Benedette Cuffari, M.Sc.

Manger des aliments ultra-transformés augmente le risque de déclin cognitif

Dans un récent JAMA Neurologie étude, les chercheurs rapportent que la consommation d’aliments ultra-transformés (UPF) augmente le risque de déclin cognitif, en particulier chez les adultes d’âge moyen.

Etude : Association entre consommation d'aliments ultra-transformés et déclin cognitif.  Crédit d'image : Ekaterina Markelova / Shutterstock.com

Étudier: Association entre consommation d’aliments ultra-transformés et déclin cognitif. Crédit d’image : Ekaterina Markelova / Shutterstock.com

Quels facteurs contribuent à la démence?

En 2019, on estimait que la démence touchait environ 57 millions de personnes dans le monde, avec 153 millions de cas attendus d’ici 2050 en raison de l’augmentation mondiale de l’espérance de vie. Bien qu’il s’agisse de l’une des principales causes d’invalidité dans les pays à revenu élevé, des traitements efficaces pour prévenir ou retarder l’apparition des symptômes de la démence font toujours défaut.

Cependant, les habitudes de vie telles que l’activité physique régulière, une alimentation saine et le fait de ne pas fumer semblent réduire le risque de développer une démence. En particulier, la consommation quotidienne de grains entiers, de légumes, de fruits, de noix et de poisson a été associée à une augmentation du volume cérébral et à la rétention des fonctions cognitives au fil du temps.

Les impacts sur la santé de la FPU

Les UPF, qui sont des produits alimentaires composés de composants alimentaires hautement transformés tels que des huiles, des graisses, des sucres, de l’amidon et des isolats de protéines, offrent peu ou pas d’avantages pour la santé du consommateur. En plus de ces ingrédients, les UPF se composent également souvent d’arômes artificiels, de colorants, d’émulsifiants et d’autres additifs cosmétiques. Quelques exemples d’UPF courants comprennent les céréales pour petit-déjeuner, les collations sucrées et salées, la crème glacée, les plats surgelés prêts à manger, les viandes transformées et les boissons sucrées.

Lire aussi  Une étude examine les stratégies d'adaptation à l'insécurité alimentaire persistante et épisodique chez les étudiants

Au cours des 40 dernières années, la production d’UPF par l’industrie alimentaire mondiale a considérablement augmenté. En fait, des estimations récentes indiquent que l’UPF comprend 58 % des calories consommées par les citoyens américains, 57 % de celles consommées par les citoyens britanniques, 48 ​​% de celles consommées par les citoyens canadiens et 30 % des calories consommées par les citoyens brésiliens.

Des études antérieures indiquent que la consommation généralisée d’UPF est directement liée à un risque accru de maladies cardiovasculaires, de syndrome métabolique et d’obésité. Cependant, en raison du manque de données corrélant le risque de consommation d’UPF et de démence, la présente étude visait à mieux comprendre cette association potentielle.

À propos de l’étude

Dans l’étude de cohorte prospective multicentrique actuelle, des personnes âgées de 35 à 74 ans ont été recrutées dans six villes différentes du Brésil, dont Belo Horizonte, Porto Alegre, Rio de Janeiro, Salvador, São Paolo et Vitoria. Les données des participants à l’étude ont été recueillies en trois vagues à environ quatre ans d’intervalle, commençant en 2008 et se terminant en 2019.

Au départ, les participants à l’étude ont fourni des informations sur la fréquence à laquelle ils consommaient quotidiennement différents aliments et boissons. Ces produits alimentaires ont été classés selon le degré de leur transformation industrielle.

Les aliments du groupe 1, par exemple, comprenaient les aliments non transformés ou peu transformés, tels que les fruits et légumes frais, séchés ou congelés, les céréales, la viande et le lait. Les aliments du groupe 2 comprenaient des ingrédients de cuisine transformés tels que le sel, le sucre et les huiles.

Lire aussi  Les probiotiques et les prébiotiques peuvent réduire le risque de syndrome de fragilité chez les personnes âgées

Le groupe 3 comprenait les aliments transformés tels que les fruits en conserve, les viandes ou les poissons salés, fumés ou séchés, ainsi que certains produits de boulangerie et de fromage. Le groupe 4 comprenait les UPF comme arômes, édulcorants et émulsifiants.

Les participants à l’étude ont également subi des évaluations cognitives jusqu’à trois fois tous les quatre ans. Ces évaluations comprenaient des tests de mémoire tels que le rappel immédiat et différé, ainsi que des tests de reconnaissance de listes de mots. Des tests de fluidité verbale sémantique et phonologique ont également été inclus pour évaluer les compétences des fonctions exécutives des participants.

Consommation élevée d’UPF associée à des troubles cognitifs

Au total, 10 775 participants ont été inclus dans l’étude, avec une période de suivi médiane de huit ans. Au début de l’étude, l’âge médian des participants à l’étude était d’environ 52 ans, dont près de 55 % étaient des femmes, 53 % étaient de race blanche et 57 % avaient un diplôme universitaire. De plus, l’indice de masse corporelle (IMC) moyen des participants à l’étude au départ était d’environ 27, avec un apport calorique quotidien total moyen de 2856 kcal.

Le régime alimentaire quotidien des participants comprenant plus de 19,9 % d’UPF a connu un taux de déclin cognitif global 28 % plus rapide. Plus précisément, ces personnes ont connu un taux de déclin de la fonction exécutive 25 % plus rapide, sans changement significatif observé en ce qui concerne leur fonction de mémoire.

En particulier, les participants à l’étude âgés de moins de 60 ans étaient plus susceptibles de connaître un déclin cognitif global que ceux de 60 ans et plus qui consommaient des niveaux tout aussi élevés d’UPF dans leur alimentation quotidienne.

Lire aussi  La vitamine D est prometteuse pour la dépression : étude

Les chercheurs émettent l’hypothèse que ce déclin de la fonction exécutive pourrait être dû à des lésions cérébrovasculaires causées par la consommation chronique d’UPF. La consommation d’UPF peut également augmenter la circulation de facteurs pro-inflammatoires qui conduisent par la suite à une inflammation systémique qui affecte le cerveau.

Pris ensemble, les résultats de l’étude obtenus à partir d’une large cohorte de population soulignent l’importance de limiter la consommation d’UPF, en particulier chez les adultes d’âge moyen, pour préserver l’intégrité cognitive.

Référence magazine :
  • Gonçalves, NG, Ferreira, NV, Khandpur, N., et coll. (2022). Association entre consommation d’aliments ultra-transformés et déclin cognitif. JAMA Neurologie. doi:10.1001/jamaneurol.2022.4397.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *