L’essai clinique sur le traitement combiné est très prometteur pour les patients atteints de glioblastome

Une nouvelle étude internationale publiée dans Médecine naturelle et présenté sous forme de résumé lors de la conférence annuelle de l’American Association of Neurological Surgeons (AANS), est très prometteur pour les patients atteints de glioblastome.

Drs. Farshad Nassiri et Gelareh Zadeh, neurochirurgiens au University Health Network (UHN) à Toronto, ont publié les résultats d’un essai clinique de phase 1/2 portant sur l’innocuité et l’efficacité d’une nouvelle thérapie qui combine l’injection d’un virus oncolytique, un virus qui cible et tue les cellules cancéreuses, directement dans la tumeur, avec une immunothérapie intraveineuse.

Les auteurs ont découvert que cette nouvelle thérapie combinée peut éradiquer la tumeur chez des patients sélectionnés, avec des preuves de survie prolongée.

Le document de recherche des auteurs a également révélé une nouvelle signature génétique dans les échantillons de tumeurs qui a le potentiel de prédire quels patients atteints de glioblastome sont les plus susceptibles de répondre au traitement.

Les premiers résultats des essais cliniques sont prometteurs. Nous sommes prudemment optimistes quant aux bénéfices cliniques à long terme pour les patients. »

Dr Gelareh Zadeh, codirecteur du Krembil Brain Institute et chercheur principal au Princess Margaret Cancer Center

Le glioblastome est un cancer primitif du cerveau notoirement difficile à traiter. Malgré un traitement agressif, qui implique généralement l’ablation chirurgicale de la tumeur et de multiples agents chimiothérapeutiques, le cancer réapparaît souvent, auquel cas les options de traitement sont limitées.

Les inhibiteurs de points de contrôle immunitaires sont des traitements efficaces pour une variété de cancers, mais ont eu un succès limité dans le traitement du glioblastome récurrent. Cette nouvelle thérapie consiste en la combinaison d’un virus oncolytique et inhibition du point de contrôle immunitaire, utilisant un anticorps anti-PD-1 comme immunothérapie ciblée.

Lire aussi  Exercice cohérent lié à des changements épigénétiques bénéfiques, une étude jumelle montre

Tout d’abord, l’équipe a délivré le virus en localisant la tumeur à l’aide de techniques stéréotaxiques et en injectant le virus à travers un petit trou et un cathéter spécialement conçu. Les patients ont ensuite reçu un anticorps anti-PD-1 par voie intraveineuse, toutes les trois semaines, en commençant une semaine après la chirurgie.

« Ces médicaments agissent en empêchant la capacité du cancer à échapper à la réponse immunitaire naturelle du corps, ils ont donc peu d’avantages lorsque la tumeur est immunologiquement inactive, comme c’est le cas avec le glioblastome », explique le Dr Zadeh.

« Les virus oncolytiques peuvent surmonter cette limitation en créant un microenvironnement tumoral plus favorable, qui aide ensuite à stimuler les réponses immunitaires antitumorales. »

La combinaison du virus oncolytique et de l’inhibition du point de contrôle immunitaire entraîne un « double coup dur » pour les tumeurs ; Le virus provoque directement la mort des cellules cancéreuses, mais il stimule également l’activité immunitaire locale qui provoque une inflammation, rendant les cellules cancéreuses plus vulnérables à l’immunothérapie ciblée.

Le Dr Zadeh et ses collègues ont évalué la thérapie innovante chez 49 patients atteints d’une maladie récurrente, provenant de 15 hôpitaux nord-américains.

L’UHN, qui est le plus grand hôpital de recherche et d’enseignement au Canada et le seul établissement canadien impliqué dans l’étude, a traité la majorité des patients inscrits à l’essai.

Lire aussi  Des chercheurs se penchent sur la structure du récepteur protéique crucial pour la santé cardiovasculaire

Les résultats, publiés dans Médecine naturelle, montrent que cette thérapie combinée est sûre, bien tolérée et prolonge la survie des patients. La thérapie n’a eu aucun effet indésirable majeur inattendu et a produit une survie médiane de 12,5 mois, considérablement plus longue que les six à huit mois généralement observés avec les thérapies existantes.

« Nous sommes très encouragés par ces résultats », déclare le Dr Farshad Nassiri, premier auteur de l’étude et résident principal en neurochirurgie à l’Université de Toronto. « Plus de la moitié de nos patients ont obtenu un bénéfice clinique (maladie stable ou mieux) et nous avons observé des réponses remarquables avec des tumeurs qui rétrécissent et certaines disparaissent même complètement. Trois patients sont toujours en vie à 45, 48 et 60 mois après le début de l’essai clinique ».

« Les résultats de l’étude sont particulièrement significatifs car les patients de l’essai n’ont pas eu de résection tumorale lors de la récidive, seulement une injection du virus, qui est une nouvelle approche de traitement du glioblastome. Il est donc vraiment remarquable de voir ces réponses », dit-il. Dr Zadeh.

« Nous pensons que la clé de notre succès a été de délivrer le virus directement à la tumeur avant d’utiliser l’immunothérapie systémique. Nos résultats indiquent clairement qu’il peut s’agir d’une approche sûre et efficace », ajoute le Dr Nassiri.

L’équipe a également réalisé des expériences pour définir les mutations, l’expression des gènes et les caractéristiques immunitaires de la tumeur de chaque patient. Ils ont découvert des caractéristiques immunitaires clés qui pourraient éventuellement aider les cliniciens à prédire les réponses au traitement et à comprendre les mécanismes de résistance au glioblastome.

Lire aussi  L'impact des comorbidités spécifiques et de la multimorbidité générale dans les trois phases mécanistiquement distinctes de COVID-19

« En général, les médicaments utilisés pour traiter le cancer ne fonctionnent pas pour tous les patients, mais nous pensons qu’il existe une sous-population de patients atteints de glioblastome qui répondront bien à ce traitement », explique le Dr Zadeh. « Je crois que ce travail translationnel, combinant la science de laboratoire de base et les essais cliniques, est essentiel pour faire progresser les traitements personnalisés du glioblastome. »

Il s’agit de l’un des rares essais cliniques avec des résultats favorables pour le glioblastome au cours de la dernière décennie, et ce fut vraiment un effort d’équipe.

« L’essai n’aurait pas été possible sans nos incroyables équipes de salle d’opération, nos équipes de recherche sur la sécurité et nos enquêteurs, y compris le Dr Warren Mason et son équipe du Princess Margaret Cancer Center, ainsi que nos courageux patients et leurs familles. Nous sommes également reconnaissants. Wilkins Family pour avoir fourni le financement qui nous permet de réaliser des essais qui améliorent les soins pour nos patients », déclare le Dr Zadeh.

Les prochaines étapes pour le groupe consistent à tester l’efficacité de la thérapie combinée par rapport à d’autres traitements dans un essai clinique randomisé.

« Nous sommes encouragés par ces résultats, mais il reste encore beaucoup de travail à faire », déclare le Dr Nassiri. « Notre objectif, comme toujours, est d’aider nos patients. C’est ce qui nous motive à poursuivre cette recherche. »

Fontaine:

Réseau universitaire de santé

Référence magazine :

Nassiri, F. et autres. (2023). Virothérapie oncolytique DNX-2401 plus pembrolizumab dans le glioblastome récurrent : un essai de phase 1/2. Médecine naturelle. doi.org/10.1038/s41591-023-02347-y.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *