Suchandrima Bhowmik

Le port de lunettes ne réduit pas le risque de COVID-19

un nouveau Réseau ouvert JAMA Une étude détermine l’impact du port de lunettes sur le risque d’infection par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) et d’autres virus respiratoires.

Étude : Effet du port de lunettes sur le risque d'infection par le SRAS-CoV-2 dans la communauté Un essai clinique randomisé.  Crédit image : dissx

Étudier: Effet du port de lunettes sur le risque d’infection par le SRAS-CoV-2 dans la communauté. Un essai clinique randomisé. Crédit image : dissx

Les lunettes peuvent-elles prévenir les infections ?

L’importance de l’équipement de protection oculaire pour la protection contre les infections a été initialement proposée il y a plus de 100 ans. Cependant, il a reçu peu d’attention pendant la pandémie de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) en cours, sauf en tant que forme supplémentaire d’équipement de protection individuelle (EPI) pour les travailleurs de la santé.

Le port de lunettes peut être une simple forme de protection oculaire. Les lunettes de soleil sont facilement accessibles à de nombreuses personnes et les porter au quotidien demande peu d’efforts. De plus, la réutilisation des lunettes de soleil pour le contrôle des infections peut être une mesure sûre, simple et respectueuse de l’environnement.

Des études observationnelles antérieures ont rapporté une association entre l’utilisation de lunettes de soleil et un risque réduit de virus respiratoires. Cependant, aucun essai clinique n’a étudié le rôle de la protection oculaire dans l’infection virale respiratoire.

À propos de l’étude

L’étude actuelle a été menée entre le 2 février 2022 et le 24 avril 2022 en Norvège et a recruté des participants par le biais d’annonces en ligne, dans la presse écrite, dans les médias et par e-mail à des personnes faisant partie du panel d’enquête de deux sociétés de collecte de données.

Lire aussi  Utilisation des technologies de réalité virtuelle et augmentée pour enseigner aux étudiants en médecine dentaire

Les participants ont été inclus dans l’étude s’ils avaient au moins 18 ans, possédaient ou empruntaient des lunettes qu’ils pouvaient porter, ne portaient pas régulièrement de lunettes, n’avaient pas contracté le COVID-19 six mois avant le début de l’étude, n’avaient pas connu le COVID -19 symptômes lors du recrutement, ils étaient prêts à être assignés au hasard pour porter ou non des lunettes de soleil pendant deux semaines lorsqu’ils se trouvaient à proximité d’autres personnes et ont donné leur consentement éclairé.

Les participants à l’étude ont été randomisés et en aveugle en deux groupes, l’un des groupes a été invité à porter des lunettes de soleil ou d’autres lunettes lorsqu’il était entouré de personnes extérieures au ménage, tandis que l’autre a été invité à ne pas porter de lunettes de soleil pendant 14 jours.

Le résultat principal comprenait un résultat positif au test COVID-19 qui a été signalé dans les trois à 17 jours suivant la période d’étude. Les critères de jugement secondaires comprenaient un résultat positif au test COVID-19, un épisode d’infection respiratoire, un symptôme respiratoire ou de la fièvre accompagné d’au moins deux symptômes liés au COVID-19 ou plus, ou l’utilisation de soins médicaux pour des symptômes respiratoires, une blessure ou toute autre raison.

De plus, les participants à l’étude ont été interrogés sur leur adhésion au port de masques faciaux et aux comportements de test et sur toute expérience négative au cours de la période d’étude. La sélection et la collecte de toutes les données ont été effectuées à l’aide de la plateforme d’enquête en ligne Nettskjema.

Lire aussi  Une étude compare les performances des deux médicaments les plus populaires pour la DMLA

Résultats de l’étude

Au total, 3717 participants ont été inclus dans l’étude, dont 1852 ont été affectés au groupe d’intervention et 1865 au groupe témoin. Soixante-huit et 65 participants des groupes d’intervention et de contrôle, respectivement, ont signalé des antécédents de COVID-19. Environ un tiers des participants ont signalé des symptômes d’infection respiratoire, avec une proportion plus élevée dans le groupe témoin par rapport au groupe d’intervention.

De plus, 70,5 % des participants ont déclaré porter des lunettes et 39,5 % ont déclaré porter des masques faciaux au moins 50 % du temps dans le groupe d’intervention. De plus, la proportion de participants qui ont pris les transports en commun pour se rendre au travail ou à l’école était plus faible dans le groupe d’intervention que dans le groupe témoin.

Un total de 76 participants ont rapporté des expériences négatives de participation à l’étude en raison de la buée des lunettes lorsqu’elles sont portées avec un masque. D’autres expériences comprenaient de l’inconfort, une vision réduite, de la fatigue et des maux de tête.

Les résultats de l’étude ont indiqué que le port de lunettes ne conférait aucune protection contre le COVID-19. Cependant, le port de lunettes est simple, peu coûteux et peu contraignant, et peut donc valoir la peine d’être considéré comme un élément du contrôle des infections.

limites

Les résultats de l’étude ne sont pas concluants. De plus, l’étude pourrait présenter un risque de biais pour les résultats d’enquête. Une troisième limite était la petite taille de la population étudiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *