Livre électronique sur l'approche de l'industrie de la découverte de médicaments

Les femmes enceintes peuvent prendre Paxlovid en toute sécurité pour réduire le risque de COVID-19 sévère, selon une étude

Les résultats d’une étude de recherche de Johns Hopkins Medicine publiés aujourd’hui dans Réseau ouvert JAMA fournissent des preuves solides que les personnes enceintes et qui ont été infectées par le SRAS-CoV-2 (le virus qui cause la COVID-19) peuvent prendre en toute sécurité le médicament antiviral Paxlovid pour réduire le risque de maladie grave.

Sur la base de nos résultats, nous pensons que les avantages pour la mère et le fœtus en développement de prévenir les COVID graves l’emportent sur tout risque potentiel de la thérapie Paxlovid. »

William Garneau, MD, MPH, professeur adjoint de médecine, École de médecine de l’Université Johns Hopkins

Paxlovid est un agent expérimental (toujours à l’étude) utilisé comme traitement pour les patients atteints de COVID-19 léger à modéré. Il se compose de deux médicaments : le nirmatrelvir, un agent antiviral qui inhibe une enzyme clé dont le SRAS-CoV-2 a besoin pour reproduire une progéniture infectieuse, et le ritronavir, un médicament qui renforce l’action du nirmatrelvir en le maintenant plus longtemps dans l’organisme. En décembre 2021, la Food and Drug Administration des États-Unis a autorisé l’utilisation d’urgence de Paxlovid pour les adultes et les enfants de 12 ans et plus infectés par le SRAS-CoV-2 et à haut risque de progression vers un COVID grave, y compris l’hospitalisation et le décès.

« Les essais cliniques qui ont conduit Paxlovid à recevoir son autorisation d’utilisation d’urgence ont montré que les participants étaient 89 % moins susceptibles de développer une maladie grave et de mourir ; cependant, les personnes qui étaient enceintes ne faisaient pas partie des participants, et maintenant elles sont « Nous savons que la grossesse est une condition qui expose les patients à un risque de maladie grave », déclare la co-auteure principale de l’étude, Irina Burd, MD, Ph.D., ancienne professeure d’obstétrique et de gynécologie à l’école de médecine de l’Université Johns Hopkins et maintenant présidente du département d’obstétrique et de gynécologie. , et Sciences de la reproduction à l’École de médecine de l’Université du Maryland.

Lire aussi  Freiner la dépression chez les parents améliore le contrôle de l'asthme des enfants : étude

Pour leur étude, les chercheurs ont sélectionné des participantes parmi 3 442 personnes enceintes, diagnostiquées avec un COVID-19 léger à modéré et soignées dans des établissements de Johns Hopkins Health Systems entre le 15 mars 2020 et le 20 août 2022.

Parmi cette population, 47 personnes qui répondaient aux critères de l’étude se sont vu prescrire Paxlovid et les résultats et les éventuelles complications ont été surveillés. L’âge médian de ce groupe était de 34 ans, 17 % étaient afro-américains, 11 % étaient hispaniques et l’âge gestationnel médian (stade de la grossesse) était de 28 semaines. La plupart des participants avaient reçu au moins leurs vaccins COVID de base et avaient commencé le traitement par Paxlovid dans la journée suivant l’apparition des symptômes.

Quatre-vingt-seize pour cent (45 sur 47) des participants ont terminé le traitement et l’ont bien toléré. Parmi celles-ci, 25 ont accouché après traitement. Douze des accouchements ont été effectués par césarienne, et parmi ceux-ci, neuf étaient planifiés et non liés au traitement. Deux participants ont été hospitalisés pour des conditions préexistantes et non pour un COVID sévère.

En général, l’incidence des complications maternelles et fœtales de Paxlovid était dans les limites attendues.

« Il y a certaines limites à notre recherche, notamment l’utilisation de données provenant d’un seul système de santé et la petite population COVID légère étudiée », explique Garneau. « Mais nous pensons que notre étude est la plus importante à ce jour portant sur l’innocuité et l’efficacité de Paxlovid chez les personnes enceintes au moment du traitement et indique donc que le traitement devrait être une option pour ces patientes. » « .

Lire aussi  Augmentation récente des infections à streptocoques du groupe A chez les enfants au Royaume-Uni

Plusieurs organisations médicales sont d’accord, dont la Society for Maternal Fetal Medicine, qui déclare qu’elle « approuve l’utilisation de Paxlovid pour le traitement des patientes enceintes atteintes de COVID-19 qui répondent aux exigences cliniques », et l’American College of Obstetricians and Gynecologists, qui répertorie la grossesse « parmi les conditions qui exposent les personnes à un risque élevé de progression clinique [to severe COVID]. Cela rend les patientes enceintes, y compris celles dont la grossesse est le seul facteur de risque, éligibles pour recevoir un traitement ambulatoire par inhibiteur de la protéase par voie orale contre le SRAS-CoV-2. [Paxlovid]. »

« Bien que d’autres études sur Paxlovid soient nécessaires pour confirmer nos conclusions concernant son innocuité et son efficacité pendant la grossesse, nous pensons que, même à l’heure actuelle, le médicament doit être sérieusement envisagé pour les patientes enceintes qui ne sont pas vaccinées ou qui risquent d’évoluer vers une maladie grave due au COVID ou peu susceptible d’avoir des interactions médicamenteuses », déclare l’auteur principal de l’étude, Kelly Gebo, MD, MPH, professeur de médecine à la faculté de médecine de l’Université Johns Hopkins.

Outre Garneau, Burd et Gebo, les membres de l’équipe d’étude comprennent Kimberly Jones-Beatty, Sabra Klein, Heba Mostafa et Michelle Ufua, toutes de Johns Hopkins Medicine.

L’étude a été rendue possible par le Johns Hopkins Institute for Clinical and Translational Research, qui est soutenu en partie par la subvention UL1 TR003098 du National Center for Advancing Translational Science des National Institutes of Health et la feuille de route pour la recherche médicale des NIH.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *