Une nouvelle méthode permet une détection précoce des troubles cognitifs

Intégration de la musique à l’analyse de l’activité électrique cérébrale. Des tests musicaux peuvent détecter le déclin mental chez les personnes âgées Des chercheurs de l’Université de Tel Aviv ont développé une méthode qui utilise des tests musicaux et un instrument portable pour mesurer l’activité cérébrale et détecter le déclin cognitif chez les personnes âgées. Selon les chercheurs, la méthode, basée sur la mesure de 15 minutes d’activité électrique dans le cerveau lors de l’exécution de tâches musicales simples, peut être facilement mise en œuvre par n’importe quel membre du personnel de n’importe quelle clinique, sans nécessiter de formation particulière.

Les chercheurs : « Notre méthode permet une surveillance de routine et une détection précoce des troubles cognitifs pour fournir un traitement et prévenir une détérioration rapide et sévère. Les tests prophylactiques de ce type sont couramment acceptés pour une variété de problèmes physiologiques tels que le diabète, l’hypertension artérielle. ou le cancer du sein ; cependant, aucune méthode n’a été développée à ce jour qui permette une surveillance systématique et accessible du cerveau pour les problèmes cognitifs. » Les chercheurs notent en outre que les tests de ce type sont particulièrement importants compte tenu de la longévité croissante et de la croissance associée de la population âgée.

L’étude a été menée à l’Université de Tel Aviv par la doctorante Neta Maimon de la Buchmann-Mehta School of Psychological Sciences and School of Music, et Lior Molcho de Neurosteer Ltd, dirigée par le professeur Nathan Intrator de la School of Blavatnik Computer Science and the Sagol École des neurosciences. Parmi les autres participants figuraient : Adi Sasson, Sarit Rabinowitz et Noa Regev-Plotnick du Dorot-Netanya Geriatric Medical Center. L’article a été publié dans le magazine Frontières des neurosciences du vieillissement.

Dans le cadre de l’étude, les chercheurs ont développé une méthode innovante qui combine un appareil portable de mesure et d’analyse d’électroencéphalographie (EEG) innovant, développé par Neurosteer, et un court test musical d’environ 12 à 15 minutes, développé par Neta Maimon. Pendant le test, le sujet est connecté à l’appareil EEG portable au moyen d’une bande adhésive avec seulement trois électrodes fixées au front. Le sujet exécute une série de tâches cognitivo-musicales selon des instructions sonores données automatiquement au casque. Les tâches comprennent de courtes mélodies jouées par différents instruments, les sujets étant chargés d’effectuer diverses tâches sur eux à différents niveaux de difficulté. Par exemple, appuyer sur un bouton à chaque fois qu’une mélodie est jouée ou appuyer dessus uniquement lorsque le violon joue. De plus, le test comprend plusieurs minutes de méditation musicalement guidée conçue pour amener le cerveau à un état de repos, car cet état est connu pour indiquer le fonctionnement du cerveau dans diverses situations.

Lire aussi  L'exposition à la lumière la nuit est liée à l'obésité, à l'hypertension et au diabète chez les personnes âgées

Neta Maimon, spécialiste de la cognition musicale, explique que la musique a une grande influence sur différents centres du cerveau. D’une part, la musique est connue pour stimuler rapidement l’humeur, en particulier les émotions positives. D’un autre côté, dans différentes situations, la musique peut être un défi cognitif, activant les parties avant du cerveau, surtout si nous essayons de nous concentrer sur différents aspects de la musique tout en effectuant une tâche particulière.

Selon Maimon, si nous combinons ces deux capacités, nous pouvons créer des tests cognitifs assez complexes, mais aussi agréables et faciles à réaliser. De plus, une musique positive et raisonnablement rythmée améliorera la concentration et l’exécution des tâches. Ainsi, par exemple, le fameux « effet Mozart », qui montre de meilleures performances aux tests d’intelligence après avoir écouté la musique de Mozart, n’a en réalité rien à voir avec la musique de Mozart, mais avec le fait que la Musique crée une humeur positive et nous stimule à un état optimal pour tester l’intelligence et la créativité.

Par conséquent, les chercheurs ont émis l’hypothèse qu’avec les outils musicaux, il pourrait également être possible de défier les sujets au point de leur permettre d’évaluer l’activité cérébrale frontale et de remonter le moral, améliorant ainsi leurs performances au test alors que l’expérience globale est réduite. .

Lire aussi  L'apport alimentaire en phosphore est en corrélation avec la santé et la physiologie

L’étude comprenait une expérience au centre médical gériatrique Dorot-Netanya. Neta Maimon : « Toute personne hospitalisée au Dorot, ou dans tout autre établissement de rééducation gériatrique, subit un test standard appelé « mini-mental », destiné à évaluer son état cognitif dans le cadre du processus d’admission de routine. Le test est effectué par un ergothérapeute spécialement formé, et comprend une variété de tâches. Par exemple, énumérer les jours de la semaine ou les mois de l’année à l’envers. Jusqu’à 30 points peuvent être accumulés à ce test. Un score élevé indique une cognition normale .

L’expérience a consisté à tester 50 personnes âgées hospitalisées à Dorot qui ont obtenu un score de 18 à 30 au mini-test mental, indiquant différents niveaux de fonctionnement cognitif. Les participants ont effectué les tâches cognitivo-musicales, administrées automatiquement. L’appareil EEG a enregistré l’activité électrique dans le cerveau pendant l’activité, et les résultats ont été analysés à l’aide de la technologie d’apprentissage automatique. Cela a permis d’identifier des indices mathématiques qui étaient précisément corrélés avec les résultats des mini-tests mentaux ; en d’autres termes, nous avons obtenu de nouveaux neuromarqueurs (marqueurs cérébraux) qui peuvent fonctionner comme des indices de l’état cognitif du sujet.

En fait, nous avons réussi à illustrer que la musique est, en fait, un outil efficace pour mesurer l’activité cérébrale. L’activité cérébrale et les temps de réponse aux tâches étaient corrélés aux conditions cérébrales des sujets (corrélés au score mini-mental attribué). Plus important encore, tous ceux qui ont subi l’expérience ont rapporté que, d’une part, cela mettait le cerveau à l’épreuve, mais d’autre part, c’était très agréable à réaliser. »

Neta Maimon, Faculté des sciences psychologiques, Université de Tel Aviv

Les chercheurs concluent : « Notre méthode permet le suivi des capacités cognitives et la détection des troubles cognitifs dès les premiers stades. Le tout par des moyens simples et accessibles, avec un test rapide et facile qui peut être effectué dans n’importe quelle clinique. Cette méthode est de une importance particulière aujourd’hui en raison de la longévité croissante et de la croissance rapide de la population, en particulier chez les personnes âgées Aujourd’hui, des millions de personnes dans le monde souffrent déjà ou pourraient bientôt souffrir du déclin cognitif et de ses conséquences désastreuses, et leur nombre ne fera qu’augmenter à l’avenir.notre méthode pourrait ouvrir la voie à un suivi cognitif efficace de la population générale, et ainsi détecter les troubles cognitifs à leurs débuts, lorsque le traitement et la prévention des sévère déclin est possible. Par conséquent, on s’attend à ce qu’il améliore la qualité de vie de millions de personnes dans le monde. »

Lire aussi  L'inuline de fibres prébiotiques offre un effet protecteur contre les dommages causés par une alimentation riche en sel

Keren Primor Cohen, PDG, Ramot chez TAU : « Nous sommes ravis qu’une entreprise basée sur une technologie développée chez TAU poursuive sa collaboration dans la recherche créative et multidisciplinaire.
Ramot continuera à promouvoir et à investir dans de nouvelles technologies, ainsi qu’à aider les chercheurs de TAU à maximiser le potentiel de leurs recherches. »

Police de caractère:

Université de Tel-Aviv

Référence du magazine :

Molcho, L. et autres. (2022).Les caractéristiques de l’EEG monocanal révèlent une association avec le déclin cognitif chez les personnes âgées subissant une évaluation cognitive auditive. Frontières des neurosciences du vieillissement. doi.org/10.3389/fnagi.2022.773692.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *