du SRAS-CoV-2 liés à la comorbidité est essentielle, car ces informations permettront aux cliniciens de proposer des traitements optimisés et individualisés à ces patients.

un nouveau Journal d’allergie et d’immunologie clinique L’étude examine un ensemble de données de flux spectral précédent pour évaluer le rôle de certaines comorbidités dans la réponse immunitaire des patients infectés par le SRAS-CoV-2.

Les comorbidités préexistantes façonnent la réponse immunitaire associée au COVID-19 sévèreLes comorbidités préexistantes façonnent la réponse immunitaire associée au COVID-19 sévère

À propos de l’étude

L’étude actuelle impliquait la collecte d’échantillons de sang et de données cliniques de routine auprès de patients COVID-19, ainsi que de témoins sains, entre avril 2020 et novembre 2020. La gravité de la maladie de tous les patients COVID-19 a été définie selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) échelle ordinale.

Toutes les comorbidités associées au COVID-19, y compris l’obésité, les maladies cardiaques, les maladies rénales chroniques, l’hypertension, les troubles pulmonaires, le cancer, le diabète et les troubles immunitaires, ont été correctement définies. Les données de flux spectral ont été analysées pour la production de cytokines dans les cellules lymphoïdes et myéloïdes.

Résultats de l’étude

La cohorte de patients COVID-19 était composée de 60 % d’hommes et de 40 % de femmes. Un taux plus élevé d’infections graves a été signalé chez les hommes par rapport aux femmes.

Lire aussi  Moins de la moitié des vidéos YouTube sur la rhinite allergique fournissent des informations utiles, selon une étude

Les patients âgés de 65 ans et plus, ainsi que ceux présentant des comorbidités, ont plus fréquemment souffert de COVID-19 sévère. Dans l’ensemble, 52,6 % des patients ont signalé la présence de plus d’un type de comorbidité.

En comparant des patients présentant une comorbidité spécifique avec des patients sans comorbidités, l’insuffisance rénale chronique et l’obésité se sont révélées être des facteurs préexistants importants qui augmentaient la probabilité qu’un individu souffre de COVID-19 sévère, en plus de l’âge. Les maladies rénales chroniques et les troubles immunitaires se sont également avérés avoir l’impact le plus significatif sur la réponse immunitaire du SRAS-CoV-2. Le cancer, les troubles pulmonaires, l’hypertension, l’obésité, le diabète de type 2 et les troubles cardiaques ont également montré une tendance similaire.

Les patients obèses présentaient également une expression accrue de la mort programmée-1 (PD-1) sur les cellules T régulatrices CD4 +, l’expression du facteur de stimulation des colonies de granulocytes-macrophages (GM-CSF) sur les cellules T effectrices mémoire CD4 + CD45RA + (TEMRA) et CTLA- 4. expression dans les lymphocytes T CD4+ à mémoire effectrice (EM).

Comparativement, les patients hypertendus ont montré une expression réduite des lymphocytes T CD4-CD8- (enrichis en TCRγδ) et CD161, ainsi qu’une expression plus élevée de CD38. Les patients diabétiques de type 2 présentaient un profil de lymphocytes T non conventionnel ainsi qu’une expression réduite du signal costimulateur CD86 trouvé sur les cellules dendritiques.

Les signatures immunitaires des patients souffrant de troubles pulmonaires et de maladies cardiaques ont également montré des sous-ensembles de tueurs naturels (NK) et de lymphocytes T épuisés et hyperactifs. En outre, les patients COVID-19 présentant des troubles immunitaires préexistants et une maladie rénale chronique ont montré des caractéristiques immunitaires spécifiques, telles qu’un compartiment à cellules T appauvri et hyperactif, ainsi qu’une immunité innée et adaptative altérée, qui n’ont pas été observées dans les autres groupes de comorbidité. . .

Lire aussi  Le risque d'infection par le SARS-CoV-2 et la gravité de la maladie dans une cohorte d'asthmatiques sévères traités avec des produits biologiques

conclusion

L’étude actuelle a confirmé l’association entre COVID-19 sévère et des comorbidités spécifiques et a caractérisé le paysage immunitaire de cette infection en fonction de la présence de certaines conditions médicales préexistantes. Pris ensemble, ces résultats aideront au développement de traitements plus individualisés pour les patients atteints de COVID-19 afin de réduire à terme la gravité de la maladie.

Limites

L’étude actuelle a utilisé une cohorte réelle qui comptait un petit nombre de patients COVID-19 avec des comorbidités rares. Une deuxième limite était que les effets des comorbidités pouvaient être biaisés, car la plupart des patients avaient de multiples comorbidités. D’autres facteurs, comme le sexe. n’a pas pu être exclu en raison de la conception rétrospective de l’étude.

Référence du magazine :
  • Kreutmair, S., Kauffmann, M., Unger, S., et coll. (2022). Les comorbidités préexistantes façonnent la réponse immunitaire associée au COVID-19 sévère. Journal d’allergie et d’immunologie clinique. doi:10.1016/j.jaci.2022.05.019.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *