Pooja Toshniwal Paharia

Une évaluation de l’effet de la supplémentation maternelle en vitamine B12 sur la croissance et le développement neurologique du nourrisson après l’accouchement

Dans une étude récente publiée dans la lancetteles chercheurs ont évalué les effets de la supplémentation maternelle en vitamine B12 (cyanocobalamine) sur le développement neurologique et la croissance des nourrissons nés au Népal.

Étude : L'effet de la supplémentation en vitamine B12 pendant la grossesse sur la croissance et le développement du nourrisson au Népal : un essai communautaire, randomisé, en double aveugle et contrôlé par placebo.  Crédit d'image : NatchaS/Shutterstock.comÉtude: L’effet de la supplémentation en vitamine B12 pendant la grossesse sur la croissance et le développement du nourrisson au Népal : un essai communautaire, randomisé, en double aveugle et contrôlé par placebo. Crédit d’image : NatchaS/Shutterstock.com

Arrière-plan

Les enfants nés dans des pays à revenu faible ou intermédiaire peuvent ne pas atteindre une croissance et un développement neurologique complets en raison de la prévalence de taux faibles ou marginaux de cyanocobalamine dans le sang.

La cyanocobalamine est essentielle pour divers processus physiologiques du corps humain, en particulier les fonctions neurologiques.

La cyanocobalamine est particulièrement essentielle pendant la gestation et la petite enfance pour améliorer les résultats de la grossesse et améliorer la croissance et le développement neurologique des bébés.

L’évaluation des résultats neurologiques chez les nourrissons après l’administration de cyanocobalamine aux mères pendant la grossesse pourrait éclairer la prise de décision et l’élaboration des politiques concernant les soins prénatals.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont cherché à savoir si la supplémentation en vitamine B12 des mères depuis le début de la période de gestation jusqu’à six mois après l’accouchement pouvait améliorer les résultats neurodéveloppementaux chez les nouveau-nés au Népal.

L’essai clinique à double insu, communautaire et contrôlé par placebo a inclus 800 femmes enceintes, âgées de 20,0 à 40,0 ans, qui avaient terminé un maximum de 15,0 semaines de gestation.

Lire aussi  Les grossesses après transfert d'embryons congelés présentent un risque accru de troubles hypertensifs

Les participants ont été randomisés selon un rapport 1:1 (1:1) pour recevoir de la cyanocobalamine orale 50,0 μg par jour (groupe d’intervention, n = 400) ou un placebo (groupe placebo, n = 400) jusqu’à six mois après l’accouchement.

Les participants ont été recrutés dans les services de visites à domicile et de soins ambulatoires de trois hôpitaux au Népal entre le 28 mars 2017 et le 15 octobre 2020. Les scientifiques ont généré la liste d’attribution de manière indépendante, reliant le personnel des participants aux numéros d’identification.

Les participants et les enquêteurs ont été aveuglés à l’intervention et les participants ont été suivis jusqu’au 18 mai 2022. Des échantillons de sérum ont été obtenus des participants pour mesurer les niveaux de vitamine B12, exprimés en pmol/L.

Les principaux critères de jugement de l’étude étaient la croissance linéaire, évaluée à l’aide des scores Z de longueur pour l’âge (LAZ) à l’âge de 12 ans, et le développement neurologique, évalué à l’aide du composite Bayley Scales of Infant and Toddler Development, Third Edition ( Bayley-III). scores cognitifs à six mois et un an.

Les critères de jugement secondaires comprenaient les mortinaissances, les décès de nourrissons et les événements indésirables (EI). L’équipe a évalué les résultats de l’étude parmi la population échantillonnée en intention de traiter (ITT).

Lire aussi  Le vaccin COVID-19 peut provoquer des troubles menstruels temporaires chez les adolescentes

Les mortinaissances, les fausses couches, les naissances de bébés perdus de vue et ceux nés de mères qui ont choisi d’arrêter ont été exclus de l’analyse. De plus, les personnes ont été exclues de l’analyse des résultats à l’âge de six mois en raison de la naissance de bébés en dehors de la fenêtre sérologique ou si leurs mères n’étaient pas disposées à voyager en raison de la pandémie de COVID-19.

Résultats

Au départ, 569 femmes (71,0 %) avaient des taux sérologiques de vitamine B12 inférieurs à 221,0 pmol/L, indiquant un statut marginal ou faible en vitamine B12.

Dans le groupe d’intervention, sur 400 femmes, 23 ont été perdues de vue, trois femmes ont refusé de continuer, 19 femmes ont fait une fausse couche ou une interruption médicale de grossesse et 377 naissances vivantes ont été signalées.

Dans le groupe placebo de 400 femmes, 17 femmes ont été perdues de vue, une femme a refusé de continuer, huit femmes ont fait une fausse couche ou ont vu leur grossesse interrompue médicalement et 383 naissances vivantes ont été signalées.

Dans les deux groupes, 47 participantes (6,0 %) ont été perdues de vue, principalement en raison d’une fausse couche ou d’une interruption médicale de grossesse. Des décès de nourrissons ou des mortinaissances ont été observés chez trois (1,0 %) et neuf (2,0 %) femmes dans les groupes d’intervention et placebo, respectivement.

La supplémentation en vitamine B12 n’a pas eu d’incidence significative sur les principaux résultats de l’étude, malgré des améliorations considérables des taux sérologiques de vitamine B12 chez les mères.

Lire aussi  Une étude de cas montre comment le COVID-19 a rompu le placenta et causé des lésions cérébrales chez le bébé

Les scores Z moyens de taille pour l’âge à un an étaient de -0,570 et -0,550 pour les groupes d’intervention (366 nouveau-nés) et placebo (363 nouveau-nés), respectivement, avec une différence de 0,020 dans la moyenne.

Les scores moyens de Bayley-III étaient légèrement plus élevés chez les participants traités à la vitamine B12 (97,70, 364 nourrissons) que chez les participants traités au placebo (97,10, 361 nourrissons), avec une différence de 0,50 dans la moitié.

conclusion

Dans l’ensemble, les résultats de l’étude ont montré que malgré une carence en vitamine B12 chez les femmes enceintes au Népal et une amélioration considérable des taux sérologiques de vitamine B12 après l’administration de vitamine B12 aux mères entre le début de la grossesse et six mois après l’accouchement, la supplémentation en vitamine B12 (50,0 μg de vitamine B12 par jour) n’améliorent pas de manière significative la croissance et le développement néonatals.

Les résultats de l’étude appuient les directives existantes sur la grossesse prénatale publiées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) selon lesquelles les mères ne sont pas régulièrement supplémentées en vitamine B12 pendant la période de gestation.

Référence magazine :
  • Ram K., et al., (2023)., « L’effet de la supplémentation en vitamine B12 pendant la grossesse sur la croissance et le développement du nourrisson au Népal : un essai communautaire, randomisé, en double aveugle et contrôlé par placebo ». la lancette, faire: 10.1016/S0140-6736(23)00346-X.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *