Les goûts précoces permettent aux bébés de manger plus de nourriture et d’arrêter de téter

Plus tôt les bébés commenceront à goûter de petits échantillons d’aliments solides, plus tôt ils mangeront plus de nourriture et cesseront de téter. C’est ce que montre une nouvelle étude de l’Université d’Uppsala et de l’Université de Sophiahemmet, impliquant les mères de 1 251 bébés de toute la Suède. Près de la moitié des nourrissons ont reçu des dégustations à l’âge de quatre mois.

« Les recherches existantes ne soutiennent pas l’idée que l’introduction de dégustations précoces présente des avantages pour la santé de l’enfant ou de la mère », déclare Eva-Lotta Funkquist, maître de conférences et sage-femme, l’une des chercheuses à l’origine de l’article. « D’un autre côté, nous savons que l’allaitement présente de nombreux avantages pour la santé de l’enfant et de la mère. Par exemple, l’enfant est protégé contre les infections pendant l’allaitement, et la mère et l’enfant ont un risque réduit de maladie cardiovasculaire. »

Depuis 2011, l’Agence nationale suédoise de l’alimentation a informé les parents qu’ils peuvent introduire de petites dégustations pour les bébés à partir de quatre mois. L’Organisation mondiale de la santé (OMS), en revanche, recommande d’allaiter exclusivement pendant six mois et de continuer à allaiter pendant au moins deux ans ou plus. Ces recommandations s’appliquent à tous les pays du monde, y compris la Suède, l’une des raisons étant qu’il a été scientifiquement confirmé que l’allaitement a un impact positif important sur la santé des femmes et des enfants. Le lait maternel contient des substances qui protègent l’enfant contre les infections telles que la pneumonie et les infections des voies urinaires pendant l’allaitement. Le lait maternel réduit également le risque que l’enfant soit affecté par les maladies cardiovasculaires, l’obésité et le diabète à l’avenir. Les femmes qui allaitent sont moins susceptibles d’être touchées par les maladies cardiovasculaires, le cancer de l’ovaire, le cancer du sein et le diabète de type 2.

Lire aussi  L'étude souligne le besoin urgent de thérapies médicamenteuses combinées pour le SRAS-CoV-2

Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Université d’Uppsala et de l’Université de Sophiahemmet, publiée dans l’International Breastfeeding Journal, a impliqué 1 251 bébés de toute la Suède et leurs mères. Lorsque les mères ont répondu aux questions sur la nourriture de l’enfant au cours de la première année de vie en remplissant des questionnaires, il a été constaté qu’environ la moitié des enfants de l’étude, 48%, avaient reçu des dégustations dès le quatrième mois. Plus tôt les bébés ont commencé à goûter de petites quantités, plus tôt ils ont mangé de grandes quantités d’aliments solides. Cela a conduit à son tour à un arrêt plus précoce de l’allaitement et à une durée d’allaitement plus courte pour ces enfants.

Des études antérieures ont montré que presque toutes les femmes disent vouloir allaiter leurs enfants. Les conseils contradictoires de l’OMS et de l’Agence nationale suédoise de l’alimentation et les recommandations non étayées par des preuves, telles que les petites dégustations, rendent plus difficile pour les mères qui souhaitent allaiter de trouver un soutien pour le faire, et seuls 10 % des enfants en Suède sont entièrement allaité pendant six mois.

L’Organisation des Nations Unies (ONU) établit que l’allaitement garantit que l’enfant peut être nourri en toute sécurité en cas de guerre ou de crise, comme une panne d’électricité ou une pénurie d’aliments pour bébés. Des recherches antérieures montrent que plus de vies de femmes que de vies de nourrissons seraient sauvées dans les pays occidentaux si la recommandation d’un allaitement complet pendant six mois était suivie (Bartick MC, et al. (2016).

Pour cette raison, il est d’une importance vitale que les autorités publiques suédoises aient des recommandations qui encouragent l’allaitement maternel et soient conformes aux recommandations de l’OMS. Sinon, le risque est que les mères arrêtent d’allaiter tôt et que la mère et l’enfant courent un risque accru de conséquences néfastes pour la santé. »

Eva-Lotta Funkquist, maître de conférences et sage-femme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *