Bhavana Kunkalikar

Les chercheurs constatent que les résultats de l’étude convergent vers une relation cohérente entre les niveaux d’anticorps et la protection contre le COVID-19

Dans une étude récente publiée dans maladies infectieuses émergentesles chercheurs ont décrit les facteurs associés à la protection, les seuils de protection et les ponts immunologiques chez les patients atteints de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).

Étude : corrélats de protection, seuils de protection et immunosuppression chez les personnes infectées par le SRAS-CoV-2.  Crédit d'image : ktsdesign/Shutterstock
Étude : corrélats de protection, seuils de protection et immunosuppression chez les personnes infectées par le SRAS-CoV-2. Crédit d’image : ktsdesign/Shutterstock

Bas

Prévoir l’efficacité future des vaccins pour déterminer le lien entre la protection et la réponse immunitaire contre le coronavirus symptomatique du syndrome respiratoire aigu sévère 2 (SARS-CoV-2). Cette corrélation pourrait faciliter le pont immunologique, ce qui peut aider à approuver des vaccins nouveaux ou révisés sur la base de données d’immunogénicité sans nécessiter d’études approfondies de phase 3.

Le pont immunitaire est utilisé pour autoriser les vaccins contre la grippe saisonnière aux États-Unis et dans l’Union européenne, et minimise le temps et le coût nécessaires à la fabrication des vaccins. En outre, l’identification des niveaux d’immunité requis pour la protection contre les variantes émergentes du SRAS-CoV-2 sera utile pour prévoir l’immunité aux infections au niveau de la population, diriger la vaccination de santé publique et conduire la politique.

Comparaison des études sur les seuils de protection

Il existe six estimations publiées du titre moyen géométrique (MGT) pour les receveurs du vaccin ARNm-1273, allant de 247 UI/mL à 1404 UI/mL. De même, les estimations de MGT pour les receveurs du vaccin ChAdOx1 variaient de 23 à 144 UI/mL. Il ressort des incohérences observées dans les études que l’expression du titre en unités internationales était insuffisante pour standardiser entre différents tests et pour comparer les seuils de protection rapportés dans ces enquêtes, très probablement en raison de variations dans les essais eux-mêmes.

Lire aussi  Des scientifiques présentent un nouveau cadre de haute précision pour la surveillance génomique du SRAS-CoV-2

Une méthode alternative pour normaliser les titres de neutralisation entre les études consistait à supposer que des cohortes similaires d’individus vaccinés devraient avoir des titres comparables. Cette méthode de normalisation a permis la comparaison des courbes de protection dans diverses études de corrélation immunologique. L’équipe a comparé les données basées sur l’hypothèse que le titre moyen pour les individus vaccinés avec ChAdOx1 ou ARNm-1273 était le même entre les essais de phase 1/2 et de phase 3 pour chaque vaccination.

En utilisant le modèle d’infection percée de l’ARNm-1273 comme exemple, l’équipe a observé que l’immunisation avec l’ARNm-1273 entraînait une augmentation des niveaux de neutralisation, mais un mauvais accord a été observé à de faibles niveaux de neutralisation. De plus, la courbe de protection ChAdOx1 présentait une forte cohérence avec les enquêtes précédentes dans la région de l’étude d’infection percée pour laquelle des données de neutralisation étaient disponibles.

Malgré les données, les essais et les méthodologies fondamentalement divers utilisés pour estimer les courbes de protection dans chaque enquête, les résultats des études sur les infections décisives ont démontré un consensus considérable avec le modèle de comparaison des vaccins.

En outre, après l’alignement avec chaque groupe de vaccination GMT, la distribution sous-jacente des titres d’anticorps neutralisants pourrait être utilisée conjointement avec les courbes de protection associées à chaque essai pour prédire l’efficacité vaccinale globale des vaccins actuels. Cette stratégie a indiqué un bon accord entre tous les modèles et les données observées.

Lire aussi  Le COVID-19 entraîne-t-il des résultats défavorables pour la grossesse et le nouveau-né ?

Utilisation de la courbe de protection

Prédiction de l’efficacité du vaccin avec immunobridge

Les régulateurs ont souligné la nécessité d’une recherche de transition immunologique, qui a comparé l’immunogénicité des nouveaux vaccins à celle des vaccins plus anciens. En d’autres termes, les fabricants de vaccins doivent envisager un vaccin actuel approprié à des fins de comparaison et évaluer les marges de supériorité ou de non-infériorité dans un essai contrôlé randomisé.

En utilisant le modèle de comparaison de vaccins construit à partir de recherches antérieures, l’équipe a pu évaluer les marges de supériorité ou de non-infériorité des vaccins actuels qui se traduiraient par une efficacité supérieure à 80% contre l’ancien SARS-CoV-2. Si le BNR162b2 ou l’ARNm-1273 étaient utilisés comme vaccins de comparaison, une marge de non-infériorité d’environ 0,44 fois pour l’ARNm-1273 GMT ou 0,54 fois pour l’ARNm-1273 GMT se traduirait par un niveau de confiance élevé que le vaccin proposé est plus plus de 80% efficace.

En utilisant ChAdOx1 comme comparaison, l’équipe a déterminé qu’une marge de supériorité de 2,6 fois du GMT par rapport aux vaccins ChAdOx1 fournirait une confiance élevée comparable d’une efficacité vaccinale supérieure à 80 %. Notamment, ces marges sont en bon accord avec les intervalles de confiance inférieurs à 95 % anticipés par la recherche sur les infections émergentes. Le consensus de ces trois enquêtes a fortement soutenu l’utilisation de marges de supériorité ou de non-infériorité dans les futurs essais d’immunobridge.

Détermination des seuils de protection individuelle

Un deuxième objectif de l’enquête sur les seuils de protection était d’établir un titre protecteur pour une application thérapeutique, comme un test sanguin pour un taux d’anticorps cliniquement significatif indiquant si une personne était plus susceptible d’être bien protégée contre le COVID-19. Il était évident d’après les courbes de protection qu’un gradient de risque existait à travers divers titres de neutralisation.

Lire aussi  Quelle est la diversité génomique des infections à SARS-CoV-2 dans les ménages ?

De plus, la variabilité entre les séries de tests est souvent suffisamment importante pour déterminer l’incertitude dans le titre de neutralisation pour un échantillon de sang spécifique, ce qui pourrait entraîner de larges plages de confiance pour la protection anticipée d’un individu. Des intervalles de confiance élevés lors du calcul des titres neutralisants individuels, ainsi qu’un manque de cohérence entre les différents tests sérologiques, étaient des obstacles majeurs à l’évaluation et à la prédiction efficaces des titres d’anticorps neutralisants entre les patients individuels.

conclusion

Les découvertes d’étude ont prouvé que les divers facteurs COVID-19 évalués dans les études de protection étaient dans l’accord considérable. Cependant, des réponses immunitaires supplémentaires peuvent jouer un rôle important dans la protection contre le développement d’une infection SARS-CoV-2 symptomatique à sévère. La cohérence entre les enquêtes sur l’association des anticorps neutralisants et l’efficacité contre le COVID-19 pourrait être importante pour planifier l’utilisation future des vaccins, évaluer l’immunité de la population et atténuer les conséquences mondiales de la pandémie de COVID-19.

Référence magazine :
  • Khoury DS, Schlub TE, Cromer D, Steain M, Fong Y, Gilbert PB, et al. Corrélations de protection, seuils de protection et immunosuppression chez les personnes infectées par le SRAS-CoV-2. Emerge Infect Dis. 2023. est ce que je:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *