Neha Mathur

Amélioration des résultats du COVID-19 pour les patients ADRS via l’onde Omicron

Dans une étude récente publiée dans le medRxiv*serveur de préimpression, les chercheurs ont étudié l’incidence et la gravité de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) chez les patients atteints de maladies rhumatismales auto-immunes systémiques (SRAS) dans le Massachusetts, aux États-Unis (États-Unis), entre le 1er mars 2020 et le 31 janvier 2022.

Étude : Tendances temporelles des résultats du COVID-19 chez les patients atteints de maladies rhumatismales auto-immunes systémiques : de la première vague à Omicron.  Crédit d'image : Adao/ShutterstockÉtude : Tendances temporelles des résultats du COVID-19 chez les patients atteints de maladies rhumatismales auto-immunes systémiques : de la première vague à Omicron. Crédit d’image : Adao/Shutterstock

Arrière plan

Certaines personnes atteintes de SARD courent un risque élevé d’évoluer vers une forme grave de COVID-19, entraînant une hospitalisation et un décès ultérieurs. Les patients atteints de SARD souffrent de conditions médicales sous-jacentes, y compris une immunité supprimée et des lésions des organes cibles qui contribuent à une altération des réponses immunitaires à l’infection et à la vaccination par le coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère naturel 2 (SARS-CoV-2).

Des études antérieures ont examiné les tendances temporelles des résultats du COVID-19 chez les patients atteints de SDRA avant l’onde Omicron. Par exemple, une étude suédoise a montré que les patients atteints de maladies articulaires inflammatoires avaient de moins bons résultats cliniques du COVID-19 que la population générale au début de la pandémie.

Cependant, les auteurs ont émis l’hypothèse que la vaccination, les tests et le traitement du COVID-19 pourraient avoir contribué à améliorer les résultats temporaires du COVID-19 chez les personnes atteintes de SDRA au cours de la dernière vague d’Omicron aux États-Unis. amélioré ces dernières périodes pour les patients atteints de SDRA.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont calculé le nombre hebdomadaire de cas totaux de COVID-19, y compris les cas graves, pour comparer par période calendaire et statut vaccinal sur cinq périodes allant de la première vague d’infection à la prochaine vague d’Omicron. Ils ont utilisé la régression logistique pour estimer l’odds ratio (OR) du COVID-19 sévère pour chaque période par rapport à la période de référence précédente.

Lire aussi  Les médecins de l'UT Southwestern décrivent les risques de grossesse chez les femmes atteintes de maladies rhumatismales

Les chercheurs ont également exploré d’autres tendances notables parmi les patients SARD pendant la pandémie en cours. Mais plus important encore, ils ont évalué si chaque cas de décès parmi les patients SARD était dû à une immunosuppression sous-jacente ou à d’autres comorbidités.

Résultats de l’étude

Les auteurs ont recensé 1449 patients avec SARD qui ont eu COVID-19, dont 399 cas étaient graves. L’âge moyen des patients était de 58,4 ans, 75,2 % étaient des femmes et 33,9 % souffraient également de polyarthrite rhumatoïde. Au fil du temps, la proportion de résultats graves liés à la COVID-19 a diminué. Les OR ajustés pour le COVID-19 sévère dans l’onde Omicron étaient de 0,29 ; cependant, le nombre absolu de cas graves de COVID-19 pendant le pic de la vague variante d’Omicron était similaire aux pics des autres vagues.

Par conséquent, 45,6 % des cas étaient graves entre le 1er mars et le 30 juin 2020, mais seulement 14,7 % étaient graves entre le 17 décembre 2021 et le 31 janvier 2022. La gravité des cas était plus élevée chez les patients non vaccinés atteints de SDRA que chez les patients non vaccinés (78,4) . % contre 59,5 %). Notamment, certains patients atteints de SARD ont été hospitalisés ou sont décédés au cours de la vague Omicron. Ces patients avaient tendance à avoir d’autres comorbidités (p. ex., pneumopathie interstitielle, tumeurs malignes). Ces résultats mettent en évidence la nécessité de stratégies continues d’atténuation des risques pour de nombreux patients atteints de SARD qui peuvent être liés à la SARD ou à son traitement.

Lire aussi  Une étude décrit la voie biochimique qui conduit à l'inflammation caractéristique des maladies auto-immunes

En ce qui concerne les autres tendances temporelles, les auteurs ont noté une diminution de la proportion de patients SARD atteints de COVID-19 qui se sont identifiés comme noirs ou hispaniques. L’âge des patients a également diminué au cours de la période d’étude. Plusieurs facteurs, notamment les changements dans l’accès aux diagnostics et aux traitements, et à la vaccination, pourraient avoir contribué à ces tendances. L’évolution des diagnostics, par exemple le diagnostic des infections à l’aide de tests antigéniques rapides à domicile, rendra de plus en plus fastidieuse la détection des infections bénignes par le SRAS-CoV-2 pour les études épidémiologiques chez les patients atteints de SARD. Plus important encore, l’exploitation des données des dossiers de santé électroniques continuera d’être importante pour saisir ces tendances chez ces patients dans les études futures.

conclusion

L’étude a démontré une forte baisse des cas graves de COVID-19 chez les patients SARD du début de la pandémie aux périodes récentes, y compris la vague Omicron. Ces améliorations temporaires des résultats cliniques indésirables de la COVID-19 étaient probablement multifactorielles. Les progrès des stratégies de dépistage, de prévention et de traitement de la COVID-19 ont probablement amélioré les résultats cliniques indésirables chez les patients atteints de SARD. De plus, l’amélioration de la capacité hospitalière, la diminution du nombre de personnes vulnérables et la diminution de la virulence des variantes du SRAS-CoV-2 ont encore amélioré les résultats temporels chez les patients SARD.

Fait intéressant, bien que la vaccination ait bénéficié à de nombreux patients atteints de SARD avec des immunosuppresseurs, ils sont probablement encore vulnérables au COVID-19 sévère. Les futures études devraient étendre les observations de la présente étude aux futurs variants du SRAS-CoV-2 et envisager une diminution de l’immunité chez les patients atteints de SARD après une vaccination ou une infection naturelle. La prophylaxie pré-exposition avec le tixagevimab/cilgavimab, un anticorps monoclonal contre le SRAS-CoV-2, représente une stratégie importante pour protéger les patients à haut risque. Par conséquent, les études futures devraient également évaluer l’efficacité réelle du tixagevimab/cilgavimab chez les patients atteints de SARD.

Lire aussi  Des chercheurs identifient une protéine qui joue un rôle essentiel dans les dommages causés par la polyarthrite rhumatoïde

*Nouvelles importantes

medRxiv publie des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et ne doivent donc pas être considérés comme concluants, guider la pratique clinique/les comportements liés à la santé, ou être traités comme des informations établies.

Référence magazine :
  • Tendances temporelles des résultats de la COVID-19 chez les patients atteints de maladies rhumatismales auto-immunes systémiques : de la première vague à Omicron, Yumeko Kawano, Naomi J. Patel, Xiaosong Wang, Claire E. Cook, Kathleen MM Vanni, Emily N. Kowalski, Emily P. Banasiak, Grace Qian, Michael DiIorio, Tiffany Y.-T. Hsu, Michael E. Weinblatt, Derrick J. Todd, Zachary S. Wallace, Jeffrey A. Sparks, medRxiv 2022 Preprint, DOI : https://doi.org/10.1101/2022.06.19.22276599,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *