Les experts demandent instamment de réduire les sucres ajoutés à environ six cuillères à café par jour

Les experts recommandent de réduire les sucres ajoutés (« gratuits ») à environ six cuillères à café par jour et de limiter les boissons sucrées à moins d’une portion par semaine après un examen complet des preuves publiées aujourd’hui par le BMJ.

Ils ont trouvé des associations nocives significatives entre la consommation de sucre et 45 résultats, notamment l’asthme, le diabète, l’obésité, les maladies cardiaques, la dépression, certains cancers et la mort.

Il est bien connu qu’une consommation excessive de sucre peut avoir des effets négatifs sur la santé, ce qui a conduit l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et d’autres à suggérer de réduire la consommation de sucres libres ou ajoutés à moins de 10 % de l’apport énergétique quotidien total.

Mais avant d’élaborer des politiques détaillées de restriction du sucre, la qualité des preuves existantes doit être soigneusement évaluée.

Par conséquent, des chercheurs basés en Chine et aux États-Unis ont mené une revue générale pour évaluer la qualité des preuves, les biais potentiels et la validité de toutes les études disponibles sur la consommation de sucre alimentaire et les résultats sur la santé.

Les revues générales synthétisent les méta-analyses précédentes et fournissent un résumé de haut niveau de la recherche sur un sujet particulier.

La revue a inclus 73 méta-analyses (67 d’études observationnelles et 6 d’essais contrôlés randomisés) de 8601 articles couvrant 83 résultats de santé chez les adultes et les enfants.

Les enquêteurs ont évalué la qualité méthodologique des articles inclus et ont évalué les preuves pour chaque résultat comme étant de qualité élevée, modérée, faible ou très faible pour tirer des conclusions.

Des associations préjudiciables significatives ont été trouvées entre la consommation de sucre alimentaire et 18 résultats endocriniens ou métaboliques, notamment le diabète, la goutte et l’obésité ; 10 résultats cardiovasculaires, y compris l’hypertension artérielle, les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux ; sept issues du cancer, dont le cancer du sein, de la prostate et du pancréas ; et 10 autres critères de jugement, dont l’asthme, les caries dentaires, la dépression et la mort.

Lire aussi  Risque plus élevé de DT2 chez les patients liés à un faible poids à la naissance, selon une étude

Des preuves de qualité modérée ont indiqué que la consommation de boissons sucrées était significativement associée à une augmentation du poids corporel pour l’apport le plus élevé par rapport à l’apport le plus faible, tandis que l’absence de sucre ajouté était associée à une plus grande accumulation de graisse hépatique et musculaire.

Des preuves de faible qualité ont indiqué que chaque portion par semaine de consommation de boissons sucrées était associée à un risque accru de goutte de 4 %, et chaque augmentation de 250 ml/jour de la consommation de boissons sucrées était associée à un risque accru de 17 et 4 % de les maladies coronariennes et la mort, respectivement.

Des preuves de faible qualité suggéraient également que chaque augmentation de 25 g/jour de l’apport en fructose était associée à une augmentation de 22 % du risque de cancer du pancréas.

Dans l’ensemble, aucune preuve fiable n’a montré d’associations bénéfiques entre la consommation de sucre alimentaire et des résultats pour la santé, à l’exception des tumeurs cérébrales du gliome, du cholestérol total, du diabète de type 2 et de la mortalité par maladie cardiovasculaire. Cependant, les chercheurs affirment que ces associations favorables ne sont pas étayées par des preuves solides et que ces résultats doivent être interprétés avec prudence.

Lire aussi  Des chercheurs de l'UH étudient comment les expériences traumatisantes affectent la santé mentale et physique des migrants

Les chercheurs reconnaissent que les preuves existantes sont principalement observationnelles et de faible qualité, et soulignent que les preuves d’une association entre la consommation de sucre alimentaire et le cancer restent limitées, mais justifient une enquête plus approfondie.

Cependant, ils disent que ces résultats, combinés aux conseils de l’OMS, du Fonds mondial de recherche sur le cancer et de l’Institut américain de recherche sur le cancer, suggèrent de réduire la consommation de sucres libres ou ajoutés à moins de 25 g/jour (environ six cuillères à café par jour). ) et limiter la consommation de boissons sucrées à moins d’une portion par semaine (environ 200-355 ml/semaine).

Pour changer les habitudes de consommation de sucre, en particulier pour les enfants et les adolescents, une combinaison d’éducation et de politiques de santé publique généralisées dans le monde est également nécessaire de toute urgence, ajoutent-ils.

Fontaine:

bmj

Référence magazine :

Huang, Y. et autres. (2023). Apport alimentaire en sucre et santé : bilan général. bmj. doi.org/10.1136/bmj-2022-071609.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *