Dr Priyom Bose, Ph.D.

Une étude suggère que le personnel de santé présente un faible risque de développer la variole du singe lorsqu’il est exposé à des patients infectés

Récemment, le Département de la santé publique et de l’environnement du Colorado (CDPHE) a déterminé comment le personnel de santé (HCP) est affecté lorsqu’il est exposé au virus monkeypox et a publié ses conclusions dans le Rapport hebdomadaire sur la morbidité et la mortalité. Ils ont également déterminé l’efficacité de l’équipement de protection individuelle (EPI) pour protéger les professionnels de la santé contre l’infection tout en prodiguant des soins aux patients suspectés d’avoir l’infection. Orthopoxvirus infection ou monkeypox.

Étude : exposition du personnel de santé à des patients confirmés ultérieurement en laboratoire, Colorado, 2022. Crédit d'image : cryptographe/Shutterstock
Étude : exposition du personnel de santé à des patients confirmés ultérieurement en laboratoire, Colorado, 2022. Crédit d’image : cryptographe/Shutterstock

Arrière plan

Le monkeypox se transmet généralement par contact physique avec des fluides corporels, des lésions ou des croûtes, ou des sécrétions respiratoires d’une personne infectée. Comme recommandé par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), les professionnels de la santé doivent porter des lunettes de protection, une blouse, des gants et un respirateur N95 ou supérieur lors du traitement des patients suspectés ou confirmés d’infection par le VHC.

Il est important d’évaluer le risque de transmission du monkeypox aux professionnels de la santé directement impliqués dans la prise en charge des patients symptomatiques. Bien que les professionnels de la santé aient été supposés être à faible risque d’infection, ils n’ont pas été complètement évalués dans une perspective d’épidémie mondiale.

À propos de l’étude

Dans cette étude, le CDPHE a obtenu des données cliniques et non cliniques sur l’exposition des HCP pendant le traitement. Ils ont interrogé des patients atteints de monkeypox et évalué leurs dossiers médicaux pour déterminer si des lésions étaient présentes lorsque les professionnels de la santé ont été exposés aux patients.

Lire aussi  Un gène clé met en lumière la façon dont les gens développent une tolérance aux analgésiques au fil du temps

Le type d’interaction avec les patients, le type d’EPI utilisé et le temps passé avec les patients ont été analysés. Les professionnels de la santé considérés comme présentant un risque d’exposition élevé ou intermédiaire se sont vu proposer le vaccin JYNNEOS PEP et ont été maintenus sous contrôle pendant vingt et un jours.

Les professionnels de la santé classés dans le groupe d’exposition à faible risque ont été invités à surveiller eux-mêmes les symptômes de l’infection par le virus monkeypox pendant vingt et un jours. Tous les participants ont été invités à informer CDPHE immédiatement s’ils développaient des symptômes.

Résultats de l’étude

Au total, 313 professionnels de la santé ont interagi avec 55 patients diagnostiqués avec une infection au monkeypox entre le 1er mai 2022 et le 31 juillet 2022. Les professionnels de la santé ont été classés comme exposés à haut risque, à risque intermédiaire et à risque faible ou incertain. Au total, 20 candidats ont été désignés pour des expositions à risque élevé, 67 pour des risques intermédiaires et 226 pour des expositions à risque faible ou incertain.

Bien que tous les professionnels de la santé aient utilisé différentes combinaisons d’EPI, seuls 23 % ont utilisé l’EPI recommandé pendant l’exposition. Vingt-huit pour cent de la cohorte de l’étude présentaient un risque élevé ou intermédiaire d’exposition au virus de la variole du singe. Il a été recommandé à ces personnes de recevoir une prophylaxie post-exposition (PPE) avec le vaccin JYNNEOS. Cependant, seuls 48 % de ce groupe ont reçu le vaccin.

Quatre-vingt-sept pour cent de la cohorte de l’étude ont été exposés à des patients présentant des lésions ou des éruptions cutanées liées au monkeypox. Parmi ceux-ci, 59 % étaient en contact direct avec la peau ou les lésions du patient. La plupart du temps, les professionnels de la santé portaient des gants ; cependant, dans certains cas, les gants n’ont pas été utilisés. Environ les deux tiers des rencontres avec des patients atteints de monkeypox ont duré entre cinq et trente minutes.

Lire aussi  Une nouvelle approche d'imagerie pourrait aider à accélérer le développement de nouveaux traitements pour les maladies oculaires

Trente-huit pour cent ont utilisé le respirateur N95 recommandé lors de l’interaction avec ou du traitement des patients atteints de monkeypox. Le degré d’utilisation des EPI par les professionnels de la santé dépendait de l’établissement spécifique. Par exemple, les professionnels de la santé associés aux cliniques d’infections sexuellement transmissibles (IST) et aux centres de santé communautaires étaient parmi ceux qui ont montré la plus grande adhésion à l’EPI recommandé. En revanche, ceux impliqués dans les établissements de soins primaires et d’urgence ont montré la plus faible observance.

Seuls 38 % des professionnels de la santé portaient des respirateurs N95, 64 % portaient des gants, 40 % portaient des blouses et 31 % portaient des lunettes de protection. Ces faibles pourcentages ont été attribués à un manque de connaissance des symptômes du patient avant de les rencontrer et à l’absence de directives sur l’EPI du monkeypox et d’autres informations pertinentes. Cette étude souligne l’importance de sensibiliser et de former les professionnels de santé afin qu’ils puissent prendre les mesures nécessaires pour se protéger de l’exposition.

Fait important, les auteurs ont noté qu’aucun professionnel de la santé n’a développé d’infection par le monkeypox vingt et un jours après l’exposition. Cette découverte est extrêmement importante car elle indique que les professionnels de la santé présentent un faible risque d’infection dans les établissements de santé.

Limites de l’étude

L’une des limites de cette étude est qu’elle s’appuie davantage sur les données des cliniques d’IST et de santé communautaire, qui pourraient ne pas représenter adéquatement les conditions au niveau national. En effet, ces cliniques reçoivent souvent des alertes concernant la visite de patients suspects de monkeypox. Par conséquent, les professionnels de la santé sont pour la plupart préparés pour ces patients. Une autre limite de l’étude est le manque de données sur la vaccination PEP. De plus, aucune donnée n’a pu être obtenue pour savoir si les patients atteints de monkeypox couvraient les lésions ou portaient des masques faciaux lorsqu’ils interagissaient avec des professionnels de la santé.

Lire aussi  Les adultes autistes ont une moins bonne santé et des soins médicaux de moins bonne qualité

conclusion

Le risque minimal de transmission du monkeypox des patients infectés aux professionnels de la santé a été documenté dans la présente étude. Les résultats sont conformes à d’autres études connexes menées aux États-Unis et dans d’autres pays. L’étude suggère également que le monkeypox d’origine professionnelle est hautement improbable si toutes les mesures de prévention et de contrôle recommandées sont suivies.

Référence du magazine :
  • Marshall KE, Barton M, Nichols J et al. (2022) Exposition du personnel de santé à des patients ultérieurs confirmés en laboratoire atteints de monkeypox : Colorado, 2022. Rapport hebdomadaire sur la morbidité et la mortalité. est ce que je:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *