1 nouvelle maman sur 10 a reçu un diagnostic d’hypertension artérielle dans l’année suivant l’accouchement

Dans une analyse de plus de 2 400 femmes, environ 1 femme sur 10 sans antécédents de problèmes de tension artérielle a reçu un diagnostic d’hypertension artérielle dans l’année suivant l’accouchement, selon un article de recherche publié aujourd’hui dans Hypertension, un journal de l’American Heart Association. Près d’un quart des femmes ont été diagnostiquées plus de six semaines après l’accouchement, période au cours de laquelle de nombreuses femmes ont cessé de recevoir des soins de suivi.

Les résultats de notre étude ont des implications pour les soins post-partum, en particulier chez les femmes sans antécédents d’hypertension artérielle. Nous avons été surpris par le nombre de cas capturés plus de six semaines après l’accouchement, une période qui ne fait pas partie du suivi post-partum de routine. Un suivi pendant cette période pourrait atténuer les complications cardiovasculaires graves du post-partum et à long terme. »

Samantha Parker, Ph.D., auteur principal de l’étude, professeur adjoint d’épidémiologie, Boston University School of Public Health

L’hypertension artérielle après l’accouchement, appelée hypertension post-partum, est généralement découverte dans les six semaines suivant l’accouchement, soit immédiatement après l’accouchement, soit lors de la dernière visite à la clinique post-partum d’une femme 4 à 6 semaines après l’accouchement . Les données sont limitées dans le temps au-delà de 6 semaines, car la plupart des études se sont appuyées sur des mesures de la pression artérielle pendant le travail ou l’hospitalisation, y compris uniquement les premiers jours post-partum et ne capturant que les cas les plus graves.

Dans les cas graves, l’hypertension post-partum est associée à des complications potentiellement mortelles, notamment un accident vasculaire cérébral, une insuffisance cardiaque, une insuffisance rénale, etc. Et s’il est bien établi que les femmes souffrant d’hypertension avant ou pendant la grossesse sont à risque de maladie cardiovasculaire plus tard dans la vie, très peu d’études ont évalué le risque cardiovasculaire des femmes qui développent pour la première fois une hypertension ou une nouvelle apparition. l’hypertension, après l’accouchement.

Lire aussi  Une étude révèle les effets nocifs des polluants atmosphériques courants sur les femmes enceintes et leurs enfants à naître

« En savoir plus sur l’hypertension artérielle au-delà de 6 semaines après l’accouchement peut aider à comprendre les disparités raciales alarmantes en matière de santé maternelle », a déclaré Parker. « Des recherches antérieures ont montré que le développement de l’hypertension après l’accouchement peut être jusqu’à 2,5 fois plus fréquent chez les femmes noires non hispaniques que chez les femmes blanches. »

L’étude visait à estimer la fréquence de l’hypertension post-partum d’apparition récente au sein d’une population racialement diversifiée. Les chercheurs ont également voulu déterminer les facteurs qui aident les professionnels de la santé à identifier les patientes enceintes à risque. Les chercheurs ont évalué les dossiers médicaux de 8 374 accouchements avec une durée de grossesse d’au moins 20 semaines entre 2016 et 2018 au Boston Medical Center, un grand hôpital urbain central à filet de sécurité à Boston. Les hôpitaux du filet de sécurité ont tendance à avoir un pourcentage plus élevé de patients à faible revenu familial et sont plus susceptibles de ne pas être assurés ou de dépendre de Medicaid pour la couverture des soins de santé.

Les chercheurs ont évalué le risque d’hypertension artérielle parmi les 2 465 femmes du groupe qui n’avaient ni antécédents d’hypertension artérielle liée à la grossesse ni antécédents d’hypertension artérielle chronique. Les participantes étaient âgées de 18 ans ou plus, 54% identifiées comme noires non hispaniques, 18% identifiées comme hispaniques ou latinos, et toutes avaient reçu des soins prénatals et accouché dans le même hôpital. Les caractéristiques démographiques et reproductives des dossiers médicaux ont été examinées, ainsi que le poids et les conditions préexistantes telles que le diabète de type 2 ou gestationnel.

Pour l’étude, l’hypertension artérielle post-partum d’apparition récente a été définie comme une pression artérielle systolique (le chiffre supérieur d’une mesure de la pression artérielle) de 140 mm Hg ou plus et/ou une pression artérielle diastolique (le chiffre inférieur) de 90 mm Hg. ou plus haut . L’hypertension sévère était définie comme une pression artérielle systolique de 160 mm Hg ou plus et/ou une pression artérielle diastolique de 110 mm Hg ou plus. Des mesures de tension artérielle ont été prises au moins 48 heures après l’accouchement et des mesures supplémentaires de tension artérielle ont été obtenues à partir des dossiers hospitaliers au cours de la première année après l’accouchement. La plupart des patientes (91 %) ont eu au moins une visite à la clinique post-partum où la tension artérielle a été mesurée.

L’analyse a examiné les facteurs de risque individuellement et en combinaison, ainsi que le moment du diagnostic d’hypertension. L’analyse des données a révélé :

  • 298 femmes (12,1%) sans antécédent d’hypertension artérielle ont développé une hypertension dans l’année suivant l’accouchement.
  • La plupart des diagnostics d’hypertension artérielle post-partum sont survenus peu de temps après l’accouchement, mais 22 % des cas ont été diagnostiqués plus de six semaines après l’accouchement.
  • Les facteurs de risque d’hypertension post-partum d’apparition récente incluaient les femmes de 35 ans ou plus, ayant subi une césarienne ou fumant ou ayant fumé des cigarettes.
  • Les femmes présentant les trois facteurs de risque avaient un risque de 29% de développer une nouvelle hypertension artérielle post-partum, et le risque est passé à 36% chez les femmes qui se sont également identifiées comme noires non hispaniques.

L’étude note que la détermination des meilleures pratiques de soins pour une population diversifiée sur le plan racial et ethnique nécessite d’abord une approche systématique pour identifier les femmes souffrant d’hypertension post-partum d’apparition récente.

Lire aussi  L'étude de Rutgers révèle des inégalités substantielles dans l'accès aux soins spécialisés contre l'épilepsie dans le New Jersey

Les chercheurs ajoutent que les recherches futures devraient viser à comprendre les effets indésirables associés à l’hypertension post-partum, tels que les réadmissions à l’hôpital, les complications ultérieures de la grossesse et les maladies cardiovasculaires. « En outre, la compréhension de la relation entre la grossesse et l’hypertension est particulièrement importante pour lutter contre les disparités en matière de maladies cardiovasculaires maternelles et de décès chez les personnes de couleur », a déclaré le Dr Parker.

Les limites de l’étude incluent qu’il s’agissait d’une étude monocentrique et que les résultats ne sont pas nécessairement généralisables à d’autres régions ou aux femmes enceintes de moins de 18 ans. De plus, les données provenaient des dossiers médicaux électroniques standard des visites au bureau, ce qui signifie qu’il n’y avait pas de protocole pour la collecte proactive des mesures de la pression artérielle à des fins d’analyse ; pour cette raison, des facteurs tels que l’incohérence dans le temps et la fréquence des mesures peuvent avoir entraîné une variabilité dans l’analyse. De plus, les mesures de la tension artérielle à la clinique peuvent ne pas refléter la « vraie » tension artérielle moyenne : certaines personnes présentent des mesures de tension artérielle beaucoup plus élevées ou plus basses lors des visites au cabinet qui peuvent ne pas refléter leur tension artérielle dans des conditions normales.

Les co-auteurs sont Ayodele Ajayi, MBBS, MPH ; et Christina Yarrington, MD Les déclarations des auteurs sont répertoriées dans le manuscrit.

Le financement de l’étude a été assuré par le prix pilote Early Career Catalyst de la Boston University School of Public Health et par une subvention du National Heart, Lung, and Blood Institute, une division des National Institutes of Health.

Police de caractère:

American Heart Association

Référence magazine :

Parker, SE. et coll. (2022) Hypertension post-partum de novo : incidence et facteurs de risque dans un hôpital doté d’un filet de sécurité. Hypertension. doi.org/10.1161/HIPERTENSIONAHA.122.19275.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *