Dr Liji Thomas, MD

Les anticorps transmis par le lait maternel persistent six mois après la vaccination par l’ARNm du COVID

Le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2), le virus responsable de la pandémie de maladie à coronavirus 2019 (COVID19), s’est propagé rapidement dans le monde après sa découverte initiale en décembre 2019. En raison de la perturbation généralisée causée par le COVID- On Le 19 janvier, le développement de vaccins s’est accéléré à un niveau sans précédent, avec les premiers vaccins approuvés pour une utilisation en un an.

un nouveau Journal international des maladies infectieuses L’étude décrit les effets des vaccins COVID-19 sur les mères allaitantes et relie leur réponse anticorps à la protection des nouveau-nés et des enfants plus âgés.

Étude : Anticorps spécifiques du SRAS-Cov-2 dans le sérum et le lait maternel après vaccination au BNT162b2 : protection prolongée contre le SRAS-Cov-2 chez les nouveau-nés et les enfants plus âgés.  Crédit d'image : Une photo / Shutterstock.com

Étudier: Anticorps spécifiques du SRAS-Cov-2 dans le sérum et le lait maternel après vaccination au BNT162b2 : protection prolongée contre le SRAS-Cov-2 chez les nouveau-nés et les enfants plus âgés. Crédit d’image : Une photo / Shutterstock.com

Introduction

Les femmes enceintes et allaitantes ont été délibérément exclues des essais cliniques de vaccins COVID-19 basés sur la plateforme d’acide ribonucléique messager (ARNm). Cependant, les études animales n’ont montré aucun signe d’altération de la lactation après la vaccination.

Peu de temps après le déploiement des vaccins, de nombreuses femmes enceintes et allaitantes ont choisi de se faire vacciner en raison de leur risque élevé d’exposition au COVID-19. Peu de temps après, la plupart des sociétés professionnelles ont déterminé que les avantages des vaccins COVID-19 dépassaient leur risque pour ces sous-groupes de femmes et ont par la suite recommandé que cette population de patientes se voit proposer la vaccination après discussion des avantages et des effets indésirables.

Au début de la pandémie de COVID-19, il a été constaté que les femmes ayant des antécédents de COVID-19 produisaient des anticorps anti-SARS-CoV-2 dans leur lait maternel. Ces anticorps se présentaient principalement sous la forme d’immunoglobuline A sécrétoire (sIgA), capable de neutraliser le virus dès son entrée dans l’organisme.

Lire aussi  Le risque d'eczéma chez les bébés pourrait être réduit en prenant des suppléments de vitamine D pendant la grossesse

Les enquêteurs de la présente étude ont examiné des échantillons de sérum et de lait maternel d’agents de santé en lactation dans un seul hôpital pour évaluer leurs profils d’anticorps après la vaccination. Au total, un total de 18 femmes qui avaient reçu le vaccin Pfizer-BioNTech BNT162b2 COVID-19 et qui étaient entre un et 36 mois après l’accouchement ont été incluses dans l’étude actuelle.

Des échantillons de sérum et de lait maternel ont été prélevés avant la vaccination, trois semaines après la vaccination, trois semaines après la deuxième dose et six mois après la deuxième dose. Les anticorps IgG et IgA sériques contre la protéine de pointe virale ont été mesurés et un rapport a été obtenu.

Dans le lait maternel, les sIgA et sIgG ont été évalués. Ces niveaux ont ensuite été comparés à une courbe standard obtenue en mesurant les anticorps correspondants dans le lait maternel de femmes qui s’étaient remises d’une infection naturelle par le SRAS-CoV-2.

Résultats de l’étude

Des taux sériques plus élevés d’IgG et d’IgA anti-pointes ont été observés à tous les points de temps post-vaccination, culminant trois semaines après la deuxième dose. Cependant, six mois après la deuxième dose, ces titres ont diminué. Les niveaux d’anticorps ont montré moins de variation après la deuxième dose par rapport à la première.

Niveaux d’IgA anti-pointe de plus en plus dispersés à chaque instant. En fait, les niveaux d’IgA dans trois échantillons qui présentaient une faible réponse en anticorps à tous les moments sont tombés en dessous de la valeur seuil au dernier moment.

Lire aussi  Santé reproductive compromise associée à des quartiers socio-économiquement défavorisés

Dans le lait maternel, les sIgG ont augmenté après la vaccination, avec un léger pic six mois après la deuxième dose. Comparativement, les valeurs de sIgA étaient les plus élevées aux deux premiers moments post-vaccination et ont culminé trois semaines après la deuxième dose, ce qui était similaire à la réponse observée dans le sérum. Cependant, les niveaux de sIgA ont diminué jusqu’à des valeurs presque initiales six mois après la deuxième dose.

Transcendance

La façon la plus courante dont les nouveau-nés sont infectés par le SRAS-CoV-2 est la transmission aérienne par des mères infectées. Le SRAS-CoV-2 a également été identifié comme étant à transmission verticale, bien que rarement. Il est important de noter que le lait maternel n’est pas un moyen de transmission et qu’il ne contient pas de virus cultivable.

Le lait maternel protège contre les infections virales respiratoires, dont la grippe. La protection la plus élémentaire est médiée par les sIgA, qui se sont révélées être induites contre le SRAS-CoV-2 par une infection naturelle et la vaccination chez les femmes allaitantes. Cependant, la vaccination n’a pas réussi à produire une augmentation des sIgG dans le lait maternel dans l’étude actuelle.

Par conséquent, l’immunité muqueuse est renforcée par des doses répétées du vaccin, induisant sIgA, qui est la principale réponse immunitaire au SRAS-CoV-2, suivie des IgG. Chez les femmes allaitantes et non allaitantes, la vaccination a provoqué une forte réponse immunitaire. L’ampleur de la réponse à la première dose a prédit les niveaux d’anticorps éventuels, même en tenant compte du déclin six mois après la deuxième dose.

Cette diminution peut refléter une limitation du vaccin, qui est administré par voie intramusculaire et peut ne pas induire une réponse anticorps muqueuse robuste. L’IgA dans le lait maternel provient à la fois du sérum et du tissu lymphoïde associé à la muqueuse mammaire locale (MALT); par conséquent, il n’y a pas de corrélation avec les titres sériques d’IgA.

Lire aussi  La pression pour légiférer sur l'avortement après 'Dobbs' est unique, selon des experts juridiques et politiques

La baisse des niveaux de sIg au fil du temps doit être interprétée avec prudence, car ces niveaux ont tendance à augmenter avec la poursuite de la lactation. En extrapolant à partir d’études antérieures sur d’autres infections respiratoires, il apparaît que les IgG sont un facteur de protection important chez les nouveau-nés.

Nous suggérons un rôle similaire dans l’immunité au lait induite par le vaccin et que les effets bénéfiques pourraient durer des mois après la vaccination anti-COVID-19 avec des formulations d’ARNm..”

Étant donné la plus grande gravité de l’infection néonatale par le SRAS-CoV-2 par rapport aux enfants plus âgés, il est essentiel de surveiller la réponse immunitaire à ce virus au cours de la première année de vie. Cela aidera à optimiser le temps de vaccination pendant la grossesse et la puerpéralité pour la meilleure protection de la mère et du bébé contre le virus.

La vaccination en fin de grossesse ou en lactation peut être plus bénéfique pour le nouveau-né, en assurant un transfert placentaire d’IgG et une protection des muqueuses grâce aux anticorps sécrétoires IgA et IgG dans le lait maternel. Avec des doses de rappel, le niveau de protection peut être augmenté pour assurer une plus longue période d’immunité passive pour le nourrisson.

Référence magazine :
  • Ricciardi, A., Zelini, P., Cassaniti, I., et coll. (2022). Anticorps spécifiques du SRAS-Cov-2 dans le sérum et le lait maternel après vaccination au BNT162b2 : protection prolongée contre le SRAS-Cov-2 chez les nouveau-nés et les enfants plus âgés. Journal international des maladies infectieuses. doi:10.1016/j.ijid.2022.06.055.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.