Dr Liji Thomas, MD

Troubles hypertensifs de la grossesse associés à un risque cardiovasculaire futur

La maladie hypertensive pendant la grossesse est une source de préoccupation pour les professionnels de la santé, car elle peut compromettre la santé et la vie de la mère et de l’enfant. Les résultats de recherches antérieures, basées en grande partie sur des études observationnelles, suggèrent que les troubles hypertensifs peuvent également être un facteur de risque de futures maladies cardiovasculaires (MCV) chez la mère. Un nouvel article fournit des preuves plus substantielles que de telles associations sont réelles.

Étude : Association des troubles hypertensifs de la grossesse avec les futures maladies cardiovasculaires.  Crédit d'image : ALPA PROD/ShutterstockÉtude : Association des troubles hypertensifs de la grossesse avec les futures maladies cardiovasculaires. Crédit d’image : ALPA PROD/Shutterstock

Introduction

Les troubles hypertensifs de la grossesse (HDP) affectent près d’un dixième de toutes les grossesses. Ils sont impliqués dans près d’un décès maternel sur sept, ce qui en fait la deuxième cause de morbidité maternelle dans le monde. Ils comprennent trois affections : l’hypertension gestationnelle, la prééclampsie/éclampsie et l’hypertension chronique exacerbée par l’un ou l’autre des éléments ci-dessus.

Le risque de futures maladies cardiovasculaires chez les femmes atteintes de HDP a été signalé comme étant 2,5 fois plus élevé, sur la base de recherches observationnelles, tandis que des données prospectives indiquent un risque accru d’athérosclérose chez ces femmes à l’avenir. Cependant, les études observationnelles sont connues pour la présence de facteurs de confusion qui peuvent conduire à des associations invalides. En conséquence, la présente étude a été réalisée.

La présente étude, publiée dans Cardiologie ouverte du réseau JAMA, ont utilisé la randomisation mendélienne (RM) pour réaliser une étude d’association à l’échelle du génome (GWAS) sur la relation entre ces maladies et le risque de maladies cardiovasculaires multiples à l’avenir. L’IRM utilise le risque génétique d’une maladie comme substitut de la maladie elle-même, évitant ainsi les facteurs de confusion et minimisant le risque de causalité inverse, puisque les facteurs génétiques sont attribués au hasard au moment de la formation des gamètes.

Lire aussi  Malgré les inquiétudes des médecins, l'UC renoue avec ses affiliés religieux

Les données ont été extraites de plusieurs études européennes et les résultats comprenaient la maladie coronarienne (CAD), l’AVC ischémique, l’insuffisance cardiaque et la fibrillation auriculaire (FA).

Qu’a montré l’étude ?

Les résultats de l’étude IRM ont montré que les HDP avec une composante génétique étaient liées à un risque 25% plus élevé de développer une coronaropathie à l’avenir. Cela comprenait à la fois l’hypertension gestationnelle et la prééclampsie, avec un risque accru de 8 % et 6 %, respectivement.

Cet effet a été causé en partie par l’hypertension systolique ou le diabète associés, qui sont des facteurs de risque traditionnels de futures maladies cardiovasculaires. Une fois ajusté pour ces conditions, le risque direct dû à HDP dans l’une ou l’autre condition a continué d’augmenter de 10% et 16%, respectivement.

Cela montre qu’indépendamment de la présence d’hypertension systolique ou de diabète gestationnel, il existe une source indépendante de risque de MCV chez les femmes atteintes de HDP.

Le risque d’AVC ischémique était de 27 % plus élevé chez les femmes atteintes d’HDP génétiquement prédite. Cependant, l’insuffisance cardiaque n’a pas montré de telles associations, pas plus que la FA.

Dans cette étude, la puissance de l’IRM est exploitée pour extraire des associations qui pourraient être de nature potentiellement causale. Par conséquent, l’étude s’ajoute à la preuve soutenant l’identification de ces facteurs comme facteurs qui augmentent le risque de futures MCV chez les mères avec HDP. La plus grande force a été observée avec l’exposition globale au HDP plutôt qu’avec l’hypertension gestationnelle ou la prééclampsie/éclampsie. Cela pourrait être dû à l’existence d’une hypertension préexistante dans un sous-ensemble de mères, ce qui pourrait indiquer la présence d’un mécanisme biologique sous-jacent qui affecte le risque de MCV.

Lire aussi  Dysbiose intestinale et susceptibilité au sepsis chez la femme enceinte

Quelles sont les implications ?

Les résultats de l’étude indiquent que les HDP avec une prédisposition génétique sont associés à un risque accru de CAD et d’AVC ischémique. Cependant, cette augmentation n’est qu’en partie due à d’autres facteurs cardiométaboliques. Cela suggérerait que les HDP devraient être considérés comme des facteurs de risque de MCV.

La médiation partielle du risque de MCV par l’hypertension systolique et le diabète gestationnel fournit des cibles pour une intervention préventive, mais suggère également des domaines d’investigation pour identifier le mécanisme du risque résiduel de MCV chez les patientes HDP.

La dysfonction endothéliale a été impliquée dans la HDP, ce qui pourrait expliquer le risque résiduel de MCV par des lésions endothéliales persistantes après la grossesse qui favorisent les plaques d’athérosclérose. De plus, le processus de lésion endothéliale lui-même pourrait persister après la grossesse, une fois activé, bien qu’à un niveau subclinique, entraînant des lésions endothéliales continues.

Les directives professionnelles mettent l’accent sur la détection précoce et le traitement rapide des MCV post-partum ou de leurs facteurs de risque. Cependant, cela doit être complété par une recherche active sur l’impact de la prévention primaire des MCV chez les femmes atteintes de HDP. Par exemple, le risque serait-il plus faible si les traitements antihypertenseurs étaient poursuivis après l’accouchement ?

En particulier, moins de 60 % des femmes atteintes de HDP bénéficient d’un suivi post-partum. De plus, l’étude présente des preuves que certains risques sont dus à des facteurs de risque modifiables, à savoir l’hypertension systolique et le diabète gestationnel. Ceux-ci devraient donc faire l’objet d’études futures.

Lire aussi  'Quelle santé?' de KHN: Biden prend la route pour vendre le record des démocrates

Cette étude fournit des preuves génétiques que les HDP sont associés à un risque accru de maladie coronarienne et d’accident vasculaire cérébral, qui est médié en partie par des facteurs cardiométaboliques. À la lumière de cela, les HDP devraient être classés comme facteurs de risque de maladies cardiovasculaires.

Référence magazine :
  • Rayes, B. et al. (2023). Association des troubles hypertensifs de la grossesse avec les futures maladies cardiovasculaires. Cardiologie ouverte du réseau JAMA. doi:10.1001/jamannetworkopen.2023.0034.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *