Pooja Toshniwal Paharia

Patients atteints de maladies auto-immunes à risque accru de complications après un infarctus

Dans une étude récente publiée dans le Journal de l’American Heart AssociationLes chercheurs ont évalué les résultats à moyen terme et la prise en charge de l’infarctus aigu du myocarde (IAM) chez les patients atteints de maladies inflammatoires rhumatismales à médiation immunitaire (IMID).

L’AMI a été associé à une cascade d’activation de la réponse immunitaire locale et à distance. De plus, des études ont rapporté une association positive entre les IMID rhumatismales et le risque de troubles cardiovasculaires tels que le SCA (syndrome coronarien aigu). Cependant, le pronostic à long terme du SCA chez les patients atteints d’IMID rhumatismaux n’a pas été bien caractérisé.

Étude : Résultats après syndrome coronarien aigu chez des patients avec et sans maladies inflammatoires rhumatismales à médiation immunitaire.  Crédit d'image : M. Dasenna/Shutterstock​​​​​​​Étude : Résultats après syndrome coronarien aigu chez des patients avec et sans maladies inflammatoires rhumatismales à médiation immunitaire. Crédit d’image : M. Dasenna/Shutterstock

À propos de l’étude

La présente étude a évalué les résultats de l’IAM chez les patients atteints d’IMID rhumatismale.

L’étude comprenait 1 654 862 bénéficiaires de Medicare avec une prévalence de 3,6 % d’IMID rhumatoïdes, dont le plus courant était la polyarthrite rhumatoïde, suivi du lupus érythémateux disséminé, hospitalisés entre janvier 2014 et décembre 2019. l’arthrite (PR), le lupus érythémateux disséminé (LES), la dermatomyosite, le psoriasis ou la sclérodermie systémique ont été comparés à ceux de 1:3 (groupe IMID : témoins) de patients témoins appariés par score de propension (PSM) sans IMID rhumatismaux.

Des données sur la race, le sexe, l’âge et les dates d’inscription des patients ont été obtenues, et le PSM a été effectué pour ajuster des variables telles que le sexe, la race, l’âge, l’infarctus du myocarde avec élévation du segment ST (STEMI), les comorbidités et les non-STEMI (NSTEMI) . . ). L’équipe a exclu les patients de moins de 65 ans et ceux qui n’avaient pas été inscrits à la rémunération à l’acte pendant ≥ 1 an avant l’admission initiale pour infarctus du myocarde.

Lire aussi  Des niveaux plus élevés d'activité physique associés à un risque plus faible d'événements cardiovasculaires chez les adultes atteints d'IRC

La mortalité toutes causes confondues était le critère de jugement principal de l’étude. Les critères de jugement secondaires de l’étude étaient l’IRA à l’hôpital (insuffisance rénale aiguë), les saignements majeurs, les décès à 30 jours et à 1 an, la durée de la réadmission à l’hôpital en raison d’un IDM, d’un accident vasculaire cérébral, d’une IC (insuffisance cardiaque) et des exigences de revascularisation coronarienne[PCI(PCI(interventioncoronariennepercutanée)ouPAC(greffedepontagecoronarien)etfardeaudelaréadmissionenraisondel’ICaucoursdel’annéeinitialeaprèsl’IM(quiaétémesuréàunrythmetousles100 mois)[PCI(percutáneaintervencióncoronaria)oCABG(injertodederivacióndearteriacoronaria)ylacargadereingresodebidoaICenelañoinicialposterioralIM(quesemidiócomolatasaporcada100meses-individuo)[PCI(percutaneouscoronaryintervention)orCABG(coronaryarterybypassgraft)andburdenofreadmissionduetoHFintheinitialpost-MIyear(whichwasmeasuredastherateforevery100individual-months)

Une période rétrospective d’un an a été considérée pour déterminer les comorbidités des patients sur la base des codes CIM (Classification Internationale des Maladies) présentés dans les réclamations médicales des patients hospitalisés. Les données sur la mortalité et la réadmission étaient disponibles jusqu’en août 2020 et décembre 2019, respectivement. Un modèle de régression a été utilisé pour l’analyse, et les risques relatifs ajustés (HR), les rapports de cotes (OR) et les risques relatifs (RR) ont été calculés. De plus, des analyses de sensibilité ont été effectuées en ajustant les données pour le sexe, la race, l’âge et les conditions comorbides sans PSM, et l’évaluation des résultats de l’étude en considérant chaque IMID rhumatismal séparément.

Résultats

La cohorte finale après appariement par score de propension comprenait 59 820 patients atteints d’IMID rhumatismale contre 178 547 patients sans. Les IMID rhumatismales ont été signalées chez 3,6 % des patients, et les IMID rhumatismales les plus courantes étaient la polyarthrite rhumatoïde et le LED, signalées chez 46 747 et 7 362 personnes, respectivement. Des cas de psoriasis, de sclérose systémique et de dermatomyosite ont été signalés chez 3 098, 1 738 et 1 127 patients, respectivement.

Lire aussi  Un chercheur de BU exhorte les États-Unis à créer un programme national d'indemnisation pour les longs COVID

Comparativement aux patients IMID non rhumatismaux, les patients IMID rhumatismaux étaient plus jeunes (âge moyen 77 ans contre 78 ans), plus susceptibles d’être des femmes (67 % contre 44 %), et avaient une prévalence plus élevée de NSTEMI (77 % contre 75 %) l’hypertension pulmonaire, les maladies valvulaires, l’anémie et l’hypothyroïdie.

Parmi les patients NSTEMI, les taux de pontage coronarien (7,7 % contre 11 %), d’angiographie coronarienne (46 % contre 52 %) ​​et d’ICP (32 % contre 34 %) étaient plus faibles chez les patients atteints d’IMID rhumatismaux que chez les patients non rhumatismaux Patients IMID, respectivement. Parmi les patients STEMI, les taux de pontage coronarien (5 % contre 6,4 %), de procédure d’angiographie coronarienne (78 % contre 81 %) et d’ICP (70 % contre 72 %) étaient plus faibles chez les patients rhumatismaux avec IMID par rapport à un IMID non rhumatismal patients, respectivement.

Les patients atteints d’IMID rhumatismales étaient moins susceptibles de subir une angiographie coronarienne, une intervention coronarienne percutanée ou un pontage aortocoronarien. Après PSM et un suivi de deux ans, risques de mortalité quel que soit le type d’IM aigu ; (HR 1,2), l’IC (HR 1,1), l’IM récurrent (HR 1,1) et la réintervention coronarienne (HR 1,1) étaient plus élevés chez les patients atteints d’IDM rhumatismaux.

Les risques de décès à 30 jours étaient comparables entre les deux groupes (12 % contre 11 %), mais le risque de décès à 1 an était plus élevé chez les patients atteints d’IAM avec des IMID rhumatismaux que chez ceux qui n’en avaient pas (29 % contre 27 %, OU 1.2), respectivement. De plus, le fardeau de la réadmission pour IC un an après l’année index de l’IAM était significativement plus élevé chez les patients IAM atteints d’IMID rhumatismaux que non rhumatismaux (6,2 contre 5,7 admissions pour 100 mois individuels, RR 1 ,1), respectivement. Parmi les résultats des IAM à l’hôpital, les risques d’hémorragie majeure (4,6 % contre 4,9 %) et d’IRA (25 % contre 26 %) étaient plus faibles chez les patients IAM avec IMID rhumatismal que chez ceux sans IMID rhumatismal.

Lire aussi  Le COVID-19 était la troisième cause de décès aux États-Unis entre mars 2020 et octobre 2021

Après les analyses de sensibilité, les associations entre les scores IAM et les IMID rhumatismales n’étaient pas significativement modifiées. Tous les IMID rhumatismaux, à l’exception du psoriasis, étaient associés à des risques de mortalité et à des risques d’infarctus du myocarde récurrents plus importants, tandis que la PR, la sclérodermie systémique et le LED étaient associés à des risques plus importants d’insuffisance cardiaque. La PR et le LED étaient associés à un risque plus élevé de nécessiter une réintervention coronarienne, tandis que seul le LED était associé à un risque plus élevé d’AVC.

Dans l’ensemble, les résultats de l’étude ont montré que les patients rhumatismaux IM et IMID avaient un risque plus élevé de décès, d’insuffisance cardiaque, d’infarctus du myocarde récurrent et de besoins de réintervention coronarienne à long terme par rapport aux patients rhumatismaux non IMID.

Référence du magazine :
  • Résultats après syndrome coronarien aigu chez les patients avec et sans maladies inflammatoires rhumatismales à médiation immunitaire. Heba Wassif, MD, MPH et al. J Am Heart Association.2022;11:e026411. DOI : 10.1161/JAHA.122.026411,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.