Le cancer et la chimiothérapie avant la grossesse n’augmentent pas le risque de mortinaissance chez les adolescentes et les jeunes adultes

Selon une étude menée par Caitlin C. Murphy, PhD, MPH, avec UTHealth Houston, les adolescentes et les jeunes adultes qui ont reçu un diagnostic de cancer et qui ont reçu un traitement de chimiothérapie avant la grossesse n’avaient pas de risque accru de mortinaissance.

L’étude a été récemment publiée dans la version en ligne du Journal de l’Institut national du cancer.

Il existe très peu d’études sur les résultats à la naissance chez les adolescentes et les jeunes femmes adultes atteintes de cancer qui tombent enceintes par la suite. Cette étude a révélé que le cancer et la chimiothérapie ne semblent pas augmenter le risque de mortinaissance, fournissant des informations d’une importance cruciale pour les femmes qui s’inquiètent de leur capacité à donner naissance à un enfant en bonne santé après un cancer. »

Caitlin C. Murphy, professeur agrégé de promotion de la santé et de sciences du comportement à l’UTHealth School of Public Health, Houston

Pour l’un des co-auteurs de l’article, Andrea C. Betts, PhD, MPH, les conclusions étaient personnelles.

« Quand j’étais enceinte de mon premier enfant, il y avait très peu d’informations sur la façon dont mon précédent traitement contre le cancer pourrait affecter mon enfant », a déclaré Betts, chercheur au campus de l’école à Dallas. « Tout ce que mon obstétricien pouvait me dire, c’était : ‘Il est plausible qu’il y ait des risques plus élevés.’ Il est très gratifiant de commencer à combler ce manque de preuves et d’apporter de bonnes nouvelles aux nombreuses jeunes femmes qui cherchent à avoir des enfants après un cancer. »

Lire aussi  Le sexe chronométré lié à des taux de grossesse plus élevés

Certaines chimiothérapies et radiothérapies ont des effets gonadotoxiques, ce qui signifie qu’elles peuvent endommager les ovules. Des études antérieures ont suggéré que la santé de la progéniture pourrait être affectée. Pour tester cette théorie, l’étude a lié les données démographiques du registre du cancer du Texas avec les certificats de naissance vivante et de mortinaissance. Ils ont inclus 11 696 accouchements de 8 402 femmes âgées de 15 à 39 ans qui ont reçu un diagnostic de cancer entre 1995 et 2015 et les ont comparés au taux de mortinaissance dans la population générale. Le taux de mortinatalité dans les deux groupes était similaire, inférieur à 1 %.

« C’est le meilleur type de résultat nul », a déclaré Murphy.

Avec Betts, les coauteurs de l’UTHealth School of Public Health comprenaient Marlyn A. Allicock, PhD, MPH, du campus de Dallas; L. Aubree Shay, PhD, MSW, du campus de San Antonio ; et Sharice M. Preston, PhD, du campus de Houston.

Ils font tous partie d’une équipe de chercheurs du laboratoire de bourses, de formation et de recherche (STAR) pour adolescents et jeunes adultes (AYA) qui s’est formé à l’UTHealth School of Public Health en 2020. Leur expertise comprend les sciences du comportement, le développement d’interventions, l’épidémiologie , programmes d’évaluation et disparités en matière de santé.

Les autres coauteurs étaient Barbara A. Cohn, PhD, de l’Institut de santé publique de Berkeley, en Californie ; Philip J. Lupo, PhD, MPH, du Baylor College of Medicine ; et Sandi L. Pruitt, PhD, MPH, du UT Southwestern Medical Center.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *