Pooja Toshniwal Paharia

L’efficacité de la fluvoxamine à faible dose par rapport au placebo dans le traitement du COVID-19 léger à modéré aux États-Unis.

Dans une étude récente publiée dans JAMAISLes enquêteurs ont évalué l’efficacité de la fluvoxamine à faible dose (50 mg deux fois par jour) pendant 10,0 jours dans le traitement des infections légères et modérées à sévères du syndrome respiratoire aigu coronavirus 2 (SARS-CoV-2) aux États-Unis (USA).

Étude : Effet de la fluvoxamine par rapport au placebo sur le temps de récupération durable chez les patients ambulatoires atteints de COVID-19 léger à modéré Un essai clinique randomisé.  Crédit d'image : Yuganov Konstantin/Shutterstock
Étude : Effet de la fluvoxamine par rapport au placebo sur le temps de récupération durable chez les patients ambulatoires atteints de COVID-19 léger à modéré Un essai clinique randomisé. Crédit d’image : Yuganov Konstantin/Shutterstock

Bas

L’émergence continue de variants du SRAS-CoV-2 a remis en question l’efficacité des vaccins contre la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) et d’autres options thérapeutiques, telles que les anticorps monoclonaux, justifiant le développement de nouveaux agents administrés par voie intraveineuse par voie orale pour prévenir la progression du SRAS -CoV. -2 infection.

L’efficacité du traitement à la fluvoxamine pour réduire la durée des symptômes et prévenir les conséquences graves du COVID-19, telles que les hospitalisations et les décès chez les personnes diagnostiquées avec une maladie à coronavirus bénigne ou modérément symptomatique 2019 (COVID-19) en ambulatoire, n’est pas claire.

À propos de l’étude

Dans la présente étude d’essai clinique randomisé, les chercheurs ont testé des médicaments réutilisés en ambulatoire pour des infections légères à modérées par le SRAS-CoV-2 qui ne nécessitent pas d’hospitalisation.

L’essai en cours à double insu et contrôlé par placebo ACTIV-6 (Acceleration of COVID-19 Vaccine and Therapeutic Interventions) comprenait 1 288 personnes âgées de ≥ 30,0 ​​ans avec un test d’antigène (y compris à domicile) ou une réaction en chaîne par polymérase (PCR) confirmée infection légère ou modérée par le SRAS-CoV-2 pendant ≤ 10,0 jours, présentant ≥ 2,0 symptômes d’infection aiguë par le SRAS-CoV-2 pendant ≤ 1 0 semaine

Lire aussi  Préoccupations de santé publique concernant le virus hautement pathogène de la grippe aviaire A(H5N1) trouvé chez un chat en France

Les symptômes comprenaient un essoufflement, de la fatigue, de la fièvre, des nausées, de la toux, de la diarrhée, des vomissements, des frissons, des courbatures, des maux de gorge, des maux de tête et une perte d’odorat ou de goût. L’étude a été menée entre le 6 août 2021 et le 27 mai 2022 sur 91 sites américains, où les participants ont reçu de la fluvoxamine 50 mg deux fois par jour pendant 10 jours, de l’ivermectine 400 μg/kg par voie orale par jour pendant trois jours ou 200 μg de furoate de fluticasone inhalé. quotidiennement pendant deux semaines, ou un placebo.

Le résultat principal comprenait la durée de la récupération soutenue de COVID-19 (ou le dernier jour de trois jours asymptomatiques consécutifs). Il y avait sept résultats d’étude secondaires, y compris un résultat d’étude composite comprenant les hospitalisations, les visites aux soins d’urgence, les visites aux services d’urgence ou les décès dans les 28 jours.

Les critères de jugement secondaires comprenaient la durée moyenne de la sensation de malaise et les scores de l’échelle de progression clinique de la COVID-19 après 1,0, 2,0 et 4,0 semaines de traitement. De plus, les participants ont rempli des questionnaires pour évaluer la qualité de vie.

Le recrutement pour l’essai clinique de la plateforme ACTIV-6 a débuté le 11 juin 2021 et se poursuit. L’équipe a exclu les personnes présentant des contre-indications ou des allergies au traitement à la fluvoxamine. Les médicaments ont été livrés aux lieux de résidence des participants et auto-administrés. Des évaluations de suivi ont été effectuées au jour 28 et au jour 90 du traitement.

Lire aussi  Une méta-analyse approfondie met en évidence les dangers de la grossesse liés au COVID-19

Des modèles de régression, y compris la régression des risques proportionnels, ont été utilisés pour l’analyse et les rapports de risque (RR) ont été calculés. Les variables d’estimation comprenaient le sexe, l’âge, la durée des symptômes avant de recevoir de la fluvoxamine, l’heure civile, le statut vaccinal contre la COVID-19 et le lieu de résidence.

Résultats

Un total de 1 331 personnes ont été assignées au hasard, avec un âge médian des participants de 47 ans, et la majorité (57 %) des participants étaient des femmes, 81 % étaient de race blanche et 67 % ont reçu deux doses du vaccin COVID-19. Cependant, 1 288 personnes ont terminé l’essai clinique (674 et 614 personnes traitées par fluvoxamine et 614 personnes traitées par placebo, respectivement).

Sur les 614 participants traités par placebo, 53 % (n = 326) ont reçu des médicaments de fluvoxamine appariés au placebo, tandis que 47 % (n = 288) ont reçu du furoate de fluticasone inhalé ou du furoate de fluticasone inhalé appariés au placebo. Les conditions comorbides à haut risque étaient prévalentes parmi les participants à l’étude, notamment un indice de masse corporelle (IMC) élevé > 30 (36 %), l’hypertension (24 %), l’asthme (13 %) et le diabète (9,0 %).

Les durées médianes de récupération soutenue de la COVID-19 étaient de 12,0 jours et de 13,0 jours pour les personnes traitées avec de la fluvoxamine et un placebo, respectivement, avec une valeur HR de 1,0. Pour le résultat composite secondaire de l’étude, 26 bénéficiaires de fluvoxamine ont été admis à l’hôpital, hospitalisés, ont nécessité des soins d’urgence, se sont rendus aux urgences ou sont décédés, comparativement à 23 bénéficiaires du placebo (valeur HR de 1,10).

Un individu traité avec de la fluvoxamine et deux traités avec un placebo ont dû être hospitalisés ; cependant, aucun décès n’a été signalé dans aucun des groupes de traitement. De plus, les événements indésirables entre les deux groupes étaient comparables et n’étaient pas fréquemment observés dans les deux groupes. La différence moyenne dans la durée pendant laquelle vous vous êtes senti malade était de 0,1 jour, favorisant le traitement par placebo.

Lire aussi  Explorer l'approche bioinformatique pour évaluer les affinités de liaison des leurres thérapeutiques potentiels du COVID-19

De même, la probabilité a posteriori des bénéfices observés avec l’échelle de progression clinique COVID-19 aux intervalles de temps définis ne pouvait pas atteindre les seuils des effets bénéfiques du traitement. Par exemple, en l’espace d’une semaine, 92 % des personnes traitées par fluvoxamine et 93 % des personnes traitées par placebo n’ont pas nécessité d’hospitalisation et n’ont pas documenté leurs limitations dans leurs activités régulières.

Aucune preuve d’effets du traitement avec la fluvoxamine par rapport au placebo n’a été observée pour le statut de vaccination contre la COVID-19, l’apparition des symptômes de la COVID-19, la gravité des symptômes, le sexe, l’âge et l’heure du calendrier. Cependant, des preuves de différences potentielles dans les effets du traitement ont été observées pendant la durée de la récupération de l’IMC, indiquant une augmentation du bénéfice du traitement à la fluvoxamine avec une augmentation de l’IMC.

conclusion

Dans l’ensemble, les résultats de l’étude ont montré que chez les patients ambulatoires atteints d’une infection légère ou modérée par le SRAS-CoV-2, le traitement par la fluvoxamine 50,0 mg deux fois par jour pendant 10,0 jours, par rapport au placebo, n’a pas montré d’amélioration significative de la durée de la récupération durable du COVID-19. 19. Les résultats ne soutiennent pas l’administration de fluvoxamine dans le schéma thérapeutique mentionné pour les patients ambulatoires atteints d’infections légères ou modérées par le SRAS-CoV-2.

Référence magazine :
  • McCarthy, M. et al. (2023) « Effet de la fluvoxamine par rapport au placebo sur le temps de récupération soutenu chez les patients ambulatoires atteints de COVID-19 léger à modéré », JAMAIS. est ce que je: 10.1001/jama.2022.24100.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *