Neha Mathur

Une étude identifie les prédicteurs des symptômes du syndrome post-coronavirus 2019 (COVID-19)

Dans une étude récente publiée dans le Journal américain de médecine tropicale et d’hygiène, les chercheurs ont suivi les personnes récemment infectées par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) par téléphone et huit à 14 mois plus tard pour identifier les prédicteurs du syndrome post-coronavirus 2019 (COVID) -19).

Étude : Prévalence et prédicteurs des symptômes à long terme de COVID-19 : une étude de cohorte du bassin amazonien.  Crédit d'image : PanchenkoVladimir / Shutterstock.comÉtude: Prévalence et prédicteurs des symptômes à long terme de COVID-19 : une étude de cohorte du bassin amazonien. Crédit d’image : PanchenkoVladimir / Shutterstock.com

Arrière-plan

Malgré plus de 500 millions de cas de COVID-19 dans le monde, on ne comprend pas bien les conséquences à long terme de cette maladie mortelle. L’absence d’une définition uniforme du syndrome post-COVID-19 a également rendu fastidieuse la détermination des prédicteurs du syndrome post-COVID-19.

Cependant, entre 18 % et 89 % des patients atteints de COVID-19 symptomatique aigu ont développé des symptômes tardifs, généralement de la fatigue, des troubles du sommeil, de la dyspnée, de la toux, de l’arthralgie et des douleurs thoraciques.

De plus, il n’est pas clair si un contact antérieur avec des maladies infectieuses tropicales ou une réinfection par le SRAS-COV-2 augmente la probabilité de symptômes tardifs ou les aggrave une seconde fois.

Une étude précédente a montré une prévalence plus élevée de symptômes aigus induits par le COVID-19 chez les personnes infectées par la dengue chez les personnes vivant dans le bassin amazonien. En particulier, d’autres maladies tropicales, le paludisme, le Zika, le chikungunya, la lèpre et la leishmaniose viscérale, sont endémiques dans le bassin amazonien.

Lire aussi  Le vaccin MVA-BN montre des résultats d'immunogénicité et d'innocuité cohérents et robustes

À propos de l’étude

Dans l’étude de cohorte prospective actuelle, les enquêteurs ont utilisé un échantillon d’étude de cohorte précédemment publié avec deux groupes indépendants de 1 339 et 32 ​​​​personnes avec une infection primaire par le SRAS-CoV-2 et deux infections par le SRAS-CoV-2 (réinfection), respectivement.

Cependant, ils ont étudié 1 371 personnes infectées par le SRAS-CoV-2 dans la ville de Rio Branco, dans le bassin amazonien brésilien.

L’équipe a recueilli des données sociodémographiques et d’autres données cliniques, notamment le poids, la taille, le statut tabagique, les antécédents de maladies infectieuses endémiques, les symptômes du COVID-19 pendant une phase contagieuse aiguë, les détails de l’hospitalisation et les détails de la réinfection, en particulier, leur persistance et leur nouvelle symptômes à l’aide d’un questionnaire de suivi de 12 mois.

La condition post-COVID-19 est la persistance des symptômes de la COVID-19 jusqu’à 12 mois après le diagnostic sans explication. De plus, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) définissent la réinfection par le SRAS-CoV-2 comme un test de transcription PCR positif avec un intervalle de 90 jours.

L’équipe a comparé les groupes d’infection primaire et de réinfection avec des variables catégorielles et continues avec et sans distribution normale, exprimées en pourcentages absolus (%) et en écart type moyen (ET).

Lire aussi  Les purificateurs d'air domestiques peuvent améliorer les marqueurs de la santé cardiovasculaire chez les personnes atteintes de MPOC

Pour ce faire, ils ont utilisé le test exact de Fisher et le test t de Student pour les variables à distribution normale et le test de Mann-Whitney pour les variables sans distribution normale.

Ils ont ensuite utilisé un modèle de régression de Poisson pour identifier les prédicteurs du syndrome post-Covid-19 et les variables avec des valeurs P <0,05 dans une régression de Poisson multivariée ajustée indiquant des prédicteurs indépendants. Enfin, l'équipe a effectué une analyse de sensibilité pour voir si les prédicteurs de risque variaient selon la race/ethnie.

Résultats et conclusions

Dans une cohorte de 1 371 patients COVID-19 d’un âge moyen de 39,7 ± 11,7 ans, 50 % étaient des femmes, 32 ont connu une réinfection et 806 personnes ont déclaré avoir eu une maladie infectieuse tropicale dans le passé. Lorsqu’ils ont été suivis pendant 12 mois, 877, soit 63,9 % de ces participants, ont présenté des symptômes tardifs liés au COVID-19.

Les auteurs ont noté que le sexe féminin, l’ethnicité non blanche, les symptômes de la phase aiguë du COVID-19, l’indice de masse corporelle et la réinfection par le SRAS-CoV-2 étaient des prédicteurs indépendants d’un plus grand nombre de symptômes du syndrome post-COVID-19.19 même après avoir pris en compte plusieurs facteurs.

Cependant, un épisode antérieur d’une maladie tropicale endémique, dont la dengue, n’a pas été associé à des symptômes à long terme chez les personnes résidant dans le bassin amazonien.

La fatigue, symptôme le plus fréquent du syndrome post-COVID-19, a touché 43,5 % des sujets.

Dans la présente étude, les chercheurs ont suivi 32 participants qui ont subi une réinfection par le SRAS-CoV-2 2,3 mois après la réinfection, signalant des symptômes persistants. Des lésions tissulaires étendues et une inflammation pathologique ont probablement exacerbé la progression vers le syndrome post-COVID-19.

Lire aussi  Un examen des virus respiratoires surveillés dans des échantillons d'eaux usées.

En outre, 64% des patients COVID-19 ont développé un syndrome post-COVID-19 dans le bassin amazonien, qui était élevé par rapport aux régions asiatiques et européennes.

Dans l’analyse de sensibilité, ils ont exclu les personnes avec moins de trois mois entre la réinfection et le suivi de 12 mois, mais les résultats sont restés similaires à ceux obtenus dans l’analyse de l’étude principale.

Par conséquent, une enquête plus approfondie est nécessaire pour déterminer si la réinfection est un facteur de risque supplémentaire pour le syndrome post-COVID-19, car les données autodéclarées introduisent souvent un biais d’information.

Cependant, l’étude a identifié plusieurs facteurs de risque associés au syndrome post-COVID-19 dans la population du bassin amazonien, où de multiples infections tropicales sont endémiques. Malgré cela, le fait d’avoir une maladie tropicale endémique n’a pas augmenté le risque de symptômes persistants liés au COVID-19 au suivi de 12 mois.

Référence magazine :
  • Silva, K. et al. (2023) « Prévalence et prédicteurs des symptômes à long terme du COVID-19 : une étude de cohorte du bassin amazonien », Le Journal américain de médecine tropicale et d’hygiène. faire: 10.4269/ajtmh.22-0362.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *