Les décès par surdose de drogue atteignent un niveau record chez les femmes enceintes et en post-partum, révèle une étude

Les décès par surdose de drogue chez les femmes enceintes et post-partum ont augmenté de plus de 180% au cours des cinq dernières années, selon une nouvelle étude menée à la Mailman School of Public Health de l’Université de Columbia. L’analyse a également révélé que le nombre de décès par surdose associés à la grossesse a atteint un niveau record en 2020, probablement exacerbé par les perturbations sociales, économiques et sanitaires associées à la pandémie de COVID-19. Les conclusions sont publiées dans Revue pédiatrique.

Nous avons constaté une augmentation significative des surdoses mortelles et non mortelles dans la population générale pendant la pandémie. Maintenant, il semble que les femmes enceintes et en post-partum soient également touchées. »

Emilie Bruzelius, MPH, doctorante au Département d’épidémiologie de la Columbia Mailman School et première auteure

Les décès par surdose associés à la grossesse entre 2017 et 2020 ont été identifiés à partir des données des certificats de décès nationaux qui incluent des informations indiquant si le décès est survenu chez une personne enceinte ou récemment. Les chercheurs ont calculé les taux annuels de mortalité par surdose et examiné les types spécifiques de médicaments impliqués dans chaque surdose. À titre de comparaison, les chercheurs ont également calculé les taux de mortalité par surdose chez les femmes en âge de procréer (qui n’étaient pas enceintes).

Lire aussi  La pression pour légiférer sur l'avortement après 'Dobbs' est unique, selon des experts juridiques et politiques

Sur les 7 642 décès liés à la grossesse survenus chez les femmes enceintes et post-partum, 1 249 étaient dus à une surdose de drogue. Au cours de la période de quatre ans, la mortalité par surdose a augmenté de plus de 80 % pour atteindre un pic de 11,85 pour 100 000 en 2020, contre une augmentation de 38 % chez les femmes en âge de procréer dans l’ensemble. Pour les deux groupes, les augmentations de la mortalité par surdose en 2020 ont été plus fortes que les augmentations de toute année précédente.

Les décès par surdose associés à la grossesse impliquant des benzodiazépines, de l’héroïne et des opioïdes sur ordonnance étaient pour la plupart stables entre 2017 et 2020, par rapport à de fortes augmentations des décès dus au fentanyl, à la méthamphétamine et à la cocaïne. Les augmentations des décès liés au fentanyl ont été particulièrement marquées en 2020, doublant presque.

« Les femmes enceintes et en post-partum sont connues pour faire face à des obstacles à l’accès aux services de traitement de la toxicomanie et de réduction des méfaits, qui, lorsqu’ils sont exacerbés par les facteurs de stress associés à la pandémie, les fermetures de soins de santé et un approvisionnement en médicaments de plus en plus volatils, des médicaments non réglementés, peuvent avoir augmenté le risque de mort surdosage », a déclaré Bruzelius.

« Des stratégies améliorées qui soutiennent les efforts de prévention, de traitement et de réduction des méfaits de la consommation de substances chez les femmes enceintes et en post-partum sont essentielles et indispensables. Nous espérons que des approches nouvelles et améliorées aideront à faire face aux tendances troublantes que nous connaissons », a déclaré Silvia Martins. , MD, PhD, professeur d’épidémiologie et auteur principal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *