Dr Priyom Bose, Ph.D.

Besoin de plus de recherche sur la façon dont les interventions sur le mode de vie pourraient aider les populations enceintes à haut risque

La prévalence de l’hypertension chronique (CH) et du diabète sucré de type 1 (DM) ou de type 2 (DM2) a considérablement augmenté dans la population enceinte au cours des dernières décennies. Il convient de noter que le pourcentage de son apparition n’a cessé d’augmenter en raison de l’augmentation des taux d’obésité et des progrès de l’âge maternel. L’obésité est un facteur de risque clé influençant l’HC ou le DM/T2DM.

Étude : Preuves d'interventions sur le mode de vie chez une population enceinte souffrant d'hypertension chronique et/ou de diabète préexistant : une revue systématique et une synthèse narrative.  Crédit d'image : Kzenon/ShutterstockÉtude : Preuves d’interventions sur le mode de vie chez une population enceinte souffrant d’hypertension chronique et/ou de diabète préexistant : une revue systématique et une synthèse narrative. Crédit d’image : Kzenon/Shutterstock

Bas

Par rapport à la population générale, les femmes atteintes d’HC chronique courent un risque accru de développer une prééclampsie superposée et de connaître des issues néonatales défavorables. Les femmes atteintes de diabète préexistant courent près de quatre fois plus de risques de mortinaissance et de complications obstétricales et néonatales que la population générale. Les femmes atteintes d’HC et/ou de diabète préexistant sont susceptibles de développer une maladie cardiovasculaire (MCV). Par conséquent, il est impératif de dépister ces groupes pendant la grossesse pour atténuer les risques à court et à long terme.

Le contrôle du poids est très efficace pour contrôler l’HC et le diabète. Bien que la perte de poids pendant la grossesse ne soit pas recommandée, il est essentiel d’éviter une prise de poids gestationnelle excessive (GWG) car elle augmente la possibilité d’issues défavorables de la grossesse. Il a été observé que les interventions sur le mode de vie améliorent la qualité de vie de la population hypertendue non enceinte. Par exemple, une diminution significative de la pression artérielle systolique a été constatée après la mise en place d’une alimentation saine.

Bien qu’il ait été établi que les femmes enceintes devraient essayer d’éviter l’hypertension artérielle, l’effet des interventions sur le mode de vie sur la tension artérielle chez les femmes enceintes atteintes de diabète préexistant ou d’HC n’est pas clair.

La grossesse est généralement perçue comme un «moment d’apprentissage» au cours duquel la plupart des femmes restent motivées à adopter des pratiques qui réduisent les risques associés aux résultats de la grossesse. Une méta-analyse portant sur 12 526 femmes a révélé qu’une alimentation adéquate et une activité physique réduisaient le GWG ; cependant, cette étude n’a pas été en mesure de fournir des preuves concluantes quant à savoir si ces interventions améliorent les résultats maternels et fœtaux. De plus, peu d’études sont disponibles sur l’effet des changements de poids sur les niveaux de tension artérielle chez les femmes enceintes.

Les scientifiques ont récemment examiné l’effet des interventions sur le mode de vie chez les femmes enceintes atteintes d’HC et/ou de DM et de DT2 préexistants. Les auteurs se sont également concentrés sur les preuves associées à l’impact des interventions sur le mode de vie sur la tension artérielle et le poids gestationnel dans ce groupe. Cette revue est disponible dans la revue Hypertension pendant la grossesse : une revue internationale sur la santé cardiovasculaire des femmes.

À propos de l’étude

Dans cette étude, les données d’essais contrôlés randomisés (ECR) associés à des femmes enceintes atteintes d’HC et/ou de DM/DM2 préexistant ont été obtenues auprès d’Embase, CINHAL, PsycINFO, Medline et Web of Science.

Lire aussi  Le surpeuplement des ménages s'est avéré être un facteur de risque majeur de rhumatisme articulaire aigu et d'angine streptococcique

Les études liées aux interventions sur le mode de vie pratiquées pendant la période prénatale ont été incluses dans cette étude. De plus, le mode d’alimentation, le poids gestationnel et l’activité physique des femmes enceintes atteintes de HC et/ou de DM et DM2 préexistants ont été analysés. Fait important, dans la mesure du possible, les résultats fœtaux, maternels et néonataux liés aux interventions sur le mode de vie ont été étudiés dans le groupe de discussion.

Résultats de l’étude

Un total de 1464 articles ont été examinés pour déterminer leur éligibilité à l’inclusion dans l’étude, dont sept étaient des ECR standard et deux ECR en grappes. Ces études ont été menées en Australie, au Royaume-Uni, au Brésil et dans neuf pays européens. Les neuf études sélectionnées comprenaient un total de 7 438 femmes enceintes diagnostiquées avec HC et/ou qui avaient un DM/DM2 préexistant.

Parmi les neuf études, huit présentaient un faible risque de biais et une présentait un risque incertain. La revue actuelle a révélé que la plupart des recherches se concentraient sur les interventions visant à soutenir le changement de mode de vie pendant la grossesse. Cependant, aucune des études n’a évalué son effet chez les femmes enceintes atteintes d’HC. Dans une étude portant sur des femmes atteintes de diabète préexistant, leur cohorte comprenait une population mixte, c’est-à-dire des femmes enceintes et non enceintes atteintes de la maladie. Par conséquent, cela manquait d’informations axées uniquement sur les femmes enceintes.

Fait intéressant, nous avons constaté que la plupart des essais excluaient les femmes enceintes souffrant de maladies chroniques. Cependant, certains essais qui incluent ce groupe ne parviennent pas à effectuer une analyse de sous-groupe. Bien que des données sur le changement de poids gestationnel aient été facilement trouvées, une fréquence similaire de données sur les changements de pression artérielle n’a pas été trouvée pour ce groupe.

Lire aussi  Le deuil lié à un risque accru de décès chez les patients souffrant d'insuffisance cardiaque

conclusions

Les auteurs déclarent que cette étude est la première à examiner systématiquement l’effet des interventions sur le mode de vie dans la population enceinte atteinte d’HC ou de diabète préexistant. Les auteurs ont identifié avec succès les lacunes existantes en matière de recherche, que les chercheurs devraient prendre en compte à l’avenir. Une autre force de cet examen est sa méthodologie, qui comprenait une double sélection et une extraction de données basée sur des discussions sur les écarts afin d’améliorer la fiabilité.

En raison de données insuffisantes sur les critères d’éligibilité dans de nombreuses études, les auteurs ont formulé plusieurs hypothèses. Par exemple, il était souvent difficile pour les auteurs de savoir si une femme enceinte particulière atteinte de diabète préexistant avait également une HC.

L’étude actuelle a aidé à recueillir des informations et à élaborer une ligne directrice qui pourrait servir de base à de futures recherches. Cependant, cette revue a indiqué un manque de clarté et de données sur l’impact des interventions sur le mode de vie chez les femmes enceintes atteintes d’HC ou de DM/DM2 préexistantes.

Référence magazine :
  • Goddard, L. et al. (2023) Preuves des interventions sur le mode de vie dans une population enceinte souffrant d’hypertension chronique et/ou de diabète préexistant : une revue systématique et une synthèse narrative. Hypertension pendant la grossesse : une revue internationale sur la santé cardiovasculaire des femmes. 32, p. 60–72,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *