Plus de 55% des hospitalisations pour maladies respiratoires au plus fort de la pandémie ont été causées par des infections non liées au SRAS-CoV-2, selon une étude

Une augmentation du nombre d’infections respiratoires non liées au COVID-19 devrait être attendue cet hiver, selon les scientifiques. L’avertissement intervient après les résultats d’une nouvelle étude, publiée dans The Lancet Régional Santé – Europequi a révélé que plus de 55% des hospitalisations pour maladies respiratoires au plus fort de la pandémie étaient causées par des infections non liées au SRAS-CoV-2.

L’étude dirigée par l’Université de Bristol, financée et menée en collaboration avec Pfizer Inc., dans le cadre d’AvonCAP, est la première à comparer le nombre d’hospitalisations pour des infections respiratoires causées par le COVID-19 et des infections non liées au SRAS -CoV- 2.

En utilisant les données de 135 014 hospitalisations de deux grands hôpitaux de Bristol entre août 2020 et novembre 2021, les chercheurs ont identifié 12 557 admissions attribuables à une maladie aiguë des voies respiratoires inférieures (aLRTD) avec des patients admis avec des signes ou des symptômes d’infections respiratoires, comme la toux, la fièvre , pleurésie ou diagnostic clinique ou radiologique d’aLRTD. Parmi ceux-ci, 12 248 (98 %) patients, principalement des personnes âgées, ont accepté de participer à l’étude.

Après une analyse plus approfondie, l’équipe montre que sur les 12 248 hospitalisations aLRTD, 55 % (6 909) étaient dues à une infection sans signe de SRAS-CoV-2, tandis que l’infection confirmée par le SRAS-CoV-2 ne représentait que 26 % (3 178) d’infections respiratoires. Les 17 % restants (2 161) étaient dus à une infection sans cause infectieuse.

Adam Finn, professeur de pédiatrie à l’Université de Bristol, directeur du Bristol Vaccine Center à la Bristol Medical School et chef de Bristol UNCOVER (Bristol COVID Emergency Research Group), a déclaré: « Ce qui est vraiment surprenant dans nos résultats, c’est le nombre d’autres non -Infections respiratoires COVID il y avait pendant cette période, d’autres infections n’ont clairement pas disparu, et malgré d’importantes mesures de santé publique, y compris la vaccination et l’intervention non pharmaceutique comme les masques, nos résultats montrent qu’il y avait encore une incidence élevée de non-COVID -19 maladies entraînant des hospitalisations aux côtés des patients COVID-19. »

Nos résultats mettent vraiment en évidence non seulement l’énorme fardeau des infections respiratoires sur le NHS et d’autres systèmes de soins de santé, mais aussi à quel point les choses peuvent mal tourner cet hiver. Par conséquent, il est essentiel qu’une planification des soins et une allocation des ressources adéquates aient lieu pour prendre en charge les patients souffrant de maladies respiratoires, en plus de la mise en œuvre de mesures de santé publique pour réduire le fardeau des maladies respiratoires et améliorer les résultats pour les patients ».

Dr Catherine Hyams, auteur principal de l’étude, chercheur postdoctoral en recherche clinique et chercheur principal, Université de Bristol

L’étude fait partie d’AvonCAP, un projet de surveillance collaborative en cours financé par Pfizer Inc., qui enregistre des informations détaillées sur chaque patient adulte admis dans les deux grands hôpitaux du NHS de Bristol présentant des symptômes, des signes et/ou des preuves radiographiques d’une maladie pulmonaire aiguë. .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.