Dr Sanchari Sinha Dutta, Ph.D.

L’impact de l’exposition périnatale aux édulcorants hypocaloriques sur le développement des systèmes neuronaux impliqués dans la régulation métabolique

Une étude publiée dans le Revue de recherche clinique Insight révèle que la consommation d’édulcorants hypocaloriques pendant la grossesse peut affecter le métabolisme et le développement neuronal de la progéniture. L’étude identifie un cométabolite microbien hôte intestinal comme un facteur causal potentiel médiant ces changements.

Étude : La consommation maternelle d'édulcorants hypocaloriques reconfigure les circuits hypothalamiques de la mélanocortine par une voie microbienne intestinale des cométabolites.  Crédit d'image : Towfiqu ahamed barbhuiya/Shutterstock
Étude : La consommation maternelle d’édulcorants hypocaloriques reconfigure les circuits hypothalamiques de la mélanocortine par une voie microbienne intestinale des cométabolites. Crédit d’image : Towfiqu ahamed barbhuiya/Shutterstock

Arrière-plan

La prévalence de l’obésité et du diabète augmente considérablement dans le monde. Cela pourrait être dû à une augmentation significative de la consommation de sucre raffiné, notamment dans les boissons sucrées.

Comme alternative plus saine, les gens choisissent des édulcorants hypocaloriques qui procurent un goût sucré sans apport calorique excessif. Cependant, il est prouvé que les édulcorants hypocaloriques peuvent entraîner une prise de poids et une intolérance au glucose.

En plus d’affecter le métabolisme chez les adultes, l’exposition à des édulcorants hypocaloriques pendant la grossesse est connue pour causer des effets indésirables chez les nourrissons, notamment une augmentation du poids corporel, une résistance à l’insuline, le développement d’une préférence pour le goût sucré et l’altération de la composition du microbiote intestinal.

Dans la présente étude, les scientifiques ont étudié comment l’exposition à des édulcorants hypocaloriques pendant la grossesse peut affecter le métabolisme et le développement neuronal de la progéniture.

En plus d’étudier les anomalies métaboliques potentielles, ils se sont spécifiquement concentrés sur le développement de la mélanocortine hypothalamique et des circuits autonomes, car ces voies neuronales sont associées à la régulation de la dépense énergétique et à l’homéostasie du glucose.

Étudier le design

L’étude a été menée chez des souris femelles adultes exposées à deux édulcorants hypocaloriques couramment utilisés, à savoir l’aspartame et le rebaudioside A, pendant les périodes de grossesse et d’allaitement.

Lire aussi  Le sommet cardiovasculaire de l'ACC se concentrera sur le rôle accru de la télésanté après la COVID-19

Les doses des deux édulcorants ont été maintenues dans la limite d’apport quotidien acceptable pour l’homme.

remarques importantes

L’exposition à des édulcorants hypocaloriques pendant la grossesse et l’allaitement a induit certains changements chez les souris femelles adultes. Les souris exposées au rebaudioside A ont montré une redistribution de la composition corporelle, y compris une réduction de la masse grasse et une induction de la masse maigre. Les souris exposées à l’aspartame ont montré des niveaux élevés d’insuline dans leur sang.

Cependant, aucun effet de l’exposition aux édulcorants hypocaloriques n’a été observé sur le poids corporel, l’apport alimentaire, la tolérance au glucose, le taux de leptine et la taille et le pourcentage de masse des cellules bêta pancréatiques chez les souris femelles adultes.

Impact de l’exposition aux édulcorants hypocaloriques sur la progéniture

L’effet de dans le ventre L’exposition à des édulcorants hypocaloriques a été observée chez les chiots mâles adultes (âgés de 14 semaines), mais pas chez les chiots femelles.

La progéniture mâle présentait une masse grasse accrue, une masse maigre réduite et une intolérance au glucose par rapport à la progéniture témoin non exposée.

Un impact à long terme de dans le ventre L’exposition aux édulcorants hypocaloriques a été observée sur la composition et la diversité du microbiote intestinal chez la progéniture adulte. Plus précisément, une plus grande abondance de la famille des Enterobacteriaceae a été observée dans le microbiote intestinal de la progéniture. Cependant, aucune altération significative du microbiote intestinal n’a été observée chez les mères exposées.

Concernant le développement neuronal, dans le ventre l’exposition à des édulcorants hypocaloriques a provoqué le recâblage des circuits hypothalamiques de la mélanocortine dans le noyau paraventriculaire de l’hypothalamus et l’interruption de l’innervation parasympathique des îlots pancréatiques chez la progéniture mâle.

Lire aussi  Un programme éducatif lié à la culture profite à la santé et au bien-être de la jeunesse amérindienne

L’étude a réalisé une analyse métabolomique non ciblée d’échantillons de lait maternel et de sang de chiots. Dans les deux échantillons, des changements considérables dans les profils des métabolites ont été observés en raison de l’exposition à des édulcorants hypocaloriques.

Dans des échantillons de lait maternel, l’exposition au rébaudioside A et à l’aspartame a entraîné une régulation différentielle de 151 et 92 métabolites, respectivement. De même, dans des échantillons de sang de chiots, l’exposition au rébaudioside A et à l’aspartame a entraîné une régulation différentielle de 9 et 35 métabolites, respectivement.

Parmi tous les échantillons, le seul métabolite qui changeait fréquemment était la phénylacétylglycine, un cotabolite de l’intestin et du microbiote hôte. Ce métabolite est également un marqueur potentiel des maladies cardiovasculaires. Une expression accrue de ce métabolite a été observée dans des échantillons de lait et de sang exposés à des édulcorants hypocaloriques.

Ces observations ont été confirmées en traitant des souris avec de la phénylacétylglycine pendant la grossesse et l’allaitement. Les résultats ont révélé que le traitement à la phénylacétylglycine provoque des changements métaboliques et neurodéveloppementaux similaires à ceux observés chez la progéniture à dans le ventre exposition à des édulcorants hypocaloriques.

Importance de l’étude

L’étude révèle que dans le ventre l’exposition à des édulcorants hypocaloriques peut induire des changements neurodéveloppementaux et métaboliques importants chez la progéniture. En outre, l’étude identifie un cotabolite hôte microbien intestinal, la phénylacétylglycine, en tant que médiateur potentiel des changements liés aux édulcorants hypocaloriques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *