Neha Mathur

Une étude indique que le régime de santé planétaire augmente les bactéries associées aux probiotiques dans le microbiome intestinal

Dans une étude récente publiée dans le nutriments Journal, les chercheurs ont analysé des données à l’échelle du génome à partir d’échantillons fécaux de volontaires sains suivant l’un des trois régimes alimentaires, végétarien/végétalien (VV), omnivore (OV) et santé planétaire (PH).

L’étude visait à étudier les changements dans la composition du microbiote intestinal associés à ces régimes sur une période de 12 semaines.

Étude : L'effet d'un régime de santé planétaire sur le microbiome intestinal humain : une analyse descriptive.  Crédit d'image : AnatomyImage/Shutterstock.comÉtude: L’effet d’un régime de santé planétaire sur le microbiome intestinal humain : une analyse descriptive. Crédit d’image : AnatomyImage/Shutterstock.com

Arrière-plan

La Commission EAT-Lancet, un conglomérat de 37 scientifiques de premier plan de 16 pays, a développé le régime PH en 2019.

Jusqu’à présent, les études n’ont pas évalué l’effet d’un régime PH sur le microbiome intestinal humain, qui est un déterminant clé de la santé humaine.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont divisé les participants en trois groupes, deux groupes témoins, qui ont suivi un régime VV ou OV pendant au moins un an, et le groupe d’intervention, qui a suivi le régime PH.

Les adeptes du régime PH ont commencé à utiliser des recettes et des instructions basées sur les directives de la commission EAT-Lancet lorsqu’ils sont passés d’un régime OV à un régime PH. Ils ont suivi toute divergence par rapport aux aliments recommandés tout au long de l’étude.

L’équipe a interrogé tous les participants sur ce qu’ils avaient mangé deux jours avant la collecte des selles et sur leur consommation d’alcool à tout moment pendant la durée de l’étude afin de réduire tout biais potentiel découlant de la consommation d’aliments différents peu avant la collecte d’échantillons.

Lire aussi  Composés phénoliques riches en antioxydants : une clé pour la prévention des maladies, la santé intestinale et l'homéostasie cérébrale

Ils ont prélevé des échantillons fécaux à quatre moments différents : au début de l’étude et après deux, quatre et 12 semaines. Ils ont extrait l’acide désoxyribonucléique (ADN) de ces échantillons pour le séquençage complet du métagénome.

De plus, ils ont utilisé la spectrométrie de masse (MS) à désorption/ionisation laser assistée par matrice (MALDI-TOF) pour analyser les bactéries extraites de ces échantillons et cultivées sur des plaques de gélose.

Résultats

La population de l’étude était composée de 41 adultes en bonne santé âgés de ≥ 18 ans qui ont volontairement accepté de participer à cette étude dans la région de la Sarre au sud-ouest de l’Allemagne entre janvier et avril 2022.

Sur 41 participants âgés de 16, 9 et 16 ans, ils suivaient respectivement un régime OV, VV et PH. En particulier, le groupe VV comptait plus de femmes (8/9), même si le sex-ratio variait significativement entre les trois groupes.

Les chercheurs ont noté une diversité α relativement stable pour tous les groupes de régimes au cours de la période d’étude de 12 semaines, bien qu’ils aient observé de légers changements chez certains participants à des moments différents.

L’abondance relative de bifidobactéries adolescentes augmenté de 3,79 % à 4,9 % après 12 semaines dans le groupe PH. En particulier, son abondance a augmenté davantage dans le groupe VV.

Lire aussi  Les points à considérer d'EULAR peuvent guider l'évaluation diagnostique, le traitement et le suivi des SAID

L’analyse d’abondance différentielle du groupe PH a également mis en évidence un pic minimal chez certaines espèces probiotiques, telles que Paraprévotella xylaniphila et Bacteroides clarus.

Le profil taxonomique a permis de visualiser les différences liées à la diversité α dans les trois groupes d’étude. Au niveau du sexe, les chercheurs ont noté que les personnes du groupe VV, immédiatement après l’inclusion, avaient deux à trois fois la quantité relative de Bifidobactéries, Prevotellaet gemmiger espèces dans leur intestin par rapport aux témoins des groupes OV et PH. L’abondance relative de Prévotelle était de 1,3 % dans le groupe OV.

Bien que non considéré comme significatif lors de l’analyse de l’abondance différentielle, dans les quatre semaines suivant le régime PH, bifidobactéries adolescentes et Coprococcus eutactus les espèces bactériennes ont doublé en abondance dans l’intestin.

Une étude antérieure a montré que la consommation d’inuline, un type de fibre alimentaire, augmente l’abondance de B. adolescent Cette bactérie décompose l’inuline en lactate et acétate, qui est ensuite utilisé par les bactéries synthétisant les acides gras à chaîne courte (AGCC), par exemple, entérocoque rectalpour produire du butyrate de SCFA.

Se concentrer sur les tailles d’effet des 10 % supérieurs a aidé les chercheurs à analyser l’abondance différentielle de certaines espèces potentiellement intéressantes entre les groupes OV et VV.

Par exemple, parmi les individus du groupe PH, ils ont observé une augmentation de trois, quatre et 18 fois Prevotella copri, Paraprevotella xylaniphilaet Bacteroides clarus espèces, respectivement.

Au contraire, le groupe PH a montré une abondance six fois plus faible que Firmicutes CAG 94 Bactéries, suggérant que le régime PH a déplacé des parties de la composition du microbiome vers un microbiome VV. Cette bactérie est une autre cible intéressante pour les recherches futures visant à développer de nouveaux probiotiques pouvant compléter une alimentation saine.

Lire aussi  Selon les experts, une approche intégrée des soins communautaires pourrait offrir une solution aux services de rhumatologie en difficulté

Les participants au groupe PH contenaient principalement ces quatre espèces, Streptococcus parasanguinis, Bacteroides uniformis, Enterobacter cloacaeet Streptococcus salivarius.

conclusion

Selon les résultats de la présente étude, complétés par l’évaluation basée sur le séquençage métagénomique, le régime PH n’a pas modifié la composition microbienne intestinale globale, mais a favorisé la croissance de nombreuses espèces bactériennes bénéfiques.

La modification du régime PH a favorisé la croissance d’espèces bactériennes, telles que B. adolescent et p.copri. Les bactéries productrices d’AGCC exercent de nombreux effets régulateurs et anti-inflammatoires bénéfiques chez l’hôte.

Cependant, ils pourraient inhiber la croissance d’autres microbiotes bénéfiques ou augmenter le risque de certaines maladies. Par exemple, une découverte récente selon laquelle p.copri l’abondance a favorisé le développement de la polyarthrite rhumatoïde, même si les preuves étaient insuffisantes.

Par conséquent, des études longitudinales et transnationales à grande échelle devraient analyser de manière approfondie l’effet du régime PH sur la santé intestinale, l’homéostasie et la fonctionnalité.

De plus, une enquête plus approfondie est justifiée pour confirmer les résultats de l’étude actuelle selon lesquels le régime PH a légèrement augmenté les bactéries probiotiques dans l’intestin à ≥ 4 semaines.

Référence magazine :
  • Rehner, J. et al. (2023) « L’effet d’un régime de santé planétaire sur le microbiome intestinal humain : une analyse descriptive », nutriments15(8), p.1924. faire: 10.3390/nu15081924.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *