Les préadolescents LGB rapportent 10,4 heures de temps d’écran récréatif quotidien

Une nouvelle étude nationale révèle que les préadolescents lesbiennes, gays et bisexuels (LGB) âgés de 10 à 14 ans ont déclaré 10,4 heures de temps d’écran récréatif quotidien, soit près de quatre heures de plus que leurs pairs hétérosexuels.

Les adolescents lesbiennes, gays et bisexuels sont plus susceptibles d’être victimes d’intimidation et d’exclusion des groupes de pairs en raison de leur orientation sexuelle, ce qui les amène à passer moins de temps dans les activités scolaires traditionnelles et plus de temps devant les écrans. L’envoi de SMS et l’utilisation des médias sociaux et d’Internet pour la communication virtuelle pourraient être utiles pour les préadolescents LGB pour trouver et recevoir le soutien d’autres personnes LGB qui peuvent ne pas être disponibles dans leurs communautés locales. »

Dr Jason Nagata, auteur principal, professeur adjoint de pédiatrie, Université de Californie, San Francisco

Les chercheurs ont analysé les données de 10 339 préadolescents inscrits à l’Adolescent Brain Cognitive Development Study, la plus grande étude à long terme sur le développement et la santé du cerveau chez l’enfant aux États-Unis. Les données ont été recueillies entre 2018 et 2020 et l’étude a été publiée dans Annales d’épidémiologie. Les préadolescents ont répondu à des questions sur leurs habitudes de temps d’écran et leur orientation sexuelle.

Les chercheurs ont découvert que les préadolescents qui se sont identifiés comme LGB ont déclaré avoir eu une utilisation plus problématique des médias sociaux. Parmi les exemples d’utilisation problématique des médias sociaux, citons l’utilisation excessive, les conflits liés à ceux-ci, le besoin de plus au fil du temps et la difficulté à arrêter même lorsqu’ils le voulaient.

Lire aussi  Les biomarqueurs sanguins pourraient être utilisés pour prédire la probabilité qu'une personne développe un SSPT

« Les jeunes LGB en particulier sont confrontés à la marginalisation et à la discrimination fondées sur l’identité sexuelle à des taux relativement élevés », déclare le co-auteur Kyle T. Ganson, PhD, professeur adjoint à la Factor-Inwentash School of Social Work de l’Université de Toronto. « Le développement de l’adolescence est une période difficile pour beaucoup étant donné les pressions sociétales et les changements physiques, psychologiques et émotionnels qui se produisent. »

Les auteurs soutiennent que si les médias numériques peuvent avoir des avantages importants, tels que le soutien et la socialisation des adolescents LGB, les parents devraient essayer d’atténuer les risques d’utilisation excessive des écrans, qui peuvent inclure l’inactivité physique, la privation de sommeil et l’utilisation problématique.

« Les parents devraient discuter régulièrement avec leurs enfants de l’utilisation des écrans et élaborer un plan familial d’utilisation des médias », déclare Nagata.

Fontaine:

Université de Toronto

Référence magazine :

Nagata, J.M. et autres. (2023). Associations entre l’orientation sexuelle et l’utilisation d’écrans au début de l’adolescence : résultats de l’étude sur le développement cognitif du cerveau de l’adolescent (ABCD). Annales d’épidémiologie. doi.org/10.1016/j.annepidem.2023.03.004.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *