Dr Priyom Bose, Ph.D.

Quelle est la relation entre une alimentation à base de plantes et le microbiome intestinal ?

Une étude récente publiée dans le nutriments Journal a mené une revue systématique de l’impact de divers régimes à base de plantes sur le microbiote intestinal.

Étude: Effet des régimes à base de plantes sur le microbiote intestinal : une revue systématique des études d’intervention Crédit image : FOTOGRIN/Shuttershock.com

Arrière-plan

Partout dans le monde, les gens sont habitués à différents types de régimes tels que végétarien, semi-végétarien, lacto-ovo-végétarien, végétalien, pescatarien et bien d’autres. Plusieurs études ont identifié l’association entre les régimes à base de plantes et la diminution du risque d’obésité, de maladies cardiovasculaires et d’autres problèmes de santé.

Dans cette étude, les chercheurs ont passé en revue la littérature existante pour comprendre comment certains régimes entraînent une dysbiose intestinale, qui affecte négativement la progression de la maladie.

Introduction

Un régime végétarien ou à base de plantes typique comprend des aliments dérivés de plantes. Les personnes qui adhèrent à un régime semi-végétarien consomment principalement des aliments à base de plantes avec une petite proportion de viande, de volaille, de produits laitiers et de fruits de mer. Les pescatariens sont ceux qui mangent du poisson et des crustacés mais évitent à la fois la viande et la volaille. Les personnes qui suivent un régime lacto-ovo-végétarien consomment des œufs et des produits laitiers, mais évitent la viande, le poisson, la volaille et les crustacés. Les végétaliens ne consomment aucun aliment d’origine animale.

Les régimes à base de plantes gagnent en popularité en raison de leurs avantages pour la santé et l’environnement. Environ 1,5 milliard de personnes dans le monde suivent le végétarisme, dont les Asiatiques sont les plus pratiquants. Environ 40% de la population indienne est végétarienne en raison de croyances religieuses telles que l’hindouisme, le sikhisme, le jaïnisme et le bouddhisme.

Lire aussi  La recherche révèle que moins de 7% de la population adulte américaine est en bonne santé cardiométabolique

La sensibilisation accrue aux droits des animaux et à la cruauté envers les animaux liée à la production d’aliments d’origine animale a également augmenté le nombre de consommateurs de régimes à base de plantes. Certains autres facteurs qui ont accru l’adhésion à un régime végétarien sont les allergies alimentaires, le maintien du poids, le bien-être mental et les influences familiales.

De plus, les régimes alimentaires à base de plantes réduisent considérablement les émissions mondiales de carbone, notamment en évitant les émissions liées à l’élevage et à l’élevage. En général, ce régime diminue le risque de développer l’obésité, certains types de cancer, les maladies cardiovasculaires et le diabète.

On pense également qu’un régime à base de plantes est bénéfique pour le microbiome intestinal en raison de la production d’importants composés phytochimiques. Le microbiome intestinal humain comprend environ trois billions de microbes, principalement des bactéries. Cependant, il est également composé d’archées, de virus, de champignons et de protozoaires. Les microbes intestinaux jouent un rôle crucial dans la santé générale d’un individu et dans les manifestations de maladies, en particulier les maladies gastro-intestinales.

À propos de l’étude

La revue actuelle comprenait des études pré- et post-intervention, des essais contrôlés randomisés et des essais non randomisés associés à l’impact des régimes à base de plantes sur le microbiote intestinal. Il comprenait des études chez des adultes qui suivaient un régime à base de plantes. Leur microbiote intestinal a été quantifié à partir d’échantillons de selles à l’aide d’une technique de séquençage moléculaire ciblant le gène de l’acide ribonucléique (ARN) ribosomal 16s. En outre, les auteurs ont examiné la recherche pour détecter les métabolites microbiens à l’aide de la technique de chromatographie gaz-liquide et ont discuté de leur rôle dans le microbiome intestinal.

Lire aussi  Étude : Les lactobacilles vivant dans le microbiome des voies urinaires féminines peuvent tuer les bactéries pathogènes à proximité

Des articles pertinents évalués par des pairs ont été obtenus à partir de sources de données bibliographiques électroniques, telles que Scopus, Ovid Medline, Embase et PubMed. Un total de 203 articles ont été obtenus et, après exclusion des études en double, 101 titres et résumés ont été évalués. Enfin, douze études ont été retenues car elles remplissaient les critères d’éligibilité.

Idées clés

Les régimes végétaliens/végétariens sont généralement plus riches en fibres et en glucides que les autres régimes. Ces régimes ont également été associés à une augmentation des acides gras à chaîne courte (SCFA), négativement corrélés aux cytokines pro-inflammatoires.

Les AGCC sont connus pour renforcer l’immunité chez l’hôte. Ils sont également associés à la fonction neuronale, à la maturation et au maintien de la fonction de barrière hémato-encéphalique. Les AGCC favorisent le métabolisme et préviennent l’obésité.

Une diminution du taux plasmatique de L-carnitine a été observée chez les personnes atteintes de cardiopathie ischémique pratiquant une intervention de régime végétalien. En revanche, ceux qui mangeaient de la viande rouge avaient un taux élevé de L-carnitine dans le plasma. Ce groupe présentait un risque plus élevé de développer des maladies inflammatoires de l’intestin et des maladies cardiovasculaires.

L’étude actuelle a clarifié comment différents types de régime influencent la composition du microbiote d’un individu. La recherche a montré que le nombre de bactéries intestinales capables de décomposer les fibres des régimes végétaliens/végétariens est bien supérieur au nombre de bactéries métabolisant les graisses et les protéines nécessaires pour digérer un régime à base d’animaux.

Un intestin humain sain comprend de nombreuses bactéries productrices de butyrate, telles que rosebure, Ruminococcacées, Lachnospiracées, blautia, et Faecalibacterium prausnitzii. Le butyrate est un métabolite avec de nombreuses activités physiologiques, telles que l’amélioration de la barrière intestinale par la régulation à la hausse des jonctions serrées.

Lire aussi  Une approche d'apprentissage automatique pour le diagnostic précoce de la maladie de Parkinson

Il diminue également l’inflammation systémique en empêchant les lipopolysaccharides (LPS) de traverser la paroi intestinale et d’atteindre la circulation sanguine. Plusieurs études ont documenté des preuves que le butyrate, l’acétate et le propionate peuvent prévenir de nombreuses maladies, notamment les maladies immunitaires, les maladies inflammatoires de l’intestin et le diabète de type 2.

conclusions

Les auteurs déclarent que cette revue systémique est la première à évaluer le lien entre les régimes végétaliens/végétariens et la composition du microbiote intestinal et les résultats pour la santé humaine. Le niveau élevé de SCFA et de métabolites de N-oxyde de triméthylamine (TMAO) dans le plasma des individus suivant un régime végétalien/végétarien indique le rôle du microbe intestinal en tant que modulateur de l’interaction régime-hôte.

À l’avenir, des recherches supplémentaires sont nécessaires sur l’interaction du microbiote intestinal avec d’autres métabolites, tels que les vitamines, les polyphénols, les ligands des récepteurs aryl-hydrocarbures intestinaux et les isothiocyanates.

Référence magazine :
  • Sidhu, S. et al. (2023) « Effet des régimes à base de plantes sur le microbiote intestinal : une revue systématique des études d’intervention », nutriments, 15(6), p. 1510. faire: 10.3390/nu15061510.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *